Une expo photo à la mairie des 1-7 retrace les sauvetages en mer de SOS Méditerranée. Elle était inaugurée ce vendredi par la maire de secteur Sophie Camard et le maire de Marseille Benoît Payan. Ce dernier en a profité pour préciser son soutien à l’organisation, et la participation de la Ville à « la plateforme des collectivités solidaires avec SOS Méditerranée ».

Sur la Canebière, la mairie des 1er et 7e arrondissements inaugure l’exposition photo « Sauver, protéger, témoigner ». Elle retrace en images les missions de sauvetage de SOS Méditerranée, avec ses navires de secours Aquarius, puis Ocean Viking, dont le port d’attache est Marseille.

, La Ville de Marseille précise son soutien à SOS Méditerranée et lui dédie une exposition, Made in Marseille
Des visites guidées et des tables rondes seront organisées autour de l’exposition

Une inauguration en présence de la maire de secteur, Sophie Camard et du maire de Marseille Benoît Payan (tous deux Printemps marseillais). « Porter secours, la solidarité… La crise sanitaire a rappelé combien ces principes sont importants », affirme la maire de secteur. Avant de préciser : « Ce n’est pas de l’idéologie, mais des valeurs fondamentales que nous rappelons avec cette exposition ».

« C’est le premier moment de partage avec la Ville depuis que nous sommes ici », raconte Sophie Beau, la cofondatrice et directrice de cette « association civile européenne de sauvetage en mer ».

, La Ville de Marseille précise son soutien à SOS Méditerranée et lui dédie une exposition, Made in Marseille
Les élues Sophie Camard, Audrey Garino et Benoît Payan visitent l’exposition avec les commentaires de Sophie Beau

Marseille s’associe à « la plateforme des collectivités solidaires avec SOS Méditerranée »

Paris était la première ville à afficher son soutien aux missions de SOS Méditerranée. L’année dernière, le Département de Loire-Atlantique lui apportait une subvention de 500 000 €. À leur initiative, et celle de la Région Occitanie, elles lanceront le 21 janvier 2021 « La plateforme des collectivités solidaires avec SOS Méditerranée ». Soutiens logistiques, financiers, humains… Il s’agit de fédérer un maximum de communes, de départements et de régions autour de la mission de l’association.

Elles sont aujourd’hui 28, dont Marseille, comme l’annonce son maire Benoît Payan : « Laisser faire, ne rien faire, serait nous trahir. Trahir Marseille, ville de solidarité et d’ouverture à l’autre, port d’attache et d’accueil. La Ville de Marseille rejoint aujourd’hui la plateforme des collectivités territoriales engagées aux côtés de l’association SOS Méditerranée ».

, La Ville de Marseille précise son soutien à SOS Méditerranée et lui dédie une exposition, Made in Marseille
Benoît Payan

Un soutien qui se concrétisera lors des prochains conseils municipaux par le vote de plusieurs délibérations. Au-delà de l’engagement dans la plateforme, elles acteront « un soutien financier et la contractualisation avec l’État pour l’accueil des réfugiés à Marseille », précise Audrey Garino, adjointe en charge des affaires sociales, de la lutte contre la pauvreté et de l’égalité des chances.

, La Ville de Marseille précise son soutien à SOS Méditerranée et lui dédie une exposition, Made in Marseille

Plus de 30 000 vies sauvées sur « l’axe migratoire le plus meurtrier au monde »

Depuis cinq ans, les navires de sauvetage de Sos Méditerranée qui sillonnent la “grande bleue” ont sauvé plus de 30 000 personnes sur des embarcations de fortune qui « fuient l’enfer des réseaux de traite humaine en Libye », affirme sa directrice, Sophie Beau. Une action humanitaire qui ne manque pas de susciter des polémiques sur la question de l’immigration.

Sophie Beau considère qu’elles sont « indignes de s’y attarder ». L’Ocean Viking a pour mission avant tout de sauver des vies  sur « l‘axe migratoire le plus meurtrier au monde. On estime à plus de 20 000 personnes disparues en mer depuis 2014 ». Elle rappelle que ces opérations « appliquent simplement le droit maritime et le droit international : ne pas sauver quelqu’un en mer qui est en danger de mort, c’est ça qui est illégal ». Elle pointe au passage « la défaillance des États européens sur cette question ».

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !