15-38 – Le nouveau média pour comprendre les problèmes de la Méditerranée

15-38 – Le nouveau média pour comprendre les problèmes de la Méditerranée

Le nouveau site d’information 15-38 Méditerranée vient de terminer sa campagne de crowdfunding et a récolté plus de 20 000 euros. De quoi respirer un peu, et poser les fondations de l’esprit 15-38 : un site sans frontière centré sur la Méditerranée.

Lancé le 10 février dernier, le site 15-38 propose une information de qualité variée et étoffée aux quatre coins de la Méditerranée. L’idée de départ est née d’une rencontre entre différents journalistes français installés au Proche et Moyen-Orient. Ces correspondants se sentaient frustrés dans la façon dont ils devaient rendre compte de l’actualité dans cette région du monde.  «C’est l’effet de l’immédiateté du traitement de l’information», explique Hélène Bourgon, journaliste à 15-38, «il fallait parfois que je traite en 2 minutes de sujets très complexes et demandant de longues recherches, c’était assez frustrant de ne pas approfondir ces sujets».

C’est dans une volonté de repenser leur métier, se le réapproprier qu’a été lancé ce nouveau média. «On se donne le temps», poursuit Coline Charbonnier, journaliste également, «les dossiers mensuels nous laissent le temps d’aller au fond des choses et de ne pas passer rapidement d’un sujet à l’autre».

media-information-mediterranee-15-38

Mais pourquoi 15-38 ?

Il s’agit simplement du point central de la méditerranée, en longitude et en latitude. Histoire de bien montrer que le site n’est pas destiné aux citoyens d’un seul État ou d’une seule culture mais à tous ceux qui pourraient être sensibles aux problématiques communes aux pays des deux rives de la Méditerranée. L’idée de ce nouveau site est d’appréhender de grands sujets de société, non pas de manière isolée ou ethnocentrée, mais de manière globale en recoupant les avis selon les pays et les cultures, en multipliant les enquêtes et analyses, en démêlant les causes des conséquences.

«Comment parler de l’accueil des réfugiés syriens, sans analyser la situation libanaise ? Comment lutter contre la pollution maritime sans comprendre quelles sont les législations au Maghreb ?», expliquent-ils.

Dans leur volonté de sortir des sentiers battus, de proposer une autre façon d’informer, ils ont développé l’idée de sortir chaque mois un grand dossier lié à un thème particulier sur les défis auxquels font face les sociétés méditerranéennes, quelles qu’elles soient. Pour l’heure, trois dossiers ont vu le jour, sur la migration, la Syrie, et la drogue. À chaque fois, des papiers long format, des reportages sur les deux rives de la Méditerranée ainsi que des rencontres, portraits et interviews, des témoignages de vie en somme. Le format Web leur permet en outre de ne pas se cantonner à l’écriture mais d’utiliser d’autres supports comme le son et la vidéo, les dessins, photos et diaporamas ou encore la cartographie.

Chacun de ces dossiers est extrêmement documenté et aborde différents angles sur ces thématiques, en ayant toujours en tête cette volonté d’illustrer toutes ces problématiques en croisant différents points de vue, différentes analyses.

Pluralité de regards

site-info-15-38-mediterranee

Les 4 journalistes de 15-38 (3 à Marseille, un à Alger) travaillent en collaboration avec une dizaine d’autres personnes, réparties sur le pourtour méditerranéen et qui sont rémunérées à la pige. Ces collaborateurs ne sont pas tous journalistes mais comptent dans leur rang des chercheurs ou des artistes. «On alterne les regards», explique Coline Charbonnier, «il y a une volonté de notre part de ne pas rester qu’entre journalistes… Le travail des chercheurs est complémentaire avec le nôtre, ils font par exemple des expertises sur plusieurs années, chose que l’on ne peut pas se permettre de faire en tant que journalistes».

Le choix de la gratuité

15-38 est donc d’abord un réseau d’information qui a fait le choix de l’indépendance, de la profondeur et de la qualité mais qui souhaite avant tout rester gratuit : «Notre public Méditerranéen ne pourrait, dans sa majorité, pas se permettre de payer, c’est pourquoi nous tenons absolument à rester gratuit.»

Une volonté louable mais qui a un coût : aujourd’hui les moyens de financement du média sont faibles et les journalistes de 15-38 comptent essentiellement sur les dons de ses lecteurs pour financer les enquêtes puisqu’ils ne se sont pas vu accorder de subvention. La campagne de crowdfunding menée sur KissKissBankBank, et qui a permis de récolter un peu plus de 20 000 euros leur permettra donc de financer leur 6 prochains dossiers et de payer les collaborateurs journalistes, photographes et dessinateurs. Mais pas eux-mêmes: « On ne peut pas se permettre de se payer pour le moment… pour l’instant, on est plutôt dans l’optique de se faire connaitre, de se développer mais évidemment, on ne pourra pas fonctionner éternellement comme cela.»

Pour diversifier les sources potentielles de financement, les journalistes de 15-38 entendent multiplier les rencontres 15-38, pour lesquelles ils espèrent être payés prochainement. Parmi ces événements ponctuels, des conférences liées aux problématiques soulevées par leurs différents dossiers, des photos-marathon ou encore des rencontres. Cela, toujours dans l’esprit 15-38 fondé sur le partage et la diffusion du savoir, autour de valeurs humanistes et universelles. Et avec cette volonté d’aller à la rencontre de leurs lecteurs et d’ouvrir ainsi de nouvelles perspectives, parce que chacun de ces dossiers n’est jamais totalement refermé mais peut être rouvert et enrichi à tout moment.

 

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE