[Interview] Beard Club : la web-série made in Marseille qui cartonne !

Les web-séries made in Marseille sont décidément très tendances. Après la série « Marseille » produite par le géant américain Netflix avec Gérard Depardieu en tête d’affiche (on vous dit tout ici), voilà une autre production qui devrait cartonner : Beard Club. Elle se détache dores et déjà des autres par son originalité et son esthétique. Cette nouvelle série est jouée et réalisée par Pablo Pinasco et Sébastien Nadaud. Made in Marseille les a interviewé afin d’en savoir un peu plus sur leur projet. Focus.

beard-club-serie-marseille

Notre avis : Cette série est une pure merveille, surtout quand on connait les moyens mis à disposition pour la production. Les plans sont propres et précis. Les deux réalisateurs ont vraiment réussi leur coup, avec une ambiance angoissante taillée sur mesure. La lumière particulière joue selon nous un rôle déterminant dans l’univers de cette série. 

Si vous voulez soutenir la réalisation des épisodes 3 et 4, rendez-vous sur Ulule.fr


L’INTERVIEW

Comment vous est venu cette idée ? 

L’idée est venue comme pour beaucoup de gens qui travaillent dans la com’ avec l’envie de faire un projet personnel sans avoir à répondre à une commande. On disposait seulement de nos métiers et du matériel qu’on avait pour faire les petits tournages pour nos clients. Quand nous avons lancé le projet, le plus important c’était qu’il existe, qu’il aboutisse. Cet impératif nous a mis en face de certaines contraintes. Les protagonistes devaient être deux personnes souvent disponibles et en même temps que nous afin de pouvoir tourner très régulièrement. On est arrivé rapidement à cette conclusion : les seules personnes qui rempliraient ces conditions, c’étaient nous-mêmes.

Pour les autres rôles et les lieux de tournage, ce serait un mélange du script et de rencontres dans la vraie vie. Un personnage et/ou un lieu pourraient intégrer l’épisode selon une découverte fortuite, un feeling réciproque, une connexion humaine. On a décidé de vivre ces contraintes comme autant d’atouts qui donneraient une forme particulière au script initial.

beard-club-web-serie

Finalement un type de série a commencé à se dessiner. Sans dialogue (difficile de parler d’une façon crédible quand on n’est pas comédien professionnel) et avec deux éléments indispensables pour compenser ce manque : la création d’ambiances lourdes qui s’enchaînent de façon rapide et sans plans intermédiaires, et une voix off qui construit la philosophie des personnages. Un fil rouge qui avance, avec plein d’autres histoires qui l’enrichissent et l’accompagnent sans connaître la destination finale…
Le fait de ne pas avoir de script fixe associé à l’absence de dialogue nous laisse la possibilité de prendre la direction qu’on souhaite au moment du montage, de l’écriture de la voix off et des choix musicaux. Grâce à cette façon de travailler, une grande liberté d’expression est apparue, qui donnera à la série une forme particulière.

tournage-web-serie-beard-club
Silence, ça tourne !

Comment produisez-vous la série ?

La série est auto-produite, avec les moyens du bord. C’est filmé avec des Canon 5D, donc du matériel facile à transporter et à mettre en place, les lieux de tournage sont trouvés par le réseau de copains / famille (maison à retaper d’un copain, commissariat monté dans la maison de mes beaux parents, etc ) et tous les rôles sont aussi joués par eux, nos amis, ma fille, la mère et la sœur de Sébastien, mon beau père, etc. Les tournages se font le soir ou les weekends, selon les dispos des comédiens, et dans des temps record, on avance à la vitesse que nos moyens nous permettent. Un épisode par semestre.

beard-clubRacontez-nous l’histoire en quelques mots ?

Beard Club raconte le parcours initiatique et mystique de deux flics désabusés. Sur une scène de crime ils découvrent une femme assassinée, portant une barbe postiche. Cette mise en scène criminelle les renvoie à leur propre passé, forçant une introspection inattendue et révélant entre les deux protagonistes des liens qu’ils ne soupçonnaient pas. Le deuxième meurtre, similaire, oriente l’enquête vers un tueur en série, et plonge nos deux flics dans un univers violent où la beauté est le principal critère de sélection.
Un thriller psycho-lyrique à 6 épisodes de plus ou moins 15 minutes.

Où puisez-vous votre inspiration ?

Difficile de dire d’où vient l’inspiration, on aime beaucoup les ambiances de David Lynch, le soin esthétique de Wes Anderson, la musique, le mélange du beau et du ridicule, le soleil de Marseille, le foot, bien manger. On ne voulait pas faire l’histoire d’un couple dans un appartement (comme c’est le cas dans beaucoup de projets avec les mêmes moyens que nous) donc, on est parti sur une grosse production façon looser.
Comme on aime les films où la façon de raconter est plus importante que l’histoire en soi, on voulait que ça parle de nous à travers ces deux flics. Je ne sais pas si c’est réussi mais en tous les cas je sens que ça nous représente, que c’est à nous.

Quelle est votre profession actuelle ? Et vos projets pour la suite ?

On est freelance, je suis Directeur Artistique Web, et Sébastien est photographe. Nos projets ? Essayer d’aller jusqu’à la fin du Beard Club… ça nous prend beaucoup de temps, si le plaisir de le faire dure, on y arrivera. Lors la soirée de projection au Fantastique, on lancera un crowfounding pour pouvoir aller un peu plus loin dans les épisodes suivants.


Le rendez-vous est pris, samedi 27 juin au Fantastique pour la diffusion du 2e épisode. 76 boulevard baille, 13006 Marseille

La vidéo de l’épisode 1

BEARD CLUB / Episode 1 / Français from WAACB on Vimeo.

Commentaires Facebook

4 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE