Le 5 juin est synonyme de Journée mondiale de l’environnement depuis 1974. Cette année, le thème choisi est « Combattre la pollution plastique ». À Marseille, de nombreuses initiatives ont déjà émergé dans ce sens. Tour d’horizon.

« Pour cette journée mondiale de l’environnement, bannissez les produits en plastique à usage unique. Refusez ce que vous ne pouvez pas réutiliser », lance António Guterres, secrétaire général de l’ONU. Car les conséquences des déchets en plastique pour l’environnement sont alarmantes : 500 milliards de sacs en plastique sont utilisés chaque année dans le monde et 8 millions de tonnes de plastique finissent dans les océans.

Une journée dédiée à l’environnement depuis 1974

L’année 1972 a constitué un tournant dans le développement de la politique environnementale internationale. C’est cette année-là que la première conférence majeure sur les questions environnementales s’est tenue à Stockholm en Suède, convoquée sous les auspices de l’Organisation des Nations Unies. 113 états membres ont esquissé une conception commune des moyens d’assurer la difficile tâche de préserver et d’améliorer ce qu’on appelait alors « l’environnement humain ».

En décembre de la même année, le 5 juin a été désigné comme Journée mondiale de l’environnement avec pour objectif d’entreprendre ce jour-là des activités en faveur de la protection et l’amélioration de l’environnement. Le lancement officiel de cette journée a ensuite eu lieu en 1974.

, Journée mondiale de l’environnement – Ces initiatives marseillaises qui luttent contre les déchets, Made in Marseille
© ONU
, Journée mondiale de l’environnement – Ces initiatives marseillaises qui luttent contre les déchets, Made in Marseille
© ONU

Les initiatives marseillaises pour lutter contre les déchets

Des associations et citoyens marseillais se sont déjà mobilisés pour tenter de minimiser ce fléau des déchets. Depuis deux ans Edmund Platt, a par exemple lancé son concept de ramasser un déchet par jour et de poster sa « récolte » sur les réseaux sociaux avec le hashtag « 1dechetparjour ». Dans la même lignée, des joggers ont adopté une initiative qui consiste à ramasser des déchets pendant leur footing, comme le montre notre reportage vidéo.

Plusieurs associations se sont d’ailleurs réunies en une sorte de collectif et vont lancer à la fin du mois de juin une grande opération de sensibilisation aux déchets. Pendant 13 jours, ils sillonneront les plages les plus fréquentées de la côte marseillaise pour inciter les Marseillais et touristes à des changements de comportement.

À lire ici

Si plusieurs initiatives s’attaquent à la pollution terrestre, d’autres œuvrent contre la pollution des mers. Une entreprise d’Aubagne a conçu le « Jellyfishboat », un robot qui peut récolter les déchets flottants en surface et traiter une surface de 1 000 m² en seulement une heure. Une autre solution, inventée cette fois en Australie, réside dans une poubelle des mers capable d’aspirer 1,5 kg de déchets par jour. Deux d’entre elles sont d’ailleurs actuellement en fonctionnement dans les ports de la Pointe Rouge et du Vieux-Port, à Marseille.

Lutter contre la pollution, c’est bien, mais ne pas en créer, c’est encore mieux. Le chemin est encore long mais il est déjà possible de limiter la quantité de déchets que l’on produit. En faisant ses courses dans des épiceries vrac où l’on vient avec ses propres contenants par exemple. Ou en adoptant des produits réutilisables dans son quotidien : coton, coton tige, tote bag en coton, bocaux… Des petits gestes qui, faits par tout le monde, peuvent avoir de grandes répercussions.

À lire ici

Par Agathe Perrier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !