Créé par Sahouda Maallem, en 2012, dans le 6e arrondissement de Marseille, 13 A’tipik, est un atelier de couture d’upcycling (l’art de faire du neuf avec du vieux), mais pas seulement. En plus d’être un chantier d’insertion, il s’est spécialisé dans la fabrication de vêtements adaptés aux personnes à mobilité réduite.

« Je souhaite créer des vêtements pour des personnes handicapées, des personnes fortes, plutôt maigres ou encore très grandes parce qu’il existe tous types de personnes, des personnes un peu hors normes, atypiques ». C’est ici tout se qui caractérise le concept imaginé par Sahouda Maallem.

La Marseillaise d’adoption a ouvert, en septembre 2012, son propre atelier de couture et d’insertion [Lire encadré] baptisé “13 A’tipik”, situé aux pieds de Notre-Dame de la Garde. Dans un désir de faire de sa « différence » une force et un atout, elle a souhaité créer un lieu célébrant l’interculturalité, tout en respectant l’environnement : « Je suis passionnée par l’upcycling depuis toujours, confie-t-elle, assise au bureau de son atelier de couture. Quand j’avais 15 ans, je fabriquais déjà des robes pour l’été avec mes soeurs. On achetait des pièces dans des fripp’ et on les additionnait à nos créations. Issue d’une famille nombreuse, je n’avais pas les moyens de faire autrement », raconte-t-elle.

La couture, une histoire de famille

« J’ai grandi dans une famille où il y a toujours eu de la couture. Dans ma chambre, il y avait une machine industrielle », se remémore Sahouda Maallem, Avignonnaise de naissance. Septième fille d’une famille de onze enfants, elle se souvient très distinctement de son père confectionnant des draps ou encore des rideaux pour la maison familiale : « Aujourd’hui je me fournis chez les frères Bensimmon, mon père à l’époque, se fournissait chez leur père », précise-t-elle.

Lorsqu’elle a obtenu son premier travail dans une boutique de vêtements avignonnaise, elle se rappelle avoir dépensé toute sa première paye dans des vêtements, qu’elle a partagé avec ses soeurs. En octobre 2000, elle a créé avec l’une d’entre elles l’atelier Chez Babel, spécialisé dans le prêt-à-porter et la location. Elle y a travaillé pendant 11 ans avant de venir s’installer à Marseille. Sa soeur dirige encore Chez Babel aujourd’hui.

, 13 A’tipik – L’atelier de couture solidaire spécialisé pour les personnes à mobilité réduite, Made in Marseille
Si le profil est intéressant, Sahouda Malleem peut proposer à ses salariés des CDI

« Comprendre les minorités, c’est mieux les accompagner »

Si Sahouda s’est intéressée très tôt aux minorités et aux injustices, c’est parce qu’elle les a vécues : « J’étais une bonne élève mais à l’adolescence, je me questionnais, je questionnais mes professeurs. Je n’arrivais pas à comprendre pourquoi nous étions étiquetés comme une minorité. J’ai alors commencé à avoir certains problèmes avec certaines personnes », se remémore la créatrice de 13 A’tipik, Française d’origine algérienne.

Ces problèmes l’ont poussé à devoir changer de collège en classe de troisième, avant de se diriger vers un lycée professionnel, dans la filière vente. Après ses études, elle a commencé à travailler dans une association, dans le milieu de l’insertion. Elle y est restée 28 ans avant de se reconvertir. Au cours de sa vie, elle a également vu de très près la situation des personnes à mobilité réduite : des suites d’une maladie, l’une de ses soeurs se déplace désormais en fauteuil roulant, ainsi que l’un de ses frères, victime d’un accident.

La fille de Sahouda, âgée de 34 ans, est également dans le même cas : « Elle est handicapée et souffre de surcharge pondérale. Elle m’a beaucoup apporté dans la création de 13 A’tipik », confie l’entrepreneuse, avant d’ajouter : « J’ai la chance d’avoir exercé ce métier pendant 36 ans. J’ai passé ma vie à trouver des solutions, et j’en trouve toujours. Ça devient presque un défaut parfois, c’est mon côté extrêmement optimiste. Mais on n’a pas le choix dans ce travail-là ».

, 13 A’tipik – L’atelier de couture solidaire spécialisé pour les personnes à mobilité réduite, Made in Marseille
Ces jours-ci, la moyenne d’âge des salariés est de 45 ans pour lutter contre la précarité des plus de 40 ans © I.B.

Lancement d’une collection capsule à son nom

Depuis la création de 13 A’tipik, Sahouda a eu l’occasion de créer des collections de décoration d’intérieur et elle a pu collaborer avec Kaporal ainsi que de designers français. Mais, la créatrice souhaite désormais voler de ses propres ailes avec le lancement d’une collection capsule à son nom.

« Dans mes vêtements, je veux trouver de l’harmonie afin que les personnes “atypiques” qui les portent se sentent belles et bien dans leur peau. C’est aussi pour ça que j’ai choisi le nom 13 A’tipik. Et j’ai enlevé les Y parce que j’aime bien mettre les points sur les I, c’est un peu ma façon de m’affirmer », plaisante la fondatrice. La Marseillaise d’adoption souhaite, d’ici fin 2020, sortir sa propre collection de prêt-à-porter, fabriquée à partir de matières réutilisées. Combinaisons, shorts, pantalons, robes, vestes mais aussi tenues décontractées.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !