Dans la tradition provençale, il y a les célèbres Calissons d’Aix ou encore les navettes, dont les saveurs nous font immédiatement voyager vers le sud. Mais aujourd’hui, même les symboles de Marseille, tels que le savon ou les boules de pétanque, peuvent se déguster. À condition de les rendre comestibles, bien sûr. C’est chose faite grâce à deux artisans marseillais : Patrice Acourt, de la chocolaterie Hubert (4ème) et Bruno Thomas, de la pâtisserie Casabieille (13ème).

Découvrez l’autre partie de ce reportage sur la boule de pétanque en chocolat ici

Marseille, Marseille se déguste même au dessert : le savon en chocolat, Made in Marseille
Le savon de Marseille en chocolat © DR

Le savon de Marseille existe aussi en chocolat

Marseille, Marseille se déguste même au dessert : le savon en chocolat, Made in Marseille
Le petit savon de Marseille dans sa boutique du 13e © DR

Du côté du 13ème arrondissement, c’est un autre symbole emblématique de Marseille qui est devenu comestible : le savon. Après avoir travaillé vingt ans aux côtés de Gérard Casabieille, au sein de la pâtisserie qui porte toujours son nom, Bruno Thomas a repris le flambeau, aux débuts des années 2000. Et pour se démarquer de son prédécesseur qui avait su donner à cette maison une certaine réputation dans le secteur, l’artisan a eu l’idée de confectionner sa propre confiserie. « Je voulais créer un chocolat qui rappelle Marseille et qui soit anecdotique. L’idée du savon m’a tout de suite plu », se souvient le pâtissier.

Le « petit savon de Marseille » voit alors le jour. Des trois saveurs d’origine, seule une est aujourd’hui toujours confectionnée. Il s’agit d’un praliné à l’abricot enrobé de chocolat qui est ensuite teinté en vert, pour rappeler la couleur du savon à l’huile d’olive. Les sucreries sont vendues par six ou par quinze, dans des boîtes en carton aux mêmes dimensions que celles de l’authentique savon de Marseille. Le trompe l’œil est parfait.

Si Bruno Thomas avoue réfléchir en ce moment à l’élaboration d’un nouveau chocolat ou biscuit, il préfère toutefois continuer à se concentrer sur son petit savon qui a su séduire sa clientèle. Il a d’ailleurs été récompensé au salon Intersuc, salon mondial de la boulangerie et de la pâtisserie, en 2004, en remportant le prix de la meilleure spécialité régionale. « Le petit savon de Marseille » est aujourd’hui une marque déposée. Un bon moyen de rassurer les Marseillais sur la provenance et la qualité de cette sucrerie qui fait honneur à leur ville.

Par Agathe Perrier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !