À la COP 27 en Égypte, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur lance officiellement le « Pliff ». Ce nouvel outil financier vise à lever un milliard d’euros pour des projets à impact positif sur le climat et la biodiversité en Méditerranée.

Au cœur du rendez-vous mondial pour la planète, la COP 27 en Égypte, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur officialise le lancement du « Pliff », le PAMEx locally investment facility. Il s’agit de l’outil financier pour appliquer le PAMEx, un plan d’actions pour une Méditerranée exemplaire en 2030.

Ce dernier a été lancé à l’ouverture du Congrès mondial de la nature de l’UICN à Marseille en 2021. Huit nations méditerranéennes, dont la France, et cinq ONG, portent ces mesures. Elles visent à atteindre 10 % d’aires sous « protection forte » et zéro rejet de plastique en mer sous 10 ans.

Pour déployer ce plan d’actions, les partenaires souhaitent lever un milliard d’euros d’ici 2024 grâce au Pliff. « Ce fonds en capitaux, assistance technique, fonds propres et prêts », viendra soutenir des projets et infrastructures à impact positif sur le climat et la biodiversité. Un « outil financier inédit au service d’une Méditerranée du futur durable et innovante », selon la collectivité.

Ports électriques, zéro plastique et hot spots de biodiversité

« Aujourd’hui, au cœur de la COP 27, nous avons décidé de démarrer avec 3 projets pilotes très différents. Et à forte dimension environnementale », annonce la Région.

Le premier concerne le verdissement des infrastructures portuaires, avec l’électrification des quais pour que les navires coupent leurs moteurs en escale. « Nous avons réuni la semaine dernière une dizaine de ports du pourtour méditerranéen. Afin qu’ils puissent atteindre l’ambition zéro fumée », précise la collectivité.

Le deuxième projet pilote concerne la gestion des déchets et l’assainissement des villes côtières. L’ambition du PAMEx : « zéro plastique » rejeté en mer d’ici 2030.

Enfin, le troisième objectif vise la préservation et la restauration des écosystèmes fragiles. Après une cartographie des « hot spots » de biodiversité en Méditerranée, le premier « territoire symbolique » identifié est en Égypte. « Sur le Lac de Bardawil et le Nord Sinaï », annonce la Région Sud.

Elle donne rendez-vous les 5 et 6 décembre, lors de l’événement Méditerranée du futur à Marseille, pour en dévoiler plus sur les aspects opérationnels du PAMEx. Particulièrement sur le volet de l’électrification des ports.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !