Les premiers chiffres sur les retombées économiques de l’Euro 2016 à Marseille viennent de tomber. Ils révèlent bien logiquement une hausse de la fréquentation touristique les soirs de match au Vélodrome, par une étude menée conjointement par l’INSEE et Bouches du Rhône Tourisme… Mais, pas de quoi s’emballer non plus. 

L’Euro de football s’est déroulé du 10 juin au 10 juillet 2016 en France. Marseille accueillait 6 matchs dont une demi-finale. Les soirs de match, la cité phocéenne a vu sa fréquentation hôtelière augmenter en moyenne de 24% par rapport à 2015, alors que les autres jours, la fréquentation 2016 n’a excédé que de 4 % la moyenne de 2015. L’étude montre aussi que les hôtels pas chers ou milieu de gamme, de 1 à 3 étoiles ont plus profité de l’effet Euro que les établissements haut de gamme.

Selon le graphique ci-dessous, sur la durée de la compétition, il y aurait eu un peu plus de 10 000 nuitées supplémentaires par rapport à 2015. Si l’on compte qu’une nuit d’hôtel à cette période était en moyenne de 75 euros, cela fait moins d’un million d’euros de retombées supplémentaires pour les hôtels marseillais.

, Quelles retombées financières pour l’Euro 2016 à Marseille ?, Made in Marseille

En dehors de Marseille, l’hôtellerie du département a peu profité des effets de l’Euro. Une bonne nouvelle pour des Marseillais qui ont largement contribué de leur poche à ce projet, avec un cout très important pour la rénovation du stade Vélodrome. Ils sont restés significatifs à Aix-en-Provence et dans ses environs où une hausse de l’occupation des chambres est enregistrée tous les jours de match dans un marché plutôt en baisse en juin et juillet.

Les hôtels aux alentours de l’aéroport Marseille-Provence ont également profité des retombées de la compétition. En revanche, l’hôtellerie aubagnaise n’en a que faiblement bénéficié même si pour chaque match la fréquentation journalière de 2016 est légèrement supérieure à celle de 2015.

L’Euro 2016 a par ailleurs généré le déplacement à Marseille de 220 000 supporters extérieurs au département, dont deux tiers d’étrangers. La majorité venait soutenir leur équipe nationale mais certains comme les Allemands ou les Anglais ont été présents tout au long de l’Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !