La Métropole Aix-Marseille-Provence et la CDC Habitat (filiale immobilière de la Caisse des dépôts) ont signé ce jeudi 03 octobre une convention pour lutter ensemble contre les copropriétés dégradées. Cinq ensembles marseillais sont ciblés, ainsi qu’un autre à Berre l’Étang.

À la suite du drame du 5 novembre, la Métropole avait engagé une Stratégie territoriale de lutte contre l’habitat indigne et dégradé. Dans la continuité, elle s’allie aujourd’hui avec le plus grand bailleur social de France pour cibler les copropriétés en difficulté sur le territoire. 

Il s’agit de « prendre le problème à bras le corps » a lancé la présidente de la Métropole, Martine Vassal, alors qu’elle signait une convention de 3 ans avec André Yche, président du Directoire de CDC Habitat. « Nous renforçons notre coopération pour lutter plus vite et plus fort contre l’habitat dégradé »

Six copropriétés ciblés

Détenues par des groupements de petits propriétaires, les copropriétés ciblées présentent des difficultés d’entretien et de gestion qui entraînent la dégradation des immeubles. 

Avec l’aide de CDC habitat (13 millions d’euros), et en s’appuyant sur diverses subventions d’État, le plan prévoit notamment « l’acquisition de près de 5 000 lots. Pour rénovation, réhabilitation, ou déconstruction », précise André Yche. 

Cette convention concerne six copropriétés privées : le Parc Corot (13e), le Parc Bellevue (3e), La Maurelette (15e), Le Grand Mail (14e) , L’Est Marseillais (10e) , La Mariélie (Berre l’Etang).

« Ne pas reproduire les mêmes erreurs »

« Des grandes opérations de défiscalisation ont amené des quartiers entiers à la situation actuelle », analyse André Yche. À savoir, des grands ensembles détenus en majorité par des propriétaires aux moyens modestes. 

Le président du Directoire de CDC Habitat entend profiter des opérations d’acquisition pour réinjecter et « préserver la présence institutionnelle dans les copropriétés, qui, sans elle, sont extrêmement fragiles ». 

L’opération devrait donc conduire à plus de mixité. « Il faut produire du logement social, mais aussi du logement intermédiaire, avec une stratégie de peuplement diversifié. Il ne faut pas reproduire les mêmes erreurs que par le passé. Nous devons répondre aux besoins actuels en préparant un futur durable », conclut-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !