Un conseil de développement pour imaginer la métropole de 2030

La métropole Aix Marseille Provence créée depuis le 1er janvier 2016, vient d’annoncer le lancement de son conseil de développement métropolitain. Pourquoi un conseil de développement métropolitain ? Quels sujets seront à l’étude ? Qui va le composer ? Décryptage.

maire-jean-claude-gaudin-marseilleLa métropole Aix Marseille Provence est la « 1ère assemblée métropolitaine de France, avec ses 240 élus, loin devant le Grand Paris », commente Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille et Président de la métropole. Elle regroupe 92 communes et donc 92 maires, ce qu’il considère comme « déjà suffisant pour faire avancer les choses ». Mais la métropole compte aussi 29 communes du département des Bouches du Rhône, qui ont choisi de ne pas devenir membres de l’entité. Pourtant, les choses doivent continuer à avancer, et c’est l’objectif de la mise en place du conseil de développement métropolitain en alliant élus et société civile.

Le conseil de développement, présidé par Gérard Goninet, directeur d’Airbus industrie, la Vice-présidente est Sandra Chalinet, Présidente des Terrasses du Port, dispose de cinq commissions permanentes thématiques qui se réunissent une fois par mois :

  1. Grande Accessibilité, Mobilité et Infrastructures
  2. Développement économique, Innovation, Enseignement supérieur, Recherche
  3. Aménagement et urbanisme
  4. Habitat, Politique de la ville et Solidarités
  5. Développement durable, Cadre de vie, Agriculture et Environnement

 

À quoi va servir ce conseil de développement ?

Le conseil de développement métropolitain est avant tout un lieu de débat constructif. Le rôle de ses membres n’est que consultatif. Les élus de la métropole conservent le pouvoir de décision et les membres du conseil de développement formulent des propositions pour « penser et co-construire la métropole de 2030 », assure Michel Roux, vice-président de la métropole.

La création d’un conseil de développement métropolitain est, en réalité, prévu dans la Loi de Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des métropoles (dite Loi MAPTAM) du 27 janvier 2014. Jean-Claude Gaudin tient à rappeler que ce conseil de développement a mis du temps à se mettre en place, car il intervient un an après la création de la métropole et sa nomination au poste de président de celle-ci. « Il a fallu ensuite nommer des vice-présidents, ce qui a pris du temps ».

« On entend souvent dire que les élus devraient être plus proches des citoyens », autrement dit, assurer une démocratie de proximité et participative, dit Michel Roux, « aujourd’hui, avec les réseaux sociaux, les habitants aiment donner leur avis, et ce conseil de développement se fera avec eux », continue Sandra Chalinet-Merenda. Même si les « maires et les acteurs sont issus de bords politiques différents, c’est l’intérêt général qui l’emportera », assure Jean-Claude Gaudin.

conseil-metropole-mpm-marseille

Qui va composer le conseil de développement ?

Le conseil de développement métropolitain sera composé de 180 membres répartis dans trois « collèges » :

  • Le collège territorial avec 90 membres représentant la société civile des 6 territoires d’Aix-Marseille Provence
  • Le collège des partenaires socio-économiques qui comptera 50 membres réunissant des acteurs économiques, sociaux et associatifs désignés par leur organisme
  • Le collège des personnalités qualifiées avec 40 membres dotées de différentes compétences allant du tourisme au sport, en passant par la culture et la communication, tous désignés par le Président de la métropole

Le rôle du Président du conseil de développement

Son rôle est d’organiser les travaux des 5 commissions thématiques permanentes, de la commission spéciale « projet métropolitain » et du Bureau. Il préside aussi l’assemblée plénière qui se déroule tous les deux mois. Il endosse le rôle de référent du Président de la métropole et du vice-président de la métropole en charge du projet métropolitain et du conseil de développement. Le Président du conseil de développement est épaulé par un vice-président et il nomme le président et le vice-président des 3 collèges constituant le conseil.

Le rôle du Bureau

Le Bureau est le lieu de réflexion transversale et de coordination des travaux du conseil de développement. Il assure la passerelle entre la société civile représentée au sein du conseil de développement, les élus de la métropole et les partenaires extérieurs.

Sa composition

  • Gérard Goninet, le Directeur industriel d’Airbus Helicopters Marignane : Président du conseil de développement
  • Sandra Chalinet-Merenda, Directrice du centre-commercial Les Terrasses du Port, à Marseille : vice-présidente du conseil de développement
  • Romain Gille, Président du conseil d’administration au sein de l’entreprise Ranc Développement : Président du collège territorial
  • Frédéric Moschetti, Représentant de la CCI Marseille Provence : président du collège des partenaires
  • Apolline Quintrand-Pacull, Directrice artistique du Festival de Marseille jusqu’en juillet 2016 : Présidente du collège des personnalités qualifiées

Quels agendas à l’ordre du conseil ?

Pour Gérard Goninet, le Président du conseil de développement, il y a différents agendas à traiter et « il faut attaquer le dossier du transport, et on sait que la métropole aura besoin de financements. C’est pour cela qu’il va falloir monter un dossier de qualité » à proposer aux élus.

Toutefois, en plus du transport, l’économie sera aussi l’un des enjeux principaux du conseil. Sur une plus longue perspective, Jean-Claude Gaudin ajoute qu’il faudra aussi aborder la question de déterminer « ce qui appartient à la métropole et ce qui appartient aux communes », dans un souci d’équité de gestion.

Néanmoins, un petit bémol à l’horizon : le conseil de développement n’assurera aucune parité complète. Il est aujourd’hui composé, en majorité, d’hommes. Une constatation que Jean-Claude Gaudin et Michel Roux tentent d’expliquer par le très gros investissement personnel dont il faudra faire preuve en siégeant à ce conseil. « Les membres du conseil se sont portés volontaires pour en faire partie, et il n’y a pas eu beaucoup de candidates », ajoutent-ils.

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE