Le patron de l’UPE13 a rencontré le préfet de région afin de faire remonter les doléances des entreprises de la métropole. Il a obtenu que la restauration rapide puisse poursuivre son activité.

Philippe Korcia, le patron de l’UPE13, a rencontré cet après-midi le préfet de région, Christophe Mirmand, pour évoquer les nouvelles mesures sanitaires décidées par le ministre de la Santé, Olivier Véran, mercredi soir. À savoir : la fermeture des bars et des restaurants d’Aix, placée en zone d’« alerte maximale ».

Philippe Korcia dit regretter le manque de concertation, « d’avoir été mis devant le fait accompli, une heure avant les annonces, alors qu’avant nous avions eu une consultation et que certaines de nos propositions ont d’ailleurs été reprises ».

Lors de sa rencontre avec le représentant de l’État, il a demandé un éclaircissement sur le périmètre concerné. Les bars et restaurants de 69 des 92 communes de la métropole, les principales grandes villes, seront contraints de baisser le rideau. La liste devrait être dévoilée par la Préfecture des Bouches-du-Rhône, dans la soirée, ou demain matin au plus tard.

Autre doléance : que la fermeture des restaurants soit effective samedi à minuit et non vendredi soir, afin de permettre aux restaurateurs d’écouler leurs stocks. « Nous avons demandé que les restaurants de vente à emporter puissent poursuivre leur activité. Et nous avons obtenu que tous les restaurants d’entreprise puissent rester ouverts », confie-t-il.

Pour lui, cette situation reste « une catastrophe économique ». Afin d’éviter les faillites, le président de l’Union patronale a demandé la prise en charge par l’État des loyers et de la perte d’exploitation, avec des démarches simplifiées. « Le préfet fera remonter ces demandes à Bruno Le Maire », poursuit Philippe Korcia.

Dans la journée, il a fait parvenir un courrier au Président de la République. Une invitation à venir dans la cité phocéenne, « saisir la réalité du terrain, pour aller à la rencontre des vrais sachants, dans une démarche constructive… Il paraît qu’il aime Marseille », ajoute Philippe Korcia, qui ne croit pas en la « guerre Marseille-Paris. Quoiqu’il arrive, il ne faut pas opposer le monde économique et le monde sanitaire », insiste-t-il, souhaitant que cette situation ne soit pas un coup d’arrêt aux discussions avec l’État.

Se voulant rassurant, le préfet a toutefois assuré que ce n’est pas une étape vers un re-confinement.

Philippe Korcia a appelé à être le plus nombreux possible demain matin devant le tribunal de commerce.

En effet, la CCI métropolitaine Aix-Marseille-Provence, à l’initiative de l’UMIH13, appelle au rassemblement collectif en demandant « officiellement un moratoire sur cette décision. Face à cette mesure prise sans concertation et qui met en danger durablement toute une filière et par effet dominos toute notre économie et notre territoire ; Face à cette décision précipitée et incompréhensible, car prise alors même que les effets des premières mesures ne peuvent encore être évalués ; La CCIAMP appelle à une mobilisation collective, aux côtés de l’UMIH13, de tous les acteurs économiques (fédérations, groupements professionnels, associations d’entrepreneurs, associations de commerçants, associations de zones d’activités), des entreprises, de leurs collaborateurs et des élus locaux pour dénoncer un reconfinement inacceptable et demander officiellement un moratoire sur cette décision ».

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !