Connaissez-vous “Filière Paysanne” ? Une association marseillaise qui aide notamment les projets de nouvelles épiceries paysannes dans la ville.

Créée il y a moins de 10 ans, elle a déjà contribué à la création de quatre épiceries à Marseille et Aix en Provence, et accompagne 200 petits producteurs locaux. Il s’agit d’une alternative à la grande distribution, favorable tant aux consomm’acteurs qu’aux producteurs locaux.

Favoriser le “locavorisme” et faire ses courses à l’ancienne

L’association est née avec la création de L’Épicerie Paysanne, ouverte en 2010, au 71 rue Léon Bourgeois (1er arr. Marseille). Recréée sous forme de coopérative, cette épicerie a été, depuis, cédée aux salariés et ne fait plus partie du réseau Filière Paysanne. Mais forte de cette expérience, Filière Paysanne a continué à orienter une partie de ses activités sur l’accompagnement à la création d’épiceries paysannes. L’association poursuit aujourd’hui trois grands projets : le développement des épiceries paysannes, la viabilisation de leur Plateforme Paysanne Locale (PPL), et la création d’un premier Marché d’Intérêt Local Marseillais.

Pour faire face aux réseaux de grande distribution, notamment responsables de la diminution de la rémunération des producteurs locaux, de l’épuisement des terres agricoles, d’une baisse de la qualité de nos produits frais et d’une forte pollution due aux transports des denrées, l’association propose aux consommateurs une réelle alternative à ce type de consommation en aidant au développement des épiceries paysannes qui valorisent les circuits courts, équitables et éco-responsables. Cela signifie que les intermédiaires de vente entre producteurs locaux et consommateurs sont réduits, que les producteurs sont rémunérés plus justement, et que la production et la commercialisation des aliments a un impact plus faible sur l’environnement.

, Et si on soutenait la Filière Paysanne et ses épiceries locales ?, Made in Marseille

On trouve, parmi les commerces créés, les épiceries paysannes « Adèle » (5e arr. Marseille), « Chez Francette (6e  arr.) et « Les Pissenlits » (7e arr.). Retrouvez la liste ici

En facilitant les contacts entre les « consom’acteurs » et ces producteurs, l’association permet la vente de plus de 700 tonnes de produits frais et secs chaque année. Il s’agit là d’une alternative positive et écologique à l’approvisionnement alimentaire dans les grandes villes comme Marseille et Aix en Provence.

, Et si on soutenait la Filière Paysanne et ses épiceries locales ?, Made in Marseille
Légumes bios et locaux, épicerie en vrac, charcuteries du Mont Ventoux, fromages du Larzac… L’épicerie Chez Francette propose de tout dans sa charmante boutique. ©chezfrancette.fr

Penser local, c’est aussi penser plus grand

Le deuxième objectif de l’association est de développer la “Plate-Forme Paysanne Locale” (PPL). Elle a pour fonction d’assurer la collecte, le transport et la livraison de produits issus de l’agriculture du territoire (département des Bouches du Rhône et départements limitrophes), en direction des commerçants et des restaurateurs indépendants, ainsi que de la restauration collective de Marseille et de sa région.

La plateforme est entrée en fonction en 2013 pour assurer la livraison de marchandises entre Marseille et Cassis, ainsi que des épiceries adhérentes à la Charte Filière Paysanne. L’année suivante, elle a commencé à livrer les cantines scolaires du Territoire d’Aubagne et du Pays de l’Étoile en fruits et légumes bio (9 000 repas par jour). Puis elle a développé progressivement son volume d’activité en direction de différents professionnels de la restauration publique ou privée et de la vente alimentaire au détail.

À lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !