Top départ du chantier du paquebot HLM signé Ricciotti à Saint-Charles

Top départ du chantier du paquebot HLM signé Ricciotti à Saint-Charles

Oh un bateau ! Non, un paquebot ! Ah ben non… Des logements sociaux ! C’est ainsi que l’on pourrait résumer le très attendu projet de l’architecte marseillais le plus célèbre, Rudy Ricciotti. Après avoir signé le MuCEM en 2013, il vient de lancer son premier projet de logements dits HLM nommé Argo, qui se distingue déjà par son architecture audacieuse.

Situé à l’angle des discrètes rues Fauchier et Malaval dans le quartier Saint-Charles à Marseille, le bâtiment « Argo » de Ricciotti est au cœur du périmètre d’intérêt national Euroméditerranée, à l’extrémité de la ZAC Saint-Charles Porte d’Aix. Attendu depuis plus de quatre ans, le démarrage des travaux peut enfin avoir lieu. Le permis de construire est en effet enfin purgé de tous ses recours. La fin du chantier est prévue à l’horizon du quatrième trimestre 2018.

ricciotti-logement-sociaux-marseille
Le paquebot de Ricciotti © Ricciotti / Ametis

Parce que pour la petite histoire, au printemps 2013, les travaux de démolition de l’ancien bâtiment avaient été entrepris par le maître d’ouvrage Ametis, avant d’être stoppés à cause de recours déposés par quelques habitants à l’encontre du permis de construire, lui même accordé par la mairie de Marseille début 2013. Depuis, le projet était en suspens. Pour Jean-Claude Gaudin, maire (LR) de Marseille, ces recours déposés régulièrement sur les nouveaux projets, notamment sur le périmètre d’Euromed, sont un vrai fléau « il y avait des recours systématiques de la part de gens qui ne pensent qu’à leurs intérêts personnels. Ils exigent que la ville se développe, qu’on avance, mais jamais à côté d’eux !  » explique-t-il. 

Une architecture audacieuse pour du logement social

« L’îlot Fauchier » comme on l’appelle à Euroméditerranée, forme un triangle dessiné par les rues Malaval et Fauchier (2e). Il occupe une position stratégique dans le dispositif urbain en mutation du centre de Marseille. Le projet englobera la mosquée de la rue Malaval, qui devrait rester ouverte pendant les travaux. 

Rudy Ricciotti a imaginé un bâtiment à la forme d’un paquebot, bien évidemment en clin d’oeil à Marseille et à la mer. La forme du bâtiment avec une proue arrondie et des balcons filants rappellent sans équivoque un bateau de croisière.

L’entrée du parking souterrain se fera par le portail noir au pied de la proue. C’est également un signe fort qui fait penser à l’entrée des véhicules dans les étages inférieurs des navires de traversée. La couleur blanche de l’ensemble et le revêtement en bois des balcons sont également des symboles de l’architecture navale.

Un très bon parti pris architectural pour des logements sociaux, que l’on n’a pas forcément l’habitude de mettre en avant… Les futurs résidents apprécieront. Seul hic peut être, notre incertitude à savoir combien de temps, la partie basse du bâtiment restera toute blanche, sans dégradation. 

ricciotti-logement-marseille-saint-charles
Le paquebot de Ricciotti © Ricciotti / Ametis
ilot-fauchier-malaval-marseille-euromediterranee
Angle des rues Fauchier (à droite) et Malaval (à gauche) avant la démolition fin 2012 © JZ
logement-paquebot-ricciotti-saint-charles
Démolition du bâti ancien avant les travaux de terrassement en avril 2013 © JZ

Le projet plus en détails

« L’îlot Fauchier » occupe une emprise au sol de 2 300 m². « Architecturalement », l’effet de proue créé par le triangle bâti est renforcé par la pente : plus de 7 mètres de dénivelé entre le haut de la rue Malaval et le point le plus bas de l’îlot à la rencontre des rues Malaval et Fauchier.

Il proposera au total :

  • 74 logements sociaux
  • 79 places de stationnements en sous-sol
  • 480 m² de locaux d’activités
  • 30 % de la surface totale aménagée en espaces verts
  • Label BBC (basse consommation)

Les 74 logements sociaux seront destinés au relogement des habitants des sites démolis tout autour, par les programmes de rénovation urbaine au titre de l’Anru (Agence nationale de rénovation urbaine).

En effet, à proximité immédiate du projet, dans la rue Fauchier notamment, plusieurs opérations récentes attestent du renouvellement urbain du quartier tels l’aménagement des abords de l’école rue d’Hozier, l’installation de la Direction Générale de l’Urbanisme de la Ville de Marseille ou encore l’installation de l’école Axe Sud, école d’arts graphiques et de communication visuelle du sud, dans les anciens entrepôts Escarguel.

rudy-ricciotti-marseille-saint-charles-projet
Perspectives au cœur du bâtiment © Ricciotti / Ametis
marseille-logement-social-ricciotti-fauchier
Perspectives au cœur du bâtiment © Ricciotti / Ametis
rudy-ricciotti-marseille-logement-ilot-fauchier
Perspectives au cœur du bâtiment © Ricciotti / Ametis

Suivi du chantier

Sur le terrain d’une emprise au sol triangulaire d’environ 2000 m², il ne reste plus que la mosquée encore ouverte au public.

fauchier-malaval-logement-sociaux-ricciotti
La mosquée de la rue Malaval et le terrain libéré de l’emprise de l’ancien bâtiment dans le même état depuis 2013 © JZ

Commentaires Facebook

1 commentaire

  1. Il me semble que Ricciotti n’est pas marseillais mais de Bandol (dans ne varois) et que cet îlot se situe dans le quartier de la République et non Saint-Charles. De plus, c’est un peu pauvre en argument pour dire que c’est un bon projet…Sans parler d’esthétique, que dire du rapport à la ville de ce socle de 3 m de haut… quelle urbanité créerait une ville où on déambulerait entre des murs aveugles ?

LAISSER UNE RÉPONSE