La nurserie CasCioMar est une ferme aquacole située dans le Grand port maritime de Marseille. Les biologistes qui y travaillent ont pour objectif de repeupler les eaux côtières de Cassis, La Ciotat et Marseille, dont la biodiversité est menacée par l’urbanisation du littoral.

Un site où tous les Marseillais voudraient se rendre, mais seuls les biologistes de la ferme aquacole gérée par Ecocean y ont accès. La Nurserie du projet CasCioMar se situe à l’extrémité sud de la Digue du Large, dans l’ancienne vigie Sainte-Marie, sous le phare du même nom.

Le biologiste en aquaculture Damien Einsargueix bénéficie d’un cadre de travail unique avec une vue imprenable sur Marseille, mais surtout d’une mission fondamentale : repeupler le littoral de Cassis, La Ciotat et Marseille (le projet “CasCioMar” est la contraction des trois villes), où l’urbanisation entraîne la disparition des poissons.

Le principe de cette nurserie est de capturer dans ces zones côtières des poissons très jeunes, au stade de “post-larve”, pour les faire grandir en sécurité jusqu’à atteindre une taille plus robuste pour survivre dans leur milieu naturel. Ils sont alors relâchés à l’endroit où ils ont été prélevés. Ainsi, des milliers de poissons adultes et en bonne santé sont relâchés chaque année dans des zones où seulement quelques centaines survivent en temps normal.

Découvrez en vidéo ce projet insolite de préservation de la biodiversité :

CasCioMar, un projet du dispositif Nature 2050

CasCioMar est le 16e projet du dispositif national Nature 2050, lancé à l’issue de la COP21 par CDC Biodiversité, filiale de la Caisse des dépôts.

Ce dispositif vise trois objectifs à l’horizon 2050 :

  • préserver et restaurer la biodiversité et ainsi le maintien et la valorisation des bouquets de services écosystémiques
  • atténuer les changements climatiques en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et en renforçant les capacités de séquestration de CO2,
  • adapter les territoires à ces changements, notamment en limitant leurs effets (comme les îlots de chaleur en ville) et les risques naturels (glissement de terrain, érosion, inondation, sécheresse, incendie, submersion marine …).

À Marseille, Nature 2050 ne compte pas se contenter du projet CasCioMar. La restauration de la biodiversité terrestre est également une problématique importante, particulièrement en ville. Un projet important pour la biodiversité urbaine pourrait voir le jour à Marseille d’ici quelques années. À suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !