Ce matin, l’aéroport Marseille Provence présentait ses vœux à la presse. L’occasion de faire un tour d’horizon du bilan 2019 et des perspectives à l’horizon 2023, avec la livraison du futur hall “coeur aéroport” imaginé par l’architecte Norman Foster.

Cette année encore, l’heure est à la croissance. L’aéroport de Marignane engrange une hausse du nombre de passagers par rapport à 2018 et dépasse la barre espérée des 10 millions de passagers. Au total, 10 151 743 de passagers ont été accueillis en 2019 (+ 8,1 %). Cette croissance est essentiellement liée à l’international (+11,1 %). L’aéroport Marseille Provence se hisse ainsi à la 3ème place des aéroports régionaux français.

Les objectifs aujourd’hui restent les mêmes : « Créer de l’emploi et permettre au territoire de se développer à l’international tout en adoptant des actions éco-responsables », explique Jean-Paul Ourliac, président du conseil de surveillance. « Marseille dispose de la plus forte croissance cette année, devant Lyon (7%), Nice (4%), Toulouse (pourcentage légèrement négatif) », poursuit Julien Boullay, directeur marketing et communication de l’aéroport Marseille Provence (AMP).

« Notre secteur doit être lucide sur son impact environnemental »

Face au phénomène parti de Suède du “flygskam” ou “flight shame”, la “honte de prendre l’avion” qui a réveillé les consciences éco-responsables sur les réseaux sociaux, Jean-Paul Ourliac défend ses choix :  « Le secteur aérien a face à lui une nécessité de se repenser. J’ai la conviction qu’on est passé par une phrase d’hyper démocratisation des vols aériens, notamment avec le vol low-cost et je pense que c’est une bonne chose. On est dans une logique de mondialisation et la mobilité fait partie de cette vie-là. Mais il ne faut pas que l’avion soit banalisé. Il ne faut pas confondre démocratisation et banalisation. Notre secteur doit être lucide sur son impact environnemental. Nous devons réfléchir sur des avions moins bruyants et plus propres et travailler sur des filières pour favoriser les biocarburants. Aujourd’hui, quand on réfléchit à ouvrir une nouvelle ligne, on réfléchit aussi à sa pertinence de façon extrêmement lucide pour trouver le bon équilibre ».

17 nouvelles lignes à l’été 2020

Pour l’été 2020, 17 nouvelles lignes sont d’ores et déjà annoncées par rapport à l’été 2019 : Alghero, Antalya, Athènes, Castellon, Catane, Copenhague, Dakar, Dublin, Essaouira, Koutaïssi, La Canée, Londres Southend, Milan Bergame, Olbia, Sofia, Tel Aviv et Vienne. Au total, ce sont 124 destinations et 158 lignes régulières qui sont prévues à ce jour pour l’année 2020.

Favoriser un ancrage durable sur le territoire

Avec ses chartes de coopération économique et sociale, l’aéroport investit dans les communes qui l’entourent : Marignane, Vitrolles et Saint-Victoret. Il s’engage ainsi à participer à la vie locale, notamment en favorisant le développement des emplois.

Sur le plan environnemental, l’aéroport a obtenu la certification ACA (Airport Carbon Accreditation) niveau 3, grâce à une réduction de – 25% des émissions de CO2 entre 2013 et 2017. L’ACA est un programme international qui engage bénévolement les aéroports dans la réduction des gaz à effet de serre. D’ici 2023, 130 bornes de recharge pour les véhicules électriques seront implantées sur l’ensemble des parkings de l’aéroport. En 2019, 17,7 % des passagers (soit 1,8 million de personnes) se sont rendus à l’aéroport par les transports en commun, soit une croissance de 13,5 % par rapport à l’année 2018. La croissance des transports en commun est ainsi supérieure à celle du trafic aérien.

Les projets 2020 – 2023

Plusieurs grands projets catalyseront l’actualité de l’aéroport Marseille Provence dans les prochains mois. Parmi eux, l’aménagement de nouveaux parkings, la construction du hall “coeur aéroport”, projet phare de la décennie, et la construction d’un nouvel immeuble de bureaux pour accueillir la direction de l’aéroport et tous ses services.

2020 marquera la livraison du chantier du rond-point des Lavandes, avec son tunnel traversant qui permettra de désengorger le trafic sur le rond-point en surface et donc de fluidifier la circulation sur le site de l’aéroport. Cette année sera aussi marquée par la modernisation et l’agrandissement du tri bagages du Terminal 2, motivés par l’augmentation du trafic dans ce terminal (ex MP2, terminal low-cost). Coût du projet : 5 millions d’euros.

En avril 2021, le gros temps fort sera la livraison d’un nouvel immeuble de bureaux. “Nous avons choisi de construire un nouvel immeuble moderne et performant sur le plan énergétique qui va nous permettre de travailler à proximité de l’aéroport et donc de manière plus efficace“, précise Jean-Paul Ourliac. Coût du projet : 14 millions d’euros.

Enfin, 2023 sera l’année des grandes inaugurations. Les parkings P3/P4 seront couverts de panneaux en ombrières photovoltaïques pour un montant de 42 millions d’euros. Et en septembre, le bâtiment “coeur aéroport” ouvrira au public après 3 ans de travaux. Le nouveau grand hall ultra moderne et très design, a été imaginé par le célèbre architecte Norman Foster pour un montant de 259 millions. La première pierre sera posée en septembre 2020.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !