Aix Marseille French Tech s’installe à TheCamp et dévoile sa stratégie

Pascal Lorne, le nouveau président d’Aix Marseille French Tech, fondateur de Gojob, a dévoilé sa feuille de route hier soir à La Criée devant 700 personnes. Parmi les éléments à retenir, une volonté d’internationaliser les startups locales, de booster les lever de fonds, de miser sur la jeunesse et d’installer le siège social à TheCamp à Aix. Objectif : se structurer avant le mois de juin et le renouvellement du label.
Pascal Lorne, nouveau président d’Aix Marseille French Tech

« On va apporter une équipe qui a une vraie expérience sur l’international, sur les levées de fonds et un vrai projet éducatif pour semer des petites graines de champion dans la tête des ados et des jeunes adultes qui aujourd’hui ont besoin de rêver. L’innovation, il faut l’oser ! On va essayer de donner de l’espoir aux gens et leur montrer que tout est possible » nous explique Pascal Lorne, le nouveau président de la French Tech à l’occasion de la soirée de lancement.

L’équipe a promis la création d’un nouveau grand événement sur le territoire et d’être totalement opérationnelle pour le 1er avril. Elle veut aussi faire des grands groupes (ETI), un soutien primordial aux startups locales en leur faisant bénéficier de leur réseau.

Gouvernance partagée : qui siègera chez Aix Marseille French Tech ?

L’équipe Medinsoft pilotée par André Jeannerot et Stéphane Soto, qui a créé le label AMFT sur le territoire et qui s’est inclinée face à l’équipe de Pascal Lorne dans l’appel à projets lancé par la métropole, demande la parité pour piloter la French Tech.

Pascal Lorne interrogé, nous explique « Dans le fond, on veut une gouvernance éclairée et ouverte dans laquelle on fédère et on apporte une expertise. La question n’est pas de savoir si l’on offre un, deux, trois, quatre, cinq ou dix postes (Ndlr : à l’association Medinsoft), la question est « quelles énergies ils sont prêts à apporter avec quel projet ? » S’il y en a un qui nous dit « moi je suis super fort pour l’international », super, qu’il vienne ! C’est juste que nous, on fonctionne par projets. Pour être très concret, on leur a fait une proposition en off, on leur a fait une proposition officielle, maintenant la balle est dans leur camp« . Avant de poursuivre « Vous savez, la gouvernance partagée que la métropole et Medinsoft désirent, on commence à la mettre en place, regardez Valérie (Ndlr : Segrétin) est secrétaire, elle vient de l’ancienne équipe et nous a rejoint, et d’autres personnes seront annoncées très bientôt« .

Deux jours après la conférence de presse de Medinsoft à la Coque, Pascal Lorne réagit à notre micro « On doit regarder en avant maintenant, ce qui veut dire que je n’ai aucune rancoeur, face à tout ça. Stéphane Soto est un bon copain, Kévin Polizzi c’est mon ancien hébergeur, tout ça c’est des gens qui se connaissent, donc quand il va falloir avancer, on le fera tous ensemble » avant de poursuivre « je ne veux pas entrer dans la polémique. Je ne connais pas personnellement Jean-Luc Chauvin ou Jean-Claude Gaudin, j’ai simplement déposé une candidature qui a été retenue ». 

Jean-Luc Chauvin et Pascal Lorne

L’idée que le changement de gouvernance à la tête de la French Tech soit le match retour des élections de la CCIMP « n’a pas de sens » selon Jean-Luc Chauvin, président de la CCIMP, interviewé en marge de la conférence de presse. « Le fait générateur, c’est les gens qui disent « on veut s’arrêter » et l’écosystème qui se réveille. Et après, il y a eu un appel à projet et deux candidatures. Le principal c’est quoi ? C’est que ce qui a été fait jusqu’à présent, c’est très bien et indispensable, mais que maintenant on entre dans une 2e phase, vous le voyez ce soir, on entre dans l’internationalisation. Le projet qui a été choisi a l’obligation de rassembler tout l’écosystème pour mettre en avant les startups. Tout le reste n’a pas de sens. »

La composition de la nouvelle équipe

Autour du nouveau président, Pascal Lorne : Laurent Baly, Vincent Berge, Bertrand Bigay, Isadora Bigourdan, Vincent Deruelle, Laurence Fontaine, Marie-Laure Guidi, Reza Malekzadeh, Vanessa Marcie, Ben Marrel, Olivier Mathiot, Lionel Minassian, Olivier Oullier, Christine Placet, Mathieu Rozières, Marc Schillaci, Valérie Segrétain, Patrick Siri et Cyril Zimmermann.

Parmi les partenaires financiers, la nouvelle équipe peut compter sur les communes de Marseille et d’Aix-en-Provence, la métropole, ou encore la CCI Marseille Provence et quelques privés, dont le nombre devrait augmenter rapidement, selon la trésorière de l’équipe.

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE