Koovee : c’est le nom des tout premiers couverts comestibles bio fabriqués en France. L’entreprise marseillaise propose une alternative gourmande aux couverts en plastique ou en bois pour la vente à emporter.

Et si, après un repas sur le pouce, on pouvait manger ses couverts plutôt que de les jeter ? C’est le pari de Koovee, qui commercialise depuis 2019 des cuillères et des fourchettes comestibles salées et sucrées. Réalisés dans un atelier du 15e arrondissement de Marseille, ils offrent une alternative gourmande aux couverts en plastique à usage unique.

Alors que ceux-ci sont interdits à la vente depuis janvier 2021, la plupart des points de restauration proposent des couverts en bois. Une solution néanmoins jugée « insuffisante » pour les créatrices de Koovee, qui souhaitaient aller plus loin dans une démarche anti-gaspi. « Le bois utilisé vient souvent de l’autre bout du monde, on peut imaginer que cela contribue à la déforestation. Et on ne le recycle pas en France », affirme Tiphaine Guérout, co-fondatrice de la marque avec Johanna Maurel.

« Dans le pays de la farine de blé, le plus gros consommateur de biscuits, on s’est dit qu’il y avait une belle opportunité pour créer des couverts-biscuits qui plaisent à tout le monde, et pas seulement à ceux qui sont engagés dans l’écologie », résume l’entrepreneure d’origine bordelaise. Qui plus est à Marseille, « où il y a une tradition biscuitière avec la navette, les croquants, etc… ».

Un procédé de fabrication unique

Koovee produit pour le moment quatre références à la vente : deux fourchettes, une « nature » et une aux herbes de Provence, une cuillère nature et une à l’arôme d’amande. Celles-ci sont fabriquées à base de sel, de farine de blé et d’huile de colza, des ingrédients bio et sourcés localement. Mais si leur composition reste assez simple, le secret de leur solidité réside dans un procédé de fabrication unique.

« Les couverts sont adaptés à tous types de plats. Ils vont vraiment tenir dans la durée, ne pas s’imbiber de votre soupe, de votre sauce, explique Tiphaine Guérout. Et ça, ça vient d’un procédé de fabrication parmi lequel il y a des étapes spécifiques. Pendant trois ans, on a fait de la recherche, notamment avec des ingénieurs et des designers, et avons développé des machines qui nous sont propres. Ce sont ces machines qui créent cette résistance-là ».

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Koovee (@koovee_a_croquer)

Le petit nouveau : le couteau comestible

À ce jour, Koovee est la seule entreprise à proposer des couverts comestibles en Europe, et elle en fabrique plus de 100 000 par mois. Face à l’essor de la vente à emporter, la demande ne cesse d’augmenter : la marque exporte à plus de 300 clients partout en France, en Belgique et en Espagne. Une clientèle qui pourrait encore s’agrandir avec la loi Agep entrée en vigueur ce mois de janvier, qui empêche les fast-foods comptant plus de 20 places assises de distribuer des couverts en plastique pour consommer sur place.

À Marseille, on peut retrouver les Koovee à la vente dans les restaurants Spok, les cafés Emki Pop, chez certains glaciers et traiteurs, mais également dans de nombreux magasins de grande surface du centre-ville, qui ont besoin de couverts pour accompagner leurs salades et leurs rayons snacking. Ceux-ci les revendent entre 0,50 € et 0,60 € l’unité, en vrac ou en sachet papier recyclable.

Après les cuillères et les fourchettes, c’est au tour d’un petit nouveau d’être commercialisé : le couteau comestible sera disponible dès ce début d’année, et pourra couper « une pomme ou du poulet ». La preuve en images dans notre reportage vidéo.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Koovee (@koovee_a_croquer)

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !