La Métropole Aix-Marseille Provence souhaite améliorer son service de vélos en libre service et l’étendre à 11 autres villes du territoire métropolitain.

Porté par l’agenda de la mobilité de la Métropole Aix-Marseille Provence, et plus récemment, l’agenda environnemental commun avec le Département des Bouches-du-Rhône, l’intensification de l’usage du vélo est un objectif prioritaire sur le territoire.

Le système de vélo en libre service existant depuis 2007 sur la commune de Marseille est un axe envisagé pour développer encore la pratique du cyclisme pour les déplacements sur le territoire métropolitain.

La Métropole semble vouloir améliorer ce service à Marseille et étudier « la pertinence éventuelle de son extension sur les communes d’Aix-en-Provence (qui a mis fin au vélo en libre service en 2011) et les communes de taille moyenne que sont : Aubagne, Gardanne, Istres, La Ciotat, Marignane, Martigues, Miramas, Pertuis, Salon de Provence, Vitrolles ».

C’est en ce sens que la collectivité a ouvert un marché public pour une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) dont les candidatures sont ouvertes jusqu’à la fin de l’année.

, La Métropole veut améliorer le vélo en libre service et l’étendre à 11 villes hors de Marseille, Made in Marseille

Améliorer et étendre le vélo en libre service

La gestion du vélo en libre service à Marseille est depuis 2007 gérée par la société JC Decaux, et le marché arrive à échéance en 2021. C’est en prévision du nouveau marché que la Métropole souhaite mener cette étude.

En l’État actuel, le service baptisé « Le Vélo » est déployé sur 130 stations à Marseille et propose 1 000 vélos à la location. À son lancement en 2007, les ambitions étaient de voir 50 000 usagers réguliers. Aujourd’hui, il compte un peu plus de 14 000 abonnés.

Pour conquérir plus de Marseillais et de Métropolitains, la Métropole entend donc confier à un bureau d’études qualifié en matière de nouvelles technologies dans le domaine des déplacements, l’analyse des objectifs qu’elle s’est fixée :

  •  Offrir un service de vélos en libre-service (VLS) plus complet et innovant (meilleur maillage, faciliter et simplifier l’accès au service, améliorer la qualité des vélos, proposer une offre de service de type velo électrique ou trottinettes, diversifier les supports d’abonnement et les services annexes etc.)
  • Améliorer l’intermodalité en associant le service de vélo en libre-service avec le réseau de transport en commun notamment afin de permettre de réaliser le premier ou le dernier kilomètre en vélo pour les divers types de déplacements (déplacement quotidien domicile travail, desserte depuis les pôles d’échanges des zones d’activités, centres-villes, zones touristiques, d’enseignement supérieur, culturelles ou sportives). Cela peut inclure la proposition d’une offre de VLS spécifique aux villes moyennes et à leurs enjeux de déplacements.
  • Proposer une offre de VLS adaptée à la spécificité spatiale de la Métropole et à ses enjeux de déplacements notamment au sein des villes moyennes.
  • Vérifier la compatibilité et la complémentarité du service de VLS avec la mise en place d’un service de location de vélo en longue durée.
  • Proposer une tarification permettant de limiter les coûts pour la collectivité tout en conservant l’attractivité du service.
  • Sécuriser juridiquement la procédure et maîtriser financièrement le contrat et son évolution.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !