La première session de l’assemblée citoyenne du futur se tiendra le 15 mars avec 111 citoyens marseillais tirés au sort. Ce nouvel organe de démocratie locale doit guider la mairie dans sa politique écologique.

Ils sont 111 citoyennes et citoyens tirés au sort pour représenter les 111 quartiers de Marseille. Et la ville dans toute sa diversité. La première session de l’assemblée citoyenne du futur se tiendra mercredi 15 mars, à l’espace Bargemon.

Le maire de Marseille, Benoît Payan, introduira le lancement de ce conseil composé d’habitants de divers horizons. Ils doivent porter des réflexions pour la transformation écologique de Marseille, engagée vers la neutralité carbone en 2030.

Ce nouvel organe démocratique local, « aura pour mission d’éclairer démocratiquement les choix des trajectoires de transformation de Marseille à moyen et long terme. Et d’encourager leur concrétisation », décrit la délibération adoptée par les conseillers municipaux.

« Un outil démocratique pour la transition écologique de notre cité »

Un « conseil scientifique de la transition » apportera un soutien technique et scientifique aux réflexions des Marseillais, qui se réuniront une fois par mois.

L’assemblée citoyenne du futur aura une double vocation : d’abord, celle de faire remonter les ambitions et les idées des habitants pour la transformation écologique de leur ville. Avec la possibilité de « co-construire des délibérations avec les élus », comme nous le précisait Sébastien Barles, adjoint à la transition écologique.

Mais aussi d’impliquer les citoyens dans ces enjeux, pour en faire des ambassadeurs de la prise de conscience écoresponsable au quotidien. « Un nouvel outil démocratique essentiel pour accompagner la nécessaire transition écologique de notre cité », décrit l’élu écologiste.

Bouton retour en haut de la page

NEWSLETTER

Recevez le meilleur de l'actualité de la semaine gratuitement !