Après une interview dans laquelle il s’est confié sur sa carrière et sur ses deux groupes bien différents, Massilia Sound System et Moussu T e lei Jovents, Tatou révèle « son Marseille » : ses préférences, ses coups de cœur mais aussi ce qu’il aimerait changer.

Si le groupe aussi mythique que populaire Massilia Sound System a vu le jour, c’est grâce à cet homme, François Ridel, plus connu sous les surnoms de Tatou ou Moussu T. S’il chante aujourd’hui en provençal, la région marseillaise n’est pourtant pas celle qui l’a vu naître puisqu’il est originaire de Paris. Pour autant, c’est bien de la Provence et de ses habitants qu’il a tiré et qu’il continue de prendre son inspiration pour ses musiques.

En parallèle de l’aventure Massilia, c’est dans un autre groupe que Tatou est impliqué depuis plus de 10 ans. « Moussu T e lei Jovents » de son nom, dont les sons penchent vers le blues quand Massilia tend vers le reggae. Deux styles de musiques à la fois proches et différents qui permettent à l’artiste de ne jamais s’ennuyer et qui sont représentatifs, autant l’un que l’autre, de sa personnalité.

Retrouvez l’interview intégrale de Tatou


tatou, Découvrez le Marseille de Tatou, alias Moussu T, Made in MarseilleMade in Marseille – Bonjour Tatou. Bien que vous n’habitiez pas aujourd’hui à Marseille mais à la Ciotat, quel quartier marseillais préférez-vous ?

Tatou – Celui du Panier. Car c’est le lieu de naissance de Massilia et le quartier le plus ancien encore debout. Je trouve que c’est le quartier où on ressent le plus le génie marseillais. C’est l’odeur de la ville même s’il a beaucoup changé. C’est mon préféré aussi par intimité car c’est le quartier que j’ai le plus longtemps habité lorsque j’étais encore à Marseille.

MIM – Quels sont les trois mots qui résument le mieux Marseille selon vous ?

T – Son mythe fondateur la résume : Protis et Gyptis. Les mythes fondateurs ne sont pas là par hasard. C’est vers là que les gens veulent tendre. Cette histoire d’étranger qui à cause de l’amour fonde quelque chose de nouveau avec l’autochtone c’est quelque chose d’extraordinaire ! C’est tellement plus beau que Romulus et Remus. Il n’y a pas de sang versé, c’est une histoire d’amour qui est fondatrice, c’est magnifique.

MIM – Si vous pouviez changer trois choses à Marseille, quelles seraient-elles ?

T – La politique de la ville et le maire évidemment. Je pense que découlant de ça, tous les changements possibles viendraient. Dans ce qu’on veut changer à Marseille, il y a aussi ce qu’on veut changer dans la vie en général : retrouver l’envie de se rencontrer, de fonder des trucs ensemble et c’est tout ce qui met des bâtons dans les roues à ça que je changerais.

MIM – Et si vous deviez choisir un groupe local, autre que les vôtres bien sûr !

T – « Lo Còr de la Plana » mais comme Gari l’a déjà choisi, je dirais « Dancehall Baleti ». C’est un groupe composé d’anciens membres des Massilia et un jeune MC. Ils sont dans cet esprit de sound system à l’ancienne et sont capables de concentrer les sentiments du moment et d’être le haut-parleur des gens.

Par Agathe Perrier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !