Dans le cadre du programme Impact jeunes, porté par les Apprentis d’Auteuil à Marseille, les acteurs Redouane Bougheraba et Ahmed Sparrow ont proposé un stage de stand-up aux jeunes des quartiers prioritaires. Entre improvisations et mises en situation, une trentaine de stand-uppers en herbe ont appris les ficelles du métier. A la clé : la chance de se produire sur scène en fin d’année.

L’acteur Redouane Bougheraba (La Vie Scolaire, Les Segpas, Sous Ecrous) est installé au milieu de la salle du théâtre de l’Oeuvre, entouré d’une trentaine de jeunes allant de 13 à 30 ans. Il écoute attentivement Karim, le premier à passer sur scène aujourd’hui.

Le jeune, âgé de 23 ans, se balance d’une jambe à l’autre, visiblement mal à l’aise, puis se détend au fil des blagues de Redouane et des éclats de rire dans la salle. Entre conseils et railleries, le stage de stand-up commence.

Dans le cadre du programme Impact Jeunes porté par la Fondation Apprentis d’Auteuil, le Contact Club et la Compagnie Mémoires Vives ont réuni, pendant trois jours, Ahmed Sparrow, Redouane Bougheraba, Ariles et Hakim Bougheraba (Les Segpas, Sous Ecrous), des stars du stand-up et de la web-série au théâtre de l’Oeuvre à Marseille afin de donner des conseils à des stand-uppers en herbe venus des quartiers prioritaires de la ville.

Au deuxième jour, une trentaine de jeunes ont répondu présent pour fouler les planches ou soutenir un ami. Pour ceux qui comptent monter sur scène, l’ambition est d’être programmé dans un café-théâtre à Aix-en-Provence, ainsi qu’obtenir des dates en octobre au théâtre de l’Oeuvre.

, Redouane Bougheraba et Ahmed Sparrow initient les jeunes Marseillais au stand-up, Made in Marseille

, Redouane Bougheraba et Ahmed Sparrow initient les jeunes Marseillais au stand-up, Made in Marseille

« Les accompagner et les aider du mieux qu’on peut »

Redouane Bougheraba a grandi dans le quartier du Panier, avant de se faire un nom dans le monde du stand-up. Assis nonchalamment sur son siège, le bras posé sur le dossier, il essaie aujourd’hui de transmettre son savoir-faire par le biais d’improvisations, d’exercices de comparaison de situation ainsi que d’un travail sur la confiance, la respiration ou encore le positionnement scénique : « C’est un projet qui me tenait à coeur. C’est mon quartier, c’est ma ville, c’est naturel de partager son savoir-faire, son expérience et donner l’envie aux jeunes. Je trouve que c’est bien que des jeunes veuillent monter sur scène et on a un devoir de les accompagner et les aider du mieux qu’on peut », témoigne l’acteur marseillais.

Il est accompagné d’Ahmed Sparrow, stand-upper et chroniqueur venu de Paris et actuellement en tournée avec lui à Aix dans le cadre du Seumeur Tour. Alors que Redouane donne des conseils imagés, Ahmed lui, est plus technique: « N’essaie pas d’être drôle, raconte-nous une histoire qui t’es arrivée, qui t’as fait rire. Plus tu la joueras, plus tu l’enjoliveras, plus tu la rendras rythmée et marrante », explique Redouane à la fin de la représentation de Karim, avant d’être complété par Ahmed : « Et reste face à ton public quand tu parles, ne baisse pas la tête, discute avec nous », ajoute l’artiste.

Pour les deux hommes, c’est une chance de travailler avec ces jeunes aux grandes ambitions mais avec peu de moyens d’y arriver : « A leur âge, j’aurais kiffé pouvoir découvrir le stand-up. Malheureusement, je l’ai découvert tard parce que j’ai grandi en banlieue parisienne, on n’y avait pas accès. Donc je trouve ça bien qu’on leur fasse découvrir dès maintenant qu’ils sont capables d’y arriver. C’est ça qu’on veut transmettre en priorité, leur montrer qu’ils sont capables de faire ce qu’ils ont envie de faire, il faut juste y croire. On n’a pas encore les moyens ou les outils mais on travaille et on avance », explique Ahmed Sparrow, installé tout au fond de la salle, un oeil sur les jeunes.

, Redouane Bougheraba et Ahmed Sparrow initient les jeunes Marseillais au stand-up, Made in Marseille

Objectif : web-série

Si certains s’intéressent au stand-up, d’autres participent au stage pour en apprendre plus sur la création des web-séries. Damien a 21 ans, il vient du quartier de la Belle de Mai et s’intéresse à la scène depuis presque 2 ans. « J’ai déjà fait du stand-up, tourné, fait plusieurs courts-métrages, de la scène. J’aimerais vraiment être acteur dans une web-série », détaille-t-il, avec un air sérieux et motivé.

C’est pourquoi les youtubers Ariles et Hakim Bougheraba (connus pour la web série Sous Ecrous et les Segpas) sont également présents afin de pouvoir répondre aux questions des nouveaux talents.

Objectifs : jeter un oeil à leurs travaux et leur faire un retour à chaud : « Je ne suis pas du tout dans le stand-up, d’ailleurs ça me fait peur, plaisante Ariles. Moi je suis venu leur parler de la manière dont ça se passe quand on fait une série, leur expliquer l’envers du décor. Parce que c’est pas facile, beaucoup se lancent dans des séries en croyant que c’est facile, donc on est là pour leur expliquer comment s’entourer, structurer son projet. C’est très important d’avoir un projet complet », insiste-t-il.



Professionnaliser les jeunes aux métiers de la scène

Ce projet a été lancé dans le cadre du programme Impact Jeunes, qui intervient sur Saint-Mauront, Malpassé, la ville de Tarascon et bientôt La Rose : « Cette opportunité, on a voulu l’ouvrir à un maximum de jeunes du territoire. Ils ont un potentiel énorme, la tchatche, l’envie d’aller dans les métiers de la scène… ils ont plein de choses à dire et ils ont envie de progresser. Il suffit de voir : c’est l’été, un aprem, il fait super chaud dans le théâtre et ils sont là, pas au quartier, pas à la plage, ils sont motivés », explique Lucile Ranger, booster territoriale à Saint-Mauront dans le cadre du programme.

Pour Karim Loukil, de l’association Contact Club, cet engouement s’explique tout simplement par le fait que les jeunes « s’identifient pas mal à ces artistes-là parce qu’ils leur ressemblent, ils viennent des mêmes quartiers et, pour eux, ces stages, c’est de la pratique, c’est concret, ils peuvent avancer, détaille-t-il avant d’ajouter, et puis c’est comme un jeune qui est fan de foot et pour qui on fait venir Zidane, Ronaldo ou Messi ».

Grâce à ce stage, Lucile Ranger souhaite, par la suite, que des partenariats se créent entre les stand-uppers les plus motivés et les artistes, afin qu’ils puissent se professionnaliser dans leur passion. Pour Redouane Bougheraba, l’objectif est de les aider à « se retrouver sur scène, d’en faire leur métier, leur carrière. Pour ceux qui ont le plus d’envie, de détermination, on va les aider, avant de rappeler, c’est beaucoup de travail, d’abnégation, de sacrifice, on y arrive pas du jour au lendemain, mais il faut pas lâcher », conclut-il.

Découvrir Impact Jeunes.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !