« Les mois qui viennent seront importants » concernant l’égalité des primes en Équipe de France de football, annonce la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, depuis Marseille.

En visite à Marseille, la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra nous a affirmé que « l’égalisation des primes en montant absolu quand on est en sélection en équipe de France est légitime ».

L’issue d’un échange avec l’équipe féminine de l’Olympique de Marseille au Vélodrome était l’occasion pour Made in Marseille de l’interpeller sur cette question. Car l’équipe nationale française propose encore à ses joueuses des primes largement inférieures à celles des hommes. À l’inverse, de nombreuses grandes nations de football proposent désormais une égalité des primes pour leurs sélections féminines.

C’est le cas de l’Espagne et la Suisse récemment, mais aussi l’Angleterre, les Pays-Bas, le Brésil, les États-Unis, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, l’Irlande et la Finlande.

Un dialogue renforcé avec la FFF dans les mois à venir

La ministre a rappelé que les fédérations nationales, comme la Fédération française de football (FFF) « sont souveraines » sur le choix des primes. « Je peux, moi, essayer d’impulser et d’encourager » a-t-elle ajouté, précisant qu’un dialogue est en cours.

Alors que nous lui demandions dans quels délais cette égalité de revenus pourrait être actée, la ministre a affirmé que « les mois qui viennent seront importants dans cette dynamique ». Avec peut-être en tête l’échéance du mondial de football féminin en juillet 2023 ?

Elle ne le précise pas. Mais « exprime un soutien total à cette montée en puissance du sport professionnel féminin […] avec des femmes qui puissent vivre bien et être récompensées à la mesure de leur talent. C’est la perspective qu’on ouvre pour la suite », évoquant aussi le rugby et les autres disciplines.

« À travail égal, salaire égal, elles portent le drapeau »

Amélie Oudéa-Castéra est d’ailleurs revenue sur notre question dans un second temps, en public, à l’Hôtel de Région, à l’occasion du premier forum Respect pour les femmes : « L’égalisation des primes quand on est en équipe de France entre les hommes et les femmes, moi j’ai envie de dire oui. À travail égal, salaire égal, elles portent le drapeau, elles portent l’équipe ».

Le journal Ouest France, rappelle que les Bleues auraient touché 24 000 € chacune en cas de victoire en finale à l’Euro féminin 2022. L’année précédente, pour l’Euro masculin, les joueurs français éliminés en 8e de finale contre la Suisse ont reçu 173 000 € de la fédération, et auraient touché 300 000 € en remportant la coupe. Soit 12 fois plus que leurs homologues féminines.

La ministre des sports semble moins catégorique sur la question de l’égalité des revenus au sein des clubs professionnels. « Les modèles économiques du foot masculin et féminin sont extraordinairement différents », rappelle-t-elle.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !