Emerging Valley s’est achevé, hier soir, sur une note positive, des projets concrets et surtout en regardant vers l’avenir. Soutenu par la Commission européenne et labellisé Africa 2020, l’événement s’inscrit désormais dans la durée sur le territoire.

Plus de 250 speakers, 150 start-up, près de 80 investisseurs, une trentaine de sessions, une quinzaine de plénières et d’ateliers… la troisième édition d’Emerging Valley a tenu toutes ses promesses. Au sein du campus du futur, thecamp, le Sommet a rassemblé les leaders de la Tech africaine, les investisseurs, les experts africains et mondiaux de l’innovation, avec l’objectif de créer une dynamique de coopération entre les pays des deux rives de la Méditerranée autour de projets concrets dans des domaines comme l’environnement, la Tech4Good, le numérique, la ville durable…

Sur cette dernière thématique, le concours Med’Innovant Africa, organisé depuis trois ans par l’Etablissement public d’aménagement Euroméditerranée a d’ailleurs permis de distinguer deux jeunes chefs d’entreprise : Abacar Thiam a remporté le prix du jury 2019 avec SEN Or’Dur, une solution innovante pour régler la problématique des déchets au Sénégal.

Des innovations pour des villes plus durables

La start-up s’active dans la gestion des déchets dans une approche globale des filières : collecte, tri, traitement, transformation et valorisation des déchets. SEN Or’Dur met en exergue toute la richesse des ordures qu’Abacar Thiam qualifie d’ailleurs « d’or dur ».

Le prix coup de coeur a été remporté par Pyrrus Kouoplong Koudjou. Le jeune camerounais souhaite apporter une réponse aux problèmes que rencontrent les agriculteurs du continent. Avec Clinic Plant, il propose une solution innovante à la propagation de maladie sur les récoltes.

Cette édition a pris une nouvelle dimension avec le soutien de la commission européenne. Maria-Cristina Russo, directrice de la coopération internationale à la direction générale R&D, de la Commission Européenne, a d’ailleurs salué cette initiative, lancée il y a maintenant trois ans, par Samir Abdelkrim. « Ce que j’ai retenu, ici, à l’occasion de ces deux journées, c’est vraiment le dynamisme, la créativité et l’énergie positive. Je pense que se sont des mots clés qui ressortent de cet événement ».

La commission européenne réaffirme son soutien

Maria-Cristina a réaffirmé la volonté de la commission européenne de poursuivre aux côtés du chef d’entreprise, dans les prochaines années. « Je me réjouis du fait qu’Emerging Valley va avoir une approche encore plus tournée sur la Méditerranée. Le travail que vous faites entre parfaitement dans les priorités de la nouvelle commission, qui sont une Europe plus attractive pour les citoyens, une société digitale attentive à l’Europe et des relations plus fortes entre l’Europe et l’Afrique, sans oublier le fait de marcher main dans la main avec les pays de la Méditerranée. »

Une fois encore, l’événement a permis de renforcer à l’international, l’attractivité des start-up innovantes, de développer leurs relations business et d’accélérer leur impact à l’échelle globale.

Emerging Valley a également pour vocation d’aider les start-up africaines à se développer en obtenant des financements. A ce titre, l’Agence française de développement (AFD) partenaire de la manifestation, a lancé un nouveau fonds de € 15 millions, dédié aux start-up africaines. Il cible les start-up numériques en début d’activité, les incubateurs, hubs et accélérateurs. Ce fonds couvre 45 pays d’Afrique pour un soutien financier pouvant atteindre 300 000 d’euros,

Aujourd’hui seules 20 % des PME africaines peuvent prétendre à un prêt bancaire et 87 % des start-up n’ont accès à aucun financement.

En complément de la plateforme associative Digital Africa, ce dispositif est une composante de l’initiative Choose Africa par laquelle l’AFD s’engage à consacrer € 2,5 milliards aux start-up et PME africaines d’ici 2022.

Pour Samir Abedlkrim, Emerging Valley s’impose désormais comme un moment fort sur le territoire et s’inscrit dans la durée.

« Emerging Valley est l’interface entre les écosystèmes »

« Le message fort de cette nouvelle édition, c’est la confiance et l’envie d’avancer ensemble. Emerging Valley est l’interface entre les écosystèmes, qui permet de construire ensemble un destin commun autour du numérique, l’Europe, la Méditerranée et l’Afrique, par l’innovation, pour l’innovation et pour une innovation au service de l’humain », affirme le fondateur Samir Abdelkrim. « Je pense que Marseille, et son territoire est une incarnation de ce que peut être la coopération et l’alliance digitale entre l’Europe et l’Afrique et nous voulons en 2020 aller encore plus loin. »

L’événement s’inscrit dans la Saison Africa 2020. Il s’agit d’un projet panafricain et pluridisciplinaire, centrée sur l’innovation dans les arts, les sciences, les technologies, l’entrepreneuriat et l’économie, lancé par le président de la République, qui se déploiera en France de juin à décembre 2020. Emerging Valley a officiellement été labellisé dans ce sens, et devrait s’imposer comme le dernier grand rendez-vous d’Africa 2020.

La quatrième édition sera tournée sur des thématiques comme les industries créatives et culturelles, l’entrepreneuriat féminin ; naturellement la question des liens entre l’Europe et l’Afrique et l’émergence de leaders technologiques à impact social et environnemental entre les deux continents.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !