Capteurs solaires, éoliennes d’altitude, trottinettes électriques… Après un été record, les Alpes du Sud préparent activement l’arrivée de l’hiver. Les touristes pourront pratiquer diverses activités ludiques au coeur de stations de ski qui se veulent plus éco-responsables.

Un été record. Voilà le bilan tiré dans les Alpes du Sud en cette année 2020, pourtant si particulière pour le monde économique. Avec une progression de 11% par rapport à l’été précédent, la saison touristique a visiblement fait carton plein, enregistrant pas moins de 366 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Et un pari réussi pour les différents acteurs de la région qui, à la sortie du confinement, n’ont pas hésité à regrouper leurs forces et leurs moyens pour continuer à faire vivre l’économie locale, notamment via des campagnes promotionnelles.

Pour annoncer le lancement de la saison d’hiver 2020-2021, les représentants de plusieurs stations des Alpes du Sud étaient présents récemment à Marseille, au Cook in Potes de la rue de la République (1er).

A cette occasion, François de Canson, président du Comité Régional de Tourisme (CRT) et Yvan Chaix, directeur de l’Agence du développement des Hautes-Alpes, sont revenus sur ces quelques mois estivaux. « Si depuis 2015 les Hautes-Alpes enregistrent une croissance continue, l’été 2020, celui de la Covid-19, est exceptionnel avec une hausse d’activité à deux chiffres, jamais nous n’avions accueilli autant de visiteurs l’été, se félicite ce dernier. L’attrait pour la montagne en cette période tourmentée, l’effondrement des déplacements à l’étranger, les efforts des acteurs du tourisme des Hautes-Alpes et une météo au beau fixe expliquent l’embellie ».

La montagne, un atout majeur du patrimoine national

Car depuis plusieurs années maintenant, la montagne est de nouveau valorisée par les collectivités territoriales, présentée comme un atout majeur du patrimoine national. Les stations avaient, quant à elle, été dotées de 100 millions d’euros de budget de la part de la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur pour continuer à asseoir leur position, faisant partie d’un territoire occupant la seconde place des destinations “montagne”.

Etalé sur quatre années, cet investissement confère aux quelque 65 stations de la région une visibilité à l’international, renforcée au niveau local à travers la marque Pure Alpes, lancée en janvier 2018. « La montagne est aujourd’hui considérée à sa juste mesure, ne manque pas de souligner François de Canson. Et nous misons sur ces territoires qui évoluent et que nous comptons préserver à travers différentes mesures ».

, Dans les Alpes du Sud, des sports d’hiver ludiques et plus responsables, Made in Marseille
Praloup ©Emmanuel Molle

L’essor des “smart stations”

Un objectif commun, se traduisant par des équipements plus modernes, de nouvelles activités et des priorités bien marquées. Parmi celles-ci, la transition énergétique, alors que l’ambition manifeste est de devenir la première “smart région” d’Europe. Et cela passe par de nouveaux systèmes d’exploitation éco-responsables, dont plusieurs stations se sont déjà équipées :

A Serre-Chevalier, la plus grande d’entre elles, 653 m2 de panneaux photovoltaïques ont été installés sur 13 sites, notamment sur les remontées mécaniques afin d’alimenter les systèmes. Eoliennes d’altitude et installations hydroélectriques pour les réseaux de neige de culture font également partie du paysage du domaine.

A terme, la station prévoit ainsi d’atteindre un objectif de 50% d’autosuffisance électrique en 2025, et une réduction de 50% de son empreinte carbone en 2030.

Une transition novatrice, faisant souffler un vent d’air pur dans le décor alpin, et un exemple suivi par beaucoup d’autres, comme c’est le cas aux Orres, désignée “smart station” lors des Digital Mountain Award 2018, équipée de 30 nouveaux capteurs et panneaux solaires qui permettent l’autoconsommation de petites installations.

Balades en motoneiges au bio-éthanol : une première en France

A Orcières Merlette 1850, plaisir rime avec éco-responsabilité à travers différents services : avec le label “Qualité Confort Hébergement”, elle propose notamment de remédier au problème des lits froids en menant une politique de rénovation de ses bâtiments.

Sur les pistes, place à la trottinette électrique pour des randonnées à sensation, sans oublier les balades en motoneiges au bio-éthanol, réduisant les rejets de CO2 des machines, une première en France.

Pour parfaire les dispositifs et continuer à réaliser de belles entrées économiques, les collectivités réfléchissent à ce jour au lancement d’un appel à projets, dans le but de fluidifier le trafic et réduire l’impact environnemental sur la route des vacances. Applications, co-voiturage, sensibilisation… Toutes les idées seront à cet effet les bienvenues.

Un hiver ludique malgré la Covid-19

Ecologie et économie couplées, les acteurs locaux préparent dès aujourd’hui la saison d’hiver, pour qu’elle soit aussi favorable pour le tourisme que celle d’été. Première mesure sanitaire engagée : le port du masque obligatoire dans les remontées mécaniques, ainsi que dans les transports en communs (navettes), hébergements, commerces, bars et restaurants.

 

, Dans les Alpes du Sud, des sports d’hiver ludiques et plus responsables, Made in Marseille
La carte Impec’Alpes répertorie les actions portées sur le territoire en termes de sécurité et de loisirs.

Fatbike (VTT avec pneus à neige), Quadbike, biathlon, chiens de traineaux… Pour ce qui est des activités, les stations ne manquent pas d’imagination cette année pour conquérir le coeur des touristes, avec des expériences ludiques et pour certaines nouvelles, comme il est question à Serre-Chevalier, avec l’inauguration de sa tyrolienne, où les téméraires pourront se laisser porter sur 1 100 m, à 300 m de dénivelé, avec une vitesse pouvant aller jusqu’à 110 km/h.

Des promesses d’aventures qui confèrent aux Alpes du Sud une belle légitimité auprès des vacanciers. Elles se sont d’ailleurs portées candidates pour accueillir pour la première fois les éditions 2022, 2023 et 2024 du Salon Grand Ski, le plus grand salon professionnel international dédié à la montagne en hiver.

La saison d’hiver sera officiellement lancée le 28 novembre, à Puy-Saint-Vincent qui sera la première station à accueillir le grand public. A vos skis.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !