La première rame automatique du nouveau métro de Marseille doit commencer à circuler sur la ligne 2 dès l’été prochain. Les vieilles rames disparaîtront progressivement jusqu’en 2027.

Les Marseillais pourront croiser le nouveau métro automatique de Marseille dès l’été prochain, selon la présidente de la Métropole Aix-Marseille-Provence, Martine Vassal. « La première rame arrive en juillet ou en août 2023, sur la ligne M2 du métro. D’abord pour se roder », précise-t-elle au détour d’une visite des chantiers de transports au Sud de la Ville, ce vendredi 2 décembre.

Dans ce premier temps de tests, on pourra voir le nouveau véhicule circuler mais il ne prendra pas de passagers. « Le rodage durera 4 à 6 mois », précise la présidente de la Régie des transports (RTM), Catherine Pila. « Il faudra attendre fin 2023 ou début 2024 pour que les premiers passagers embarquent dans le nouveau métro ».

Et ce sera le même processus pour le remplacement progressif des 36 anciennes rames par les 38 nouvelles. D’abord sur la ligne 2 (Gèze – Sainte-Marguerite) qui doit devenir « 100 % automatique en 2025 », précise la présidente de la RTM. Avant cette date, des chauffeurs piloteront les voitures. Puis leur cabine sera condamnée pour passer en automatique.

Le réseau doit être entièrement automatique en 2027

La Ligne 1 (La Rose – La Fourragère) suivra, pour que l’ensemble du réseau de métro marseillais devienne entièrement automatique en 2027, si tout se passe bien. D’ici là, il faudra notamment équiper la totalité des quais des 29 stations de portes palières mécaniques. Elles sont nécessaires pour sécuriser les quais à l’arrivée des voitures lorsqu’elles se déplacent sans chauffeur.

L’objectif dépasse la modernisation des rames, avec climatisation, écrans d’information et nouveau design. Le métro entièrement automatique doit surtout permettre des fréquences de passages plus élevées : toutes les 2 minutes selon la Métropole, contre 5 minutes en moyenne actuellement. Mais également la possibilité d’étendre les plages horaires.

Cette modernisation du métro, baptisée Neomma, est l’un des 15 projets de transports prioritaires du plan Marseille en grand, soutenus financièrement par l’État. Un budget de 580 millions d’euros, dont 11 millions du gouvernement.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !