Ce jeudi 17 septembre, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique et Jean-Baptiste Djebbari, ministre chargé des Transports, ont annoncé la publication d’un décret qui rend obligatoire la mise en place de zones à faibles émissions dans les territoires les plus pollués, et notamment à Marseille à l’automne 2021.

Le décret paru hier “rend désormais obligatoire la mise en place de zones à faibles émissions dans les territoires les plus pollués” précise le Ministère de la Transition écologique. A Marseille, la création de cette zone, prévue pour 2021 (voir notre article), devrait englober les axes Lesseps – Plombières – Jarret – Rabatau – Prado 2, sur un périmètre de 19,5 km2 regroupant « 314 000 habitants, 172 000 emplois et 42 000 scolaires », expliquait Alexandre Gallese, délégué à la stratégie environnementale de la Métropole, en décembre dernier.

Le contexte

Une étude réalisée par Santé publique France estime que la pollution de l’air est responsable de “48 000 décès prématurés par an en France. Le trafic routier est responsable de 57 % des émissions d’oxydes d’azote et d’une part significative des émissions directes de particules fines“, rappelle le Ministère.

Pour réduire la pollution atmosphérique, la loi d’orientation des mobilités a créé les zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m). Elles permettent aux collectivités locales de limiter la circulation des véhicules les plus polluants sur leur territoire. “Quatre collectivités ont d’ores et déjà mis en place des ZFE-m en France : la Métropole de Lyon, Grenoble-Alpes-Métropole, la Ville de Paris et la Métropole du Grand Paris” précise le Ministère.

, Marseille : L’État acte la création d’une zone à faible émission pour limiter les véhicules polluants, Made in Marseille
La future zone à faible émission à Marseille

Sept nouvelles zones à faibles émissions créées

Avec ce nouveau décret paru hier, le gouvernement crée ainsi 7 nouvelles zones qui devront obligatoirement être mises en place par des métropoles françaises : Métropole d’Aix-Marseille-Provence, Métropole Nice-Côte d’Azur, Métropole Toulon-Provence-Méditerranée, Toulouse Métropole, Montpellier-Méditerranée Métropole, Eurométropole de Strasbourg et Métropole Rouen-Normandie.

La mise en place de ces ZFE s’accompagne d’un supplément financé par l’Etat à la prime à la conversion des véhicules, jusqu’à 1000 euros, lorsqu’une aide similaire est allouée par la collectivité. Toute personne habitant ou travaillant dans une ZFE peut obtenir une prime s’élevant jusqu’à 3500 € (et même 6000 € pour les ménages les plus modestes) pour l’achat d’un véhicule électrique ou hybride rechargeable, en supplément de l’aide locale à laquelle il peut avoir droit.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !