Les qualifications pour les JO 2024 ne sont pas encore bouclées mais notre région devrait fournir un grand nombre d’athlètes pour la compétition. Découvrez ces provençaux aux parcours de vie et sportifs exceptionnels, qu’on espère voir grimper sur les podiums olympiques.

Lors de l’inauguration de la nouvelle base nautique du Roucas-Blanc le 2 avril, au pied du Pôle France de voile, le président des JO Paris 2024, Tony Estanguet estimait que « Marseille et la Provence sont vraiment une terre de sport […] Il y a un climat propice au développement du sport, je ne parle pas de météo mais de pratique populaire. On a tous commencé en club amateur ».

Dans les faits, de nombreux athlètes basés à Marseille ou en Provence devraient concourir aux Jeux olympiques, bien que les ultimes qualifications ne soient pas encore terminées. Certains sont natifs du territoire, d’autres l’ont adopté. Découvrez quelques-uns de ces espoirs locaux.

Carlota Dudek : 22 ans, breakdance

Le breakdance fait son entrée aux Jeux olympiques cette année. Une première historique pour la discipline née à New-York dans les années 1970. La jeune breakeuse provençale de 22 ans, Carlota Dudek, entend bien participer aux battles qui se tiendront place de la Concorde à Paris.

Originaire de Pertuis, elle tient de sa mère cubaine le goût de la danse et son surnom : “Señorita Carlota ». Précoce et acharnée, elle se fait connaître dès 12 ans à Marseille dans le collectif Break 2 Mars. Avant de se révéler aux JO de la Jeunesse à Buenos Aires en 2018. Devenue une égérie du breakdance français, de nombreux espoirs se portent sur elle pour une qualification olympique. Let’s dance !

jo, Ces Provençaux qui pourraient briller aux JO 2024, Made in Marseille
Carlota Dudek de la Team Cepac. © Département 13

Florent Manaudou : 33 ans, natation

La carrière de Florent Manaudou a démarré dans un coup d’éclat en 2012 à Londres. On retient tous l’image de sa sœur Laure, grande championne, lui sautant dans les bras, lorsqu’il remporte à la surprise générale la médaille d’or olympique sur 50 m nage libre. Il confirme son talent les années suivantes en ajoutant 3 podiums aux JO et de nombreuses victoires mondiales.

À 33 ans, licencié au Cercle des nageurs de Marseille, il entre dans la dernière ligne droite de sa carrière. Le sprint final serait splendide avec un podium olympique dans son pays. Il lui faudra d’abord se qualifier lors des championnats de France du 16 au 21 juin. Une formalité ?

jo, Ces Provençaux qui pourraient briller aux JO 2024, Made in Marseille
Florent Manaudou. © Département 13

Lauriane Nolot : 25 ans, kite-surf

Elle a le vent en poupe, c’est peu de le dire. L’année dernière, la kitesurfeuse Lauriane Nolot gagnait le Test Event, la grande répétition des JO de voile à Marseille. Deux semaines plus tard, elle décrochait le titre de championne du monde lors des mondiaux de La Haye et devenait la première à détrôner l’américaine Daniela Moroz, invaincue depuis 6 ans. À partir de là, Lauriane a raflé absolument toutes les victoires des compétitions internationales.

Bien déterminée à marquer l’histoire de la discipline, les espoirs olympiques sont grands pour la native de Toulon, par ailleurs aviatrice dans l’armée. Plein gaz !

Clavel Kayitaré : 38 ans, athlétisme

Sa vie commence de façon tragique, au Rwanda. Clavel Kayitaré n’a que 8 ans durant le génocide qui voit sa famille massacrée alors qu’une grenade lui brise le genou. Pris en charge par Médecins du Monde et transféré en France où il est adopté, sa jambe droite ne se pliera plus jamais.

Durant la rééducation, le sport devient son moteur de résilience et sa vie. Double médaillé olympique au 100 m et 200 m, il est devenu porte-drapeau de l’équipe de France paralympique. Basé à Trets, il portera la flamme lors du relais après son arrivée à Marseille. À 38 ans, il doit encore se qualifier pour participer aux JO 2024, potentiellement la dernière grande compétition d’une carrière de 20 ans. Sacrée foulée !

jo, Ces Provençaux qui pourraient briller aux JO 2024, Made in Marseille
Clavel Kayitaré. © Département 13

Vincent Mathéron : 26 ans, skate

“Vince” monte sur un skate dès 4 ans et fait ses premières armes au bowl du Prado, qu’il a tatoué sur son bras et considère comme sa deuxième maison. Le minot marseillais a perfectionné son art aux États-Unis en côtoyant les plus grands skaters, dont le mythique Tony Hawk.

En 2021, il est capitaine de l’équipe de France pour les Jeux olympiques de Tokyo dans l’épreuve de park, parvient en finale et décroche la 7ème place. Il espère se qualifier pour les JO 2024 de Paris, où il pourrait faire briller sa technique et sa vitesse dans le skate-park installé sur la Concorde. Ça roule !

jo, Ces Provençaux qui pourraient briller aux JO 2024, Made in Marseille
Vincent Mathéron. © Département 13

Emmanuelle Mörch : 34 ans, tennis-fauteuil

À 17 ans, elle n’imaginait pas devenir N°1 française et 19ème mondiale. Cette année-là, en 2008, la vie d’Emmanuelle Mörch a basculé. Un accident de snowboard lui rompt les vertèbres et le verdict tombe : elle ne pourra plus marcher. Loin de baisser les bras, à force de travail dans ses études comme dans le sport, elle devient ingénieure chez L’Oréal et championne de tennis-fauteuil. Aujourd’hui basée à Marseille, forte de 11 titres internationaux et de deux participations aux Jeux paralympiques de Rio et Tokyo, elle espère marquer cette édition à domicile. La balle est dans son camp !

jo, Ces Provençaux qui pourraient briller aux JO 2024, Made in Marseille
Emmanuelle Mörch. © Département 13

Nicolas Navarro : 32 ans, marathon

C’est un couple de marathoniens accomplis sportivement et familialement. Les Aixois Floriane Hot, championne du monde 2022 et Nicolas Navarro, 8ème olympique aux JO de Tokyo, sont devenus parents en 2023. Ils s’entrainent désormais en courant avec une poussette.

Car Nicolas s’est sélectionné pour représenter la France pour le marathon olympique programmé le 10 août 2024. Un parcours exceptionnel de 42,195 kilomètres entre Paris et Versailles qui passera devant le château du Roi-Soleil et finira aux Invalides. À couper le souffle ?

jo, Ces Provençaux qui pourraient briller aux JO 2024, Made in Marseille
© Département 13

Mathilde Gros : 25 ans, cyclisme sur piste

Athlète née, Mathilde Gros a d’abord mis sa grande taille au service du basket qu’elle a pratiqué au haut niveau au pôle espoir d’Aix-en-Provence. C’est au hasard d’un entraînement sur un vélo en séance de musculation qu’un préparateur physique remarque ses performances et son potentiel avec des pédales. De quoi l’encourager à embrasser une carrière de cycliste sur piste.

Une bonne idée pour celle qui a grandi en Provence, à Cornillon-Confoux. Elle est depuis devenue huit fois championne d’Europe, avec les titres juniors, et quatre fois championne du monde. Il ne lui manque que la couronne olympique. En piste !

jo, Ces Provençaux qui pourraient briller aux JO 2024, Made in Marseille
© Département 13

Fabien Lamirault :  44 ans, ping pong paralympique

Le varois, originaire d’Essone, est un grand espoir français du tennis de table paralympique. Il s’est déjà, sans surprise, qualifié pour les JO 2024. Le pongiste de 44 ans brille depuis longtemps sur la scène olympique handisport. Médaillé de bronze en 2012 à Londres, il remporte l’or à Rio en 2016 en solo et en équipe, puis conserve son titre individuel aux Jeux suivants de Tokyo.

S’il domine la discipline sur la dernière décennie, il ne s’était pas prédestiné à ce sport, mais plutôt la boxe et le handball. C’est à la suite de son accident en 1998 qu’il pratique le para tennis de table en rééducation. Ses talents et son esprit de compétition lui permettent d’atteindre aujourd’hui les sommets avec sa raquette. Smatch !

jo, Ces Provençaux qui pourraient briller aux JO 2024, Made in Marseille
© Département 13

Mathilde Lamolle : 27 ans, tir de précision au pistolet

Tous les athlètes diront que le mental est primordial pour les performances. Pour l’aubagnaise Mathilde Lamolle, c’est encore plus vrai. Dans sa discipline, le tir de précision au pistolet, la concentration fait toute la différence. C’est la maîtrise de ses émotions, du stress et de son attention qui permet d’approcher le geste parfait, et le centre de la cible.

Championne d’Europe du tir au pistolet en 2021 et multiple championne de France, elle a déjà participé deux fois aux Jeux olympiques. Mais rien n’est acté pour l’édition française cet été, les qualifications des tireurs seront clôturées à la dernière minute, en juin. Il lui faudra de la patience… et de la détente.

jo, Ces Provençaux qui pourraient briller aux JO 2024, Made in Marseille
© Département 13

Rémy Taranto : 42 ans, para aviron

Rémy Taranto est le président du Rowing Club de Marseille, association sportive centenaire d’aviron, qu’il pratique au plus haut niveau depuis ses 13 ans. Né avec une atrophie du nerf optique, il évolue en para aviron et détient la médaille de bronze obtenue aux derniers JO à Tokyo.

Il saura le 11 mai s’il est qualifié pour défendre les couleurs françaises cet été. Si c’est le cas, il devra affronter la bête noir de la discipline, les anglais, champions du monde invaincus depuis 2009. Ça rame !

jo, Ces Provençaux qui pourraient briller aux JO 2024, Made in Marseille
© Département 13

Mehdy Metella : 31 ans, natation

Après plusieurs années au Cercle des nageurs de Marseille, puis un détour par le club francilien des Étoiles 92, le nageur d’origine guyanaise Mehdy Metella a rejoint le centre d’entrainement de Martigues en début d’année. Il évolue désormais sous la houlette du mythique entraîneur de la natation française Philippe Lucas, qui l’a pris sous son aile.

Médaillé d’argent olympique au 4 × 100 m nage libre à Rio en 2016, il compte également plusieurs médailles d’or en championnat du monde et d’Europe. À 31 ans, Mehdy Metella attaque la dernière ligne droite pour tenter de se qualifier pour les JO 2024 de Paris. Objectif : décrocher son billet sur le 100 m papillon et pourquoi pas dans un relais.

Bouton retour en haut de la page

NEWSLETTER

Recevez le meilleur de l'actualité de la semaine gratuitement !