Et si on recyclait les masques chirurgicaux ? Une équipe regroupant plusieurs laboratoires dont le CNRS, réfléchit à cette idée écologique et innovante qui pourrait mettre fin aux problèmes de pénurie dans les centres hospitaliers.

Si le gouvernement a annoncé l’augmentation de la production de masques et que des livraisons ont été effectués ces derniers jours, leur distribution aux personnels soignants restent une priorité. Ces masques doivent répondre à des normes strictes.

L’utilisation des masques FFP2 au sein du milieu hospitalier ne s’étend que sur quelques heures, après quoi ils terminent à la poubelle. Mais si ce geste n’avait plus lieu d’être ? Des pistes sont explorées dans ce sens !

Un consortium de 19 laboratoires du CNRS et du CEA travaillent depuis le début de la pénurie sur des solutions de recyclage. En deux semaines, médecins, virologues, hygiénistes mais aussi ingénieurs matériaux, industriels et physiciens ont avancé quelques idées innovantes.

La désinfection et le lavage en priorité

Des tests ont été réalisées en laboratoire de confinement niveau P3, en conditions réelles avec le virus Covid-19. Les tentatives de désinfection des masques par chaleur sèche ou humide (en autoclave), en stérilisation au gaz d’oxyde d’éthylène à 121° pendant 20 minutes ont permis d’éliminer la totalité des microbes et donc du virus sur les masques chirurgicaux. Mais si cette solution demande de disposer d’un autoclave.

Autre solution toute simple : un lavage en machine à 95° avec un détergeant suffit à faire disparaître le virus avec une baisse de performance de seulement 2% à 4%. [la réglementation européenne tolère 98 % d’efficacité, et la réglementation chinoise 95 %, ndlr].

D’autres études sont en cours, comme le mélange de lavage avec d’autres méthodes de désinfection.

Une nouvelle filière industrielle ?

Les résultats doivent être consolidés avant d’être validées par les autorités sanitaires. Si les méthodes de recyclage devaient être reconnues, les laboratoires envisageront la construction rapide d’une filière industrielle. : les masques FFP2 utilisés seraient alors collectés, traités avant d’être remis aux soignants. L’ensemble de la chaîne de production devra être sécurisé de la collecte jusqu’à leur remise au personne soignant.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !