La saison d’hiver 2020-2021 sera-t-elle en partie sauvée dans les stations des Alpes du Sud ? Rien n’est moins sûr, au vu du contexte sanitaire qui règne dans l’Hexagone. Mise en place de dispositifs, aide aux commerces, innovations… Les professionnels de montagne s’organisent pour contrer la crise.

Sur les réseaux sociaux, les panoramas hivernaux sont déjà nombreux à inonder les écrans d’accueil, entre les couleurs chaleureuses des mélèzes à la mi-saison, les premières neiges sur les hauteurs et les archives de l’hiver dernier, chaussures vissées aux skis. Dans les Alpes du Sud, l’heure est à l’organisation et au plan B. Car, si les protocoles sanitaires sont d’ores et déjà annoncés pour profiter des pistes en toute sécurité, une inconnue règne dans l’équation : Qu’en sera-t-il du confinement ?

« Depuis 40 ans je suis dans le métier, et c’est bien la première année que la préoccupation première n’est pas de savoir si la neige sera au rendez-vous », nous glisse en riant Gilles VanHeule, directeur de l’office de tourisme de Serre Chevalier.

Un rire qui masque un temps seulement les inquiétudes quant à la saison d’hiver qui approche. « On devait ouvrir le week-end du 5 décembre, mais au vu de la situation, nous avons décidé d’attendre l’ouverture officielle du 12 décembre. Comme tout le monde, nous sommes pendus à ce que va ordonner le gouvernement, mais on compte vraiment sur cette période de Noël pour entamer l’hiver ».

Des initiatives pour dynamiser l’économie locale

Si, pour le moment, les gros événements sur ce domaine skiable sont annulés, d’autres initiatives sont à l’étude pour proposer aux vacanciers un séjour animé. Pas de concerts, mais des petits spectacles à destination du jeune public, des déambulations et des jeux de piste. « Tout pour que la foule soit diluée, souligne le directeur. On a aussi misé sur une communication importante à l’égard de la clientèle française, puisque nous ne pourrons malheureusement pas compter sur les touristes étrangers qui représentent 20% de notre fréquentation en temps habituel. Nous allons notamment proposer de faire découvrir les joies des sports d’hiver aux débutants en leur offrant, sur un séjour d’une semaine, les deux premiers jours pour apprendre la discipline ».

Matériel, forfait, cours débutant et hébergement gratuits à Serre-Chevalier, donc, pour les néo-skieurs. Un projet auquel s’ajoute une attention toute particulière portée sur les commerçants locaux, qui bénéficieront prochainement de leur présence sur une plateforme de click & collect où tous les types de commerces seront répertoriés.

, Comment les Alpes du Sud s’adaptent-elles pour sauver la saison d’hiver ?, Made in Marseille
©OT Serre Chevalier

Rassurer la clientèle française

Un créneau de vente sur lequel se sont déjà engagés plusieurs commerçants de la région face aux difficultés économiques qu’engendre la situation sanitaire. C’est le cas à Montgenèvre, la doyenne des stations de ski françaises, avec le magasin Sport 2000 Snowbox tenu par Jérôme Salomon. « On a choisi de faire du click & collect. Malheureusement, on ne va toucher que la clientèle locale, se désole-t-il. On se retrouve avec un confinement juste avant les vacances, les réservations sont complètement arrêtées, j’ai donc dû aussi arrêter les livraisons des stocks. La situation n’est ni rassurante pour nous, ni pour les clients ».

Et pourtant, cette problématique sanitaire incite les commerces à redoubler d’attention, notamment pour rassurer les vacanciers. « J’ai disposé des gels hydroalcooliques partout dans le magasin et les clients ne pourront rentrer qu’avec le masque, continue Jérôme. Comme désormais le masque est aussi obligatoire sur les remontées mécaniques, nous proposons à la vente des tours de cou de la marque française Cairn qui sont normés et font donc office de “masques barrières”. On est tous conscients des problèmes sanitaires, on va les faire respecter. Et, si l’on a les autorisations administratives pour ouvrir, nous sommes prêts pour la saison ».

#CetHiverJeSkie

L’appel est d’ailleurs relayé dans les hautes sphères, comme la Région Sud et le CRT, disposés à aider les professionnels du tourisme pour assurer leur saison au mieux ; ou encore l’association nationale France Montagnes, qui déploie depuis quelques semaines une campagne de communication sur internet : #CetHiverJeSkie. « Nous allons travailler dans les prochaines semaines avec le gouvernement pour permettre dès que ce sera possible le meilleur accueil de nos clients », assurait en début de mois Jean-Luc Boch, président de France Montagnes et de l’Association Nationale des Maires de Stations de Montagne (ANMSM).

https://youtu.be/lPx0rmodgDg

 

Et de toutes parts dans les Alpes du Sud, les professionnels du tourisme en montagne s’activent pour préparer cette saison aussi particulière qu’imprévue.

A Orcières Merlette, la date d’ouverture de la station est annoncée au 12 décembre et propose d’ores et déjà sur son site des tarifs promotionnels sur ses forfaits de ski. Cette initiative entre dans le cadre du dispositif “Carte blanche” initié par le groupe Labellemontagne. « Plus de ski, plus d’avantages » est-il scandé, soit un abonnement de 23 € à valoir jusqu’au 1er décembre au lieu de 43 €, valable dans 10 stations partenaires.

Pour inciter les skieurs à préparer leurs séjours dans les meilleures conditions, et cela sans crainte de l’annonce d’un nouveau confinement, nombreuses sont aussi les stations à faire savoir que l’annulation des réservations sera sans frais. C’est le cas dans l’un des villages les plus fréquentés par les Marseillais, Vars. Jusqu’à l’avant-veille du départ, sous réserve de motifs liés à la Covid-19, les clients pourront annuler leur séjour. Idem pour les forfaits, remboursables jusqu’au premier jour de leur validité.

« Quoiqu’il arrive, on est sur les starting-blocks »

De leur côté, les groupes spécialisés dans l’hôtellerie adaptent eux aussi leurs offres, et de nombreuses réductions sont proposés aux vacanciers : Villages Clubs du Soleil, Village de Vacances (VVF), MMV… Les groupes touristiques ne lésinent pas sur les promotions ainsi que sur les garanties de remboursement si le gouvernement prolonge le confinement.

Dans le petit village de Ceillac, niché dans le Queyras, Sandrine Romand est à la direction du VVF. Avançant « à l’aveugle » comme tous les professionnels du secteur, elle nous indique que son équipe et elle ne comptent, pour le moment, que 40% de taux d’occupation.

« Les réservations ne sont pas nombreuses, tout le monde est dans le flou, même nous. On attend encore les directives du siège ainsi que celles des collectivités. Quoiqu’il arrive, on est sur les starting-blocks, j’ai la chance de pouvoir compter sur une équipe qui travaille avec moi chaque saison. Mais cet été aussi, nous avions très peur, et finalement tous les commerçants ont très bien travaillé, c’est la première année en 4 ans que je vois autant de monde à Ceillac. Tout le monde espère secrètement la même chose pour cet hiver. D’autant plus que c’est une petite station, il n’y a pas trop d’attente, les gens vont peut-être préférer ces petites stations familiales cette saison ».

L’espoir se fait sentir, alors qu’Olivier Véran, ministre de la Santé, annonçait ces dernières heures une baisse du nombre de nouvelles infections et de décès liés à la Covid-19, soulignant « Nous avons dépassé le pic de l’épidémie ». Un espoir relayé ce week-end notamment par la ministre du Travail, Elisabeth Borne, qui a invité les stations de ski à embaucher des saisonniers afin de « préparer la saison » si tous les feux sont au vert pour l’inaugurer.

Réponse dans cinq semaines.


A lire aussi

, Comment les Alpes du Sud s’adaptent-elles pour sauver la saison d’hiver ?, Made in Marseille
Dans les Alpes du Sud, des sports d’hiver ludiques et plus responsables Le Sauze ©Bertrand Bodin

 

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !