Le président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur a détaillé le nouveau plan d’aides en vue du deuxième confinement. 146 millions d’euros supplémentaires pour aider le monde économique, la formation, la culture et les transports.

Le deuxième confinement national est entré en vigueur ce vendredi 30 octobre, jusqu’au 1er décembre minimum. Lors d’une conférence de presse en ligne, Renaud Muselier, président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, a détaillé les aides et mesures mises en place par la collectivité pour soutenir différents secteurs.

« Dès vendredi, nous avons lancé des réunions de travail afin de vous présenter aujourd’hui, la première phase d’actions que nous allons entreprendre, pour que ce “confinement 2” soit le dernier ».

146 millions d’euros supplémentaires

Lors du premier confinement au printemps, la Région, qui possède la compétence économique, avait déjà déployé un plan à 1,4 milliard d’euros, dont une grande partie est encore effective.

Aujourd’hui, 146 millions d’euros supplémentaires sont débloqués pour les entreprises, la culture, la santé, la formation et les transports. Ils viennent s’ajouter aux 272 millions d’euros déployés sur le territoire ,dont 138 M€ au travers de crédits de l’État et de Europe.

 

Les étudiants en soutien du système de santé avec prime à la clé

Ils sont 14 500 étudiants stagiaires dans le domaine du paramédical sur le territoire régional. Ils sont mis à disposition « immédiatement et sans réserve » en soutien des hôpitaux de la région, explique Renaud Muselier.

Comme lors de la première vague, une prime leur sera accordée : 200 euros par mois pour les externes en médecine et auxiliaires de vie, et 1 000 euros pour les aide-soignants et infirmiers.

Tous les soignants bénéficient de la gratuité du transport régional durant la crise.

65 millions d’euros pour les entreprises

Lors de la première vague, une série d’outils de prêts aux entreprises ont été déployés : Fonds COVID-Résistance, Prêt-rebond BPI/Région Sud, Fonds Régional de Garantie, Fonds Economie Sociale et Solidaire, Fonds INVESTOUR… Ils sont maintenus et 65 millions d’euros supplémentaires sont ventilés sur ces différentes aides destinées aux différents secteurs économiques.

Afin d’en bénéficier et de connaître celles qui leur sont destinés, les professionnels peuvent accéder au « guichet unique », renforcé en effectifs, au 0805805145, ouvert du lundi au vendredi de 8h à 18h et sur entrerpises.maregionsud.fr.

Par ailleurs, « nous reportons d’un an supplémentaire les échéances de remboursement de tous nos prêts et avances remboursables, soit 3 ans désormais », précise le président de la Région.

Enfin, afin de poursuivre au mieux leur activité malgré la fermeture physique imposée par le confinement, les artisans-commerçants et entreprises touristiques peuvent bénéficier d’une nouvelle aide à la digitalisation. Elles iront de 2 000 à 5 000 € « pour permettre, par exemple, la création d’un site de vente en ligne, équipement numérique, système de QR code, d’outils de billetterie ou de réservation en ligne, de plateformes de commercialisation ou de logiciels pour les entreprises du tourisme ».

Les transports maintenus à 100 % en semaine

Tous les transports dépendant de la région (TER, LER, lignes de cars interurbaines, Chemins de fer de Provence), dont les transports scolaires, sont maintenus « à 100 % sur le territoire en semaine », explique Renaud Muselier. Leur fréquence devrait tout de même être revue à la baisse le week-end.

La Région rappelle qu’un abonnement « ZOU télétravail » est en vigueur depuis la rentrée de septembre, avec de 60 à 70 % de réduction pour 20 à 30 voyages par mois sur un même trajet. L’abonnement « ZOU Études » est également disponible depuis la rentrée, à 90 € par an au lieu de 110 €, et 45 € en tarif social.

2 millions d’euros pour le sport et l’événementiel

Alors que toutes les subventions régionales pour les événements annulés durant le confinement sont maintenues, la collectivité injecte deux millions d’euros supplémentaires en soutien des secteurs du sport et de l’événementiel.

Ils permettront notamment « le maintien de l’ouverture des sites du CREPS (Aix en Provence, Antibes et Boulouris) et le soutien aux Pôles France et Pôles Espoirs pour l’entrainement des sportifs de haut niveau », précise le président de Région. Ce dernier demande également « la mobilisation immédiate des 120 millions d’euros du Plan de relance par l’Agence Nationale du Sport pour soutenir les clubs amateurs et les emplois dans ces clubs ».

Lycées et formation professionnelle maintenus

Pour la formation sur le territoire, la Région débloque 7,5 millions d’euros pour « la création d’un fonds de soutien de pour consolider les 69 CFA et assurer la continuité pédagogique de ces apprentis ».

Les sessions de formation sont maintenues pour les 11 000 stagiaires de la formation professionnelle sur le territoire, dont « 80 % s’effectue à distance ». Leur rémunération « est maintenue », affirme Renaud Muselier. « C’est une mesure indispensable dans cette période de crise économique et pour anticiper la crise sociale ».

Concernant les 35 000 apprentis en Provence-Alpes-Côte d’Azur, le président de la collectivité rappelle que l’État prend en charge le coût de l’entreprise de 50 % à 80 %.

Du côté des lycées dont la Région a la charge, « ils resteront ouverts, on s’est battu pour cela », déclare l’élu. Il affirme avoir débloqué 49 millions d’euros à cet effet. Ils concernent la mise à disposition de matériel sanitaire (masques, gel hydroalcoolique, équipement de nettoyage), la garantie de restauration, ainsi que plusieurs centaines de recrutements supplémentaires.

350 000 euros pour les banques alimentaires et les Restos du cœur

Rappelant que la crise sanitaire entraine inévitablement une crise sociale, avec une augmentation de 30 % des activités d’aides alimentaires, Renaud Muselier affirme que « nous allons voter une aide de 210 000 euros pour les banques alimentaires de la Région et de 130 000 euros aux Restos du Cœur ».

Un million d’euro supplémentaire pour le secteur de la culture

Alors que la culture fait une nouvelle fois face à un arrêt quasi-total de ses activités, « on se bat pour aider les artistes à travailler et les lieux à survivre », estime le président de Région. Un million d’euros s’ajoutent aux 39 millions en cours d’engagement après la réactivation des dispositifs première vague », affirme-t-il, pour un total de 40 millions dédiés au secteur.

Une partie servira à compenser des pertes de recette des lieux « qui resteront ouverts pour permettre aux équipes artistiques de continuer à répéter ». Le fonds servira également aux équipes et structures culturelles les plus fragilisées.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !