Inspiration – CityTree, le mur végétal qui purifie l’air comme 275 arbres

Dans notre rubrique inspiration, retrouvez cette semaine « CityTree », un mur végétal, inventé par la start-up allemande Green City Solutions, qui représente l’équivalent de 275 arbres et accélère ainsi la purification de l’air dans un rayon de 50 mètres alentour pour y réduire la pollution d’environ 30%.

CityTree est un concept révolutionnaire qui pourrait faire des petits. Grâce à des panneaux solaires et des capteurs performants, ce mur de 4 mètres de haut et 3 mètres de large utilise la mousse pour purifier l’air par la photosynthèse et absorbe 240 tonnes de gaz, de poussières et de particules par ans, soit l’équivalent de 275 arbres.

Alors bien sur, l’idée n’est pas de remplacer les arbres en ville, qui ont bien d’autres vertus, notamment celles d’assurer une meilleure qualité de vie aux habitants, d’offrir de la fraicheur et de l’ombre aux passants et de ramener la biodiversité en ville. Mais avouez que l’ambition est séduisante pour réduire la pollution dans les centres villes, où l’on manque souvent de place pour positionner des nouveaux aménagements. Car un autre avantage de ce mur végétal capable de capter la pollution de près de 500 voitures chaque année, c’est son banc en bois intégré, qui offre aux passants la possibilité de s’y installer. Un concept 2 en 1.


Aller plus loin sur le sujet…


CityTree, comment ça marche ?

Ce mur végétal utilise un système de récupération d’eau de pluie pour « arroser » les plantes, des panneaux solaires et des capteurs pour réguler son humidité et sa température. Il fallait y penser !

Et le projet fait son chemin puisque de nombreuses villes s’y sont mises… Berlin en compte déjà quelques uns, Dresde et Klingenthal en Allemagne, Oslo, Budapest, ainsi que Hong Kong. Si le prix n’est pas connu publiquement, d’après certains experts, un City Tree couterait environ 25 000 euros pour une durée de 3 mois. Un prix que certains jugent rapidement « amortissable » grâce à la possibilité d’y connecter des bornes Wifi, de la publicité sur des panneaux occupants les parties en béton, ou encore des bornes de voitures électriques en libre service,… Les possibilités sont multiples pour les collectivités qui souhaiteraient investir.

Le projet est actuellement en test à Paris, sur la place de la Nation : 3 « CityTree » ont été installés. Selon compenserait donc l’équivalent d’environ 1 500 voitures, ce qui semble un peu limité vue la circulation quotidienne qui transite dans ce coin de Paris. Mais les « CityTree » pourraient avoir toute leur légitimité sur des espaces où l’on ne peut pas planter, comme les esplanades piétonnes bétonnées. A Paris on peut penser à la Défense, à Marseille, des quartiers comme la Joliette pourraient s’inspirer de ce projet.

Des limites et des amélioration à venir ?

Un CityTree en test à Bruxelles a connu ses premières difficultés cet été. Comme en témoigne le site d’info bruxellois bx1, un problème d’irrigation combiné aux fortes chaleurs du mois de juin dans la métropole belge ont entrainé le dessèchement de la structure, comme l’explique Arnaud Bastogne, responsable de l’énergie à la ville de Bruxelles sur le site : « Ils sont passés début de semaine et nous ont confirmé qu’il y avait un problème d’irrigation. L’envoi d’eau de la cuve n’était pas suffisant vu les températures extrêmes, nous leur avons donc demandé d’augmenter la fréquence d’irrigation ». 

Pour l’instant, le projet est encore en phase de test et ce genre d’incidents techniques devrait être rapidement pris en charge par la start-up allemande.

Commentaires Facebook

1 commentaire

  1. De la publicité « réclame » sur un site comme madeinmarseille.net. On est un peu étonné. Tout cela est totalement flou et c(‘est pas par hasard) , et mériterait une véritable démonstration indépendante du point de vue scientifique …

LAISSER UNE RÉPONSE