L’aménagement d’une voie verte sur environ 14 kilomètres le long de l’Huveaune à Marseille doit s’achever en 2026. Le maître d’œuvre Artelia a été désigné et doit débuter le chantier en 2024.

Une voie verte continue le long de l’Huveaune de la mer jusqu’à la sortie de Marseille ? Ce grand chantier, qui doit offrir environ 14 kilomètres d’aménagements, des plages jusqu’à La-Penne-sur-Huveaune, devrait enfin démarrer, fin 2024. Avec l’objectif d’aboutir en 2026.

C’est ce qu’annonce la société publique locale d’aménagement Soleam, aux manettes du projet pour la Métropole Aix-Marseille-Provence. Elle vient de désigner le maître d’œuvre pour ce projet. Un accord-cadre de 1,19 million d’euros HT est convenu avec le groupement porté par Artelia.

La société de conseil, d’ingénierie et de management de projet s’associe à l’agence de paysagisme et design urbain Stoa. Mais aussi aux architectes urbanistes de TDSO et au bureau d’études environnementales Biotope.

Ils portent cette opération d’aménagement de berges, axée sur la mobilité, les loisirs et la restauration écologique, dont le montant prévisionnel est de « 13 millions d’euros TTC », précise la Métropole. Elle ajoute que ce chiffre doit sûrement évoluer et être précisé « à la suite de la validation de l’avant-projet, mi-2023. Car il ne comporte pas les acquisitions foncières » nécessaires pour la continuité du cheminement. Cet élément, comme la dépollution d’anciennes zones industrielles, est l’un des plus complexes du projet.

 

huveaune, Découvrez le grand projet de voie verte sur les berges de l’Huveaune attendu pour 2026, Made in Marseille
Visuel de projection au niveau de Saint-Marcel, intersection rue Dravet et rue Rimas. Crédit : Artelia

Pistes, jeux et aires de pique-nique

Aujourd’hui, le sentier pédestre de l’Huveaune permet déjà de longer le cours d’eau sur environ 2,5 km, depuis la mer jusqu’au boulevard Sainte-Marguerite. Puis après la station de métro, sur environ 600 mètres. Sur ces cheminements, la Métropole entend « améliorer les points qui le peuvent ».

Restent les 10 kilomètres environ, que le lit de l’Huveaune parcourt jusqu’à la sortie de Marseille, au niveau du boulevard de la Millière (11e). Sur ce tronçon, tout reste à faire.

D’abord avec la création d’une voie dédiée aux mobilités douces longeant le fleuve. Ensuite avec la création de « lieux de pause, de jeux, de parcours pédagogiques » qui jalonneront le trajet. « Sans oublier la valorisation du patrimoine écologique et culturel des lieux, d’attractivité touristique et d’introduction de la nature en ville… », ajoute la Métropole. « C’est ce qui fait toute la singularité, la difficulté mais également l’intérêt de ce projet ».

huveaune, Découvrez le grand projet de voie verte sur les berges de l’Huveaune attendu pour 2026, Made in Marseille
Visuel de projection pour l’aménagement de l’Huveaune au niveau du Parc du Vieux Moulin, à Saint-Loup (13011). Crédit : Artelia

Sur ces aménagements, les habitants devraient avoir leur mot à dire avec « une phase de concertation et de co-construction », certainement en 2023. Mais, les maîtres d’œuvre ont déjà esquissé les premières lignes des futures réalisations.

Comme en témoignent les premiers visuels de projection que nous vous dévoilons ici, du côté de Saint-Marcel et de Saint-Loup. Mais les premiers coups de pioche pourraient concerner le tronçon de l’Huveaune au niveau de Pont-de-Vivaux, vers l’échangeur Florian. « Aujourd’hui, c’est la zone sur laquelle nous sommes le plus opérationnels », nous glisse une technicienne du groupement à la manœuvre. Elle se dit « fière que ce projet aboutisse enfin ».

Relier Marseille à Aubagne en 2030

En effet, depuis 2019 et le lancement des premières études, le projet a évolué plusieurs fois. À l’époque, la Soleam comptait atteindre Saint-Menet d’ici 2024, selon son ancien président, Gérard Chenoz.

Puis, en 2021, la présidente de la Métropole, Martine Vassal, précisait l’objectif : la voie verte devait longer l’Huveaune de Borély à Saint-Loup (10e) d’ici 2025. Il faut donc considérer avec précaution ce nouveau calendrier de livraison, prévoyant de relier La-Penne-sur-Huveaune en 2026.

huveaune, Découvrez le grand projet de voie verte sur les berges de l’Huveaune attendu pour 2026, Made in Marseille
En 2021, Martine Vassal présentait le projet de « voie verte » sur l’Huveaune

La Métropole précise que « certains tronçons auront, à cette date, un itinéraire “bis” […] des aménagements cyclables et piétons sur voiries adjacentes, et non sur des berges retravaillées. Mais il s’agit pour nous d’arriver à une lisibilité et surtout à une practicité totale de l’itinéraire inscrit au plan vélo métropolitain à cet horizon ».

Il faut également rappeler que ce projet fait partie d’un plus vaste chantier. L’objectif est un cheminement continu le long du fleuve jusqu’à Aubagne. « La réalisation globale de ce projet est à horizon 2030 pour un coût global d’opération de 29 599 898,40 euros TTC », confirme une délibération votée par le conseil métropolitain en juin 2022.

Objectif central : la restauration naturelle du cours d’eau

Concernant la première phase, sur l’agglomération marseillaise, l’intercommunalité ajoute : « il s’agit d’un projet, certes, de mobilité douce, mais avec des enjeux supérieurs de protection de gestion, de préservation et de valorisation du milieu aquatique, de lutte contre les inondations et les pollutions, et de protection de la biodiversité ».

Didier Réault, vice-président délégué au littoral et au cycle de l’eau, rappelle en effet que cette opération s’inscrit aussi dans la stratégie de gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations (GEMAPI), dont la Métropole est en charge. Elle y alloue « un budget de 21 millions d’euros par an, auquel il faut ajouter 10 à 15 millions de subventions diverses ».

L’Huveaune, dont la gestion « a longtemps été oubliée » selon Didier Réault, condense les problématiques de santé écologique liées aux cours d’eau urbains, ainsi que de gestion de crues. Le lit du fleuve doit notamment être retravaillé et élargi, pour mieux absorber les débits lors d’épisodes pluvieux.

Dans ce sens, les voies piétonnes et cyclables doivent majoritairement prendre place « dans le lit du fleuve, juste au-dessus du niveau de l’eau », précise Didier Réault. « Donc, sous le niveau des berges. Cela permet d’élargir le lit du cours d’eau en créant une “zone d’expansion des crues”. Pour mieux stocker et absorber le débit et empêcher les inondations ».

huveaune, Découvrez le grand projet de voie verte sur les berges de l’Huveaune attendu pour 2026, Made in Marseille
Visuel de projection au niveau de Saint-Marcel (13011), intersection rue Dravet et rue Rimas. Crédit : Artelia

L’Huveaune doit retrouver son lit naturel jusqu’aux plages du Prado

Les premiers « gros travaux » concernant la restauration hydraulique et naturelle du cours d’eau « démarrent en octobre », annonce le vice-président métropolitain. Ils visent le lit du fleuve au niveau de La Pomme (11e), entre l’avenue Heckel et les jardins ouvriers Coder.

Mais, d’après lui, de nombreux autres chantiers de ce type doivent concerner le cours d’eau pour mieux gérer son débit. « À Auriol, Roquevaire, Aubagne, Gémenos… » Une succession d’aménagements dont « l’aboutissement final, d’ici 2030 » est de refaire couler l’Huveaune dans son lit naturel sur le dernier kilomètre, jusqu’à son estuaire aux plages du Prado.

En effet, aujourd’hui, le fleuve est détourné au niveau du barrage Pugette (Sainte-Marguerite) pour être rejeté à hauteur de la calanque de Cortiou. Excepté lors d’orages importants, quand il ne peut plus être contenu. Il provoque alors des épisodes de pollution sur la plage que les Marseillais surnomment « épluchures beach ».

Si le cours d’eau retrouve sa santé et son lit naturel, le site balnéaire pourrait aussi retrouver son nom originel : la plage de l’Huveaune.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !