Deux associations ont déposé plainte pour destruction, altération ou dégradation d’habitats d’espèces protégées. L’audience au tribunal de grande instance de Marseille aura lieu ce vendredi 04 octobre à 08h30. Malgré 177 000 signatures sur une pétition en ligne et la mobilisation de nombreuses associations et citoyens, l’extension de Kedge Business School sur le campus de Luminy a commencé en mai avec l’abattage de 298 arbres.

Les associations Sites et Monuments, et l’Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas), ont déposé plainte contre la Chambre du Commerce et de l’Industrie Marseille Provence (CCIMP) ainsi que les architectes et la société d’abattage impliqués dans les premiers travaux de l’extension de l’école de commerce Kedge Business School pour « Délit de destruction, l’altération ou la dégradation d’habitats d’espèces protégées ». L’audience aura lieu ce vendredi 05 octobre à 8h30 au Tribunal de grande instance de Marseille.

Selon un membre de l’association Sites et Monuments, une manifestation est prévue devant le Tribunal à partir durant l’audience.

Cette plainte concerne la destruction en mai dernier de près de 300 arbres dont des pins d’Alep centenaires sur le campus de Luminy en zone d’adhésion du Parc national des calanques. Un défrichement en vue de l’extension de l’école de commerce, filiale de la CCIMP. De nombreuses associations, dont Sites et Monuments, s’étaient opposées au projet en récoltant notamment plus de 177 000 signatures sur une pétition en ligne.

Une cagnotte de soutien en ligne a également récolté à ce jour plus de 9 000 euros. C’est elle qui financera, selon Sandrine Rolengo, représentante locale de Sites et Monuments, les frais du cabinet d’avocats parisien qui porte l’affaire au tribunal de grande instance de Marseille.

Qu’est-il reproché ?

Le délit de destruction, l’altération ou la dégradation d’habitats d’espèces protégées et prévu et réprimé par les articles L.411-1 et L.415-3 du code de l’environnement. C’est sur cela que la CCIMP, commanditaire de l’extension de Kedge BS, est aujourd’hui attaquée.

La plainte met en avant que la CCIMP, d’après le diagnostic écologique réalisé en vue des travaux, avait connaissance de la présence d’espèces protégées sur l’espace boisé concerné. Il s’agirait de mammifères, d’oiseaux et de reptiles, dont plusieurs espèces bénéficient d’une protection nationale sur site, comme le lézard vert occidental, l’écureuil roux et 17 espèces d’oiseaux.

Toujours selon la plainte déposée, une autorisation de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) serait alors nécessaire pour débuter les travaux de défrichement. Hors, cette autorisation semble introuvable pour les associations.

Pour ces raisons, les deux associations portent plainte pour des faits de destruction, l’altération ou la dégradation d’habitats d’espèces protégées.

Une seconde plainte au tribunal administratif ?

La CCI Marseille-Provence, personne morale représentant l’école Kedge BS, pourrait faire face à une seconde plainte de la part des mêmes associations. Celles-ci avancent avoir relevé un défaut d’affichage du permis de construire. Celui-ci n’apparaissait pas, selon elles, devant la parcelle défrichée, et n’aurait été affiché qu’après les travaux.

Sites et Monuments et l’Aspas ont donc déposé un recours gracieux à la mairie de Marseille. Ils considèrent qu’avec l’affichage tardif, les délais de deux mois pour un tel recours sont acceptables. Si le recours n’est pas retenu, ils déposeront plainte au tribunal administratif concernant un défaut d’affichage de permis de construire.

« Tant qu’il n’y a pas de béton, il y a de l’espoir »

Les 298 arbres ont été abattus mais leurs défenseurs ne le sont pas. « Tant qu’il n’y a pas de béton, il y a de l’espoir », lançait en mai dernier Sandrine Rolengo, déléguée régionale de Sites et Monuments (SPPEF). Elle promettait la continuation du combat dont que confirme la plainte déposée ces derniers jours.

L’abattage d’une pinède sur le campus de Luminy dans le cadre de l’extension de Kedge Business School a bien eu lieu malgré une mobilisation grandissante et plus de 177 000 signatures sur une pétition en ligne, et plusieurs manifestations.

Mais dans quel but alors que les arbres ont maintenant disparu ? « Il reste la biodiversité du sol et du sous-sol à protéger. On va faire en sorte qu’il n’y ait pas de béton sur cette parcelle », annonce Sandrine.

Pour cela, les opposants réuni par une cagnotte en ligne des fonds pour financer une action en justice. Sandrine ne cache ni sa colère, ni ses ambitions : « On veut les punir et leur faire replanter les arbres ».

Rappel des faits

l’École de commerce Kedge Business School installée sur le campus de Luminy souhaite s’agrandir pour répondre à son ambition internationale et la demande croissante d’élèves. Selon la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) dont elle est la filiale, Kedge ambitionne d’accueillir 7 000 étudiants en 2019 contre 4 000 aujourd’hui.

Durant l’été 2017, un permis de construire pour l’extension de l’école lui est délivré. Le projet d’une superficie de plancher de 6 624 m² pour une hauteur de 20 mètres se dresse sur une pinède de 11 000 m². Le campus de Luminy est situé en zone d’adhésion du Parc national des Calanques, et n’est donc pas soumis aux mêmes contraintes en matière de construction. 298 arbres, dont des pins d’Alep centenaires, devaient être abattus. C’est chose faite depuis le 2 mai 2018.

Retour sur plusieurs mois de lutte contre le projet

Le projet d’extension de Kedge pouvait-il être annulé ? À première vue, rien ne s’oppose à l’aspect légal du projet. La mairie a accordé le permis de construire et les services de l’État l’ont autorisé. Le permis ayant été délivré durant l’été, il est passé sous le radar des associations de défense de l’environnement. Lorsqu’elles ont appris son existence, les délais pour lancer un recours étaient dépassés.

, Pinède rasée pour l’extension de Kedge à Luminy : la CCI devant le tribunal vendredi matin, Made in Marseille

Pourtant, Georges Aillaud, président du Comité du Vieux-Marseille et à la tête de la contestation, explique avoir relevé des anomalies. Il ne parvient pas par exemple à mettre la main sur un document notifiant le déclassement de la pinède vouée à disparaître. Elle est selon lui classée espace boisé, donc protégée. Il n’a pas non-plus trouvé en préfecture « le rapport du Service départemental d’incendie et de secours (SDIS), obligatoire lorsqu’il s’agit d’un établissement recevant du public ». L’opposant au projet évoque également des anomalies de chronologie. La demande de permis serait d’après lui ultérieure à la date du conseil d’administration du Parc national des Calanques qui devait l’approuver.

Ces documents manquent-ils vraiment ? Et si c’est le cas, est-ce suffisant pour stopper le projet ? « Nous travaillons dessus ! Si nous pouvons prouver que la procédure légale n’a pas été respectée, nous entamerons une procédure ! », répond Georges Aillaud. Le président du Comité du Vieux-Marseille dénonce aussi les problèmes de sécurité liés aux risques très élevés d’incendie.

, Pinède rasée pour l’extension de Kedge à Luminy : la CCI devant le tribunal vendredi matin, Made in Marseille
On distingue sur cette carte le campus de Luminy, enclavé dans le parc national (vert foncé rayé) et sa végétation sensible. L’unique accès est une route au nord, seul échappatoire en cas d’incendie pour plus d’une dizaine de milliers de personnes.

Le citoyen plus fort que le juridique ?

Mais c’est la lutte citoyenne qui prend de l’ampleur aujourd’hui. Les sept associations* de défense du patrimoine et de l’environnement montées au créneaux dès cet hiver se sont fédérées en une entité : SOS Calanque 13.  Plusieurs manifestations ont déjà eu lieu à Luminy mais aussi en centre-ville de Marseille.

, Pinède rasée pour l’extension de Kedge à Luminy : la CCI devant le tribunal vendredi matin, Made in Marseille
Manifestation sous l’ombrière du Vieux-Port

Face à cette agitation grandissante, la direction de Kedge a reçu les représentants de SOS Calanque 13 lors d’une réunion jeudi 19 avril. « Cela n’a rien donné et nous nous sommes séparés sur les mêmes positions », raconte Sandrine Rolengo, déléguée régionale de Sites et Monuments (SPPEF) présente à la réunion. La direction de Kedge Business School n’a souhaité répondre à aucune de nos questions concernant cette réunion où son projet d’extension.

Des opposants au sein de l’école

Kedge Business School trouve aujourd’hui des opposants en son sein même. Olivia Mazat, diplômée de l’école, est à l’origine d’une lettre ouverte signée par une trentaine de ses camarades. Elle témoigne de la perplexité des élèves de l’école face à ce projet : « Il y a un groupe facebook privé dédié à la question. Il compte plus 450 personnes. Mais pour ceux qui étudient encore là-bas, c’est difficile de s’opposer ouvertement. Je suis en contact régulier avec eux, notamment des associations étudiantes. On est interloqués par la contradiction entre la communication éco-responsable de l’école et ce projet ».

Lire la lettre ouverte des diplômé.e.s de Kedge Business School à son Directeur Général

, Pinède rasée pour l’extension de Kedge à Luminy : la CCI devant le tribunal vendredi matin, Made in MarseillePour rappel, Kedge Business School met en avant plusieurs mesures pour compenser l’atteinte à  l’espace naturel. L’école annonce qu’elle plantera 292 chênes verts qui, selon elle, favorisent la biodiversité et sont plus résistants aux incendies. Elle végétalisera les toits de l’école. La CCI reversera 5 763 euros au fonds stratégique de la forêt. L’extension de l’école se fera du côté de la route, bientôt desservie par une ligne de bus à haut niveau de service, devrait faire baisser le bilan carbone. Kedge BS compte également obtenir la labellisation “médaille d’or bâtiment durable méditerranéen” avec l’extension et la rénovation du bâtiment existant (actuellement médaille de bronze).

Pour Georges Aillaud du Comité du Vieux-Marseille, « C’est de la com ! Ce sont de bien trop maigres compensations, et qui ne sont pas pas du tout raccord avec l’écosystème local ».

Près de 150 000 signatures

Le symbole le plus marquant de l’opposition citoyenne au projet d’extension reste la pétition en ligne (lien en fin d’article). À ce jour, elle atteint plus de 149 000 signatures. « Cela n’engage à rien juridiquement », explique Sandrine Rolengo, « à part à aborder la question en conseil municipal, ce qui a été fait, sans déboucher sur des mesures. Mais 150 000 signatures, c’est une opposition populaire qui ne peut plus être contestée ! ».

De quoi faire fléchir les décideurs publics ? Parmi ceux que nous avons tenté de joindre du côté de la mairie centrale et de celle des 9e et 10e arrondissements, seul Didier Réault, adjoint à la Mer, Littoral, Nautisme et Plages, et surtout président du conseil d’administration du Parc national des Calanques, nous a répondu. Pour lui, « l’extension de Kedge Business School répond à l’ambition de niveau mondial du campus universitaire de Luminy, qui ne se situe pas dans le Parc ». Malgré un couac d’ordre technique concernant les travaux de terrassement., le projet suit son cours.

, Pinède rasée pour l’extension de Kedge à Luminy : la CCI devant le tribunal vendredi matin, Made in Marseille
Georges Aillaud, président du Comité du vieux Marseille

(*)  les sept associations de défense du patrimoine et de l’environnement fédérées par SOS Calanques 13 sont : France Nature Environnement, Comité du Vieux Marseille, Union Calanques Littoral, Calanques 13 littoral, Sites & Monuments, Atelier Marseillais d’Initiatives en Écologie Urbaine et A.R.B.R.E.S

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !