Rencontre avec Thomas Vdb, l’humoriste qui monte !

L’humoriste Thomas Vdb sera l’une des têtes d’affiche du premier grand festival de l’humour marseillais, le M Rire Festival, qui se tiendra cet été au théâtre Silvain. Touche à tout sur France Inter, France 2, dans son magazine de Rock ou sur scène, l’artiste est en train de devenir une référence dans son domaine.

Pour Made in Marseille, il revient sur sa carrière et ses projets, au moment même où l’émission Actuality animée par Thomas Thouroude sur France 2 est déprogrammée. Une émission quotidienne qui depuis septembre était très appréciée par des milliers de téléspectateurs, notamment grâce aux petits sketchs des acolytes et amis Thomas Vdb et Mathieu Madenian. Il nous explique en exclusivité le retour sous un autre format, tous les soirs à 20h35 sur France 2 après la météo. Un pied de nez à Canteloup sur TF1 ?


L’INTERVIEW

Salut Thomas, comment ça s’est passé quand ils t’ont proposé de participer au Festival du Rire de Marseille ? 

J’ai présenté mon nouveau spectacle à Paris et des programmateurs de salles et de festivals sont venus me voir. Ils ont appelé mon producteur et lui ont demandé si j’étais dispo. Et moi, à partir du moment où je suis dispo, je suis prêt à jouer partout. En plus, je suis ravi de jouer ici, car ma femme est originaire de Marseille !

Sais tu déjà comment va se passer la grande première soirée du festival le 27 juin avec tous les artistes ? Tu vas jouer un sketch de ton spectacle BonChienChien ?

Comment ça va se passer, pas du tout. Enfin je sais que mon ami Mathieu Madenian y est aussi donc je sais qu’on va se retrouver à un moment donné sur scène à faire les couillons. Ça je suis prêt à le parier ! (rires) C’est souvent comme ça dès qu’on est programmés ensemble : on fait un sketch chacun, et puis à un moment je finis par l’emmerder quand il est sur scène ! Et si je vais jouer un sketch de mon spectacle BonChienChien… Oui, car c’est mon dernier spectacle. Je ne sais pas combien de temps je vais être amené à le jouer ce jour là, mais bon oui oui il y a de très grandes chances que j’en joue un extrait.

Pour nos lecteurs qui ne te connaissent pas encore ou qui ignorent ton parcours, pourrais-tu nous raconter d’où te vient cette envie de toucher à toutes les disciplines ?

Il est un peu tordu mon parcours car j’ai commencé par faire du théâtre. Ensuite, j’ai travaillé 7 ans dans la presse musicale, j’ai été journaliste et puis en 2005, j’en ai eu marre de faire de la presse et j’ai eu envie de refaire de la scène de façon plus soutenue et me dédier entièrement à ça.
Donc en 2005 j’ai écris mon premier spectacle, qui racontait comment de fan de rock, je suis devenu journaliste de rock, et qui racontait un peu mon expérience de journaliste. Et de là, ça m’a ouvert des portes, pas mal à la télé et à la radio pour faire des chroniques, des sketchs, et puis par la suite j’ai créé un nouveau spectacle, j’ai rencontré d’autres gens, j’ai commencé à faire de la fiction, un peu de cinéma…
Mais ce qui m’intéresse le plus aujourd’hui, c’est de faire de la scène et de la fiction. Et je m’amuse beaucoup aussi à faire depuis un an des sketchs avec Mathieu Madenian, qui est mon pote. Donc voilà, il y a cette envie effectivement de toucher à plein de choses. Le risque c’est de se disperser, mais ce que l’on risque le moins c’est de ne rien faire. Et donc du coup, je m’amuse beaucoup à aller dans tous les sens.

thomas-vdb-mathieu-madenian
Thomas Vdb et Mathieu Madenian dans Actuality

Qu’est ce qui t’as le plus plu ou te plait le plus ? Etre journaliste et rédac’ chef du magazine Rock Sound ? Chroniqueur à la radio sur France Inter ? Jouer tes spectacles ? Ta chronique sur France 2 dans Actuality avec Madenian ? Ou finalement un peu tout ça et c’est surtout d’avoir la possibilité de t’exprimer devant les Français qui te porte ?

Le premier truc auquel je pense quand je monte sur scène, quand je fais une chronique à la radio ou quand je fais un sketch ce n’est pas de me dire « je parle aux français » mais de me dire « j’ai un public ». Après au moment où le public comprend ce que je dis, même si ce sont des Belges ou si c’est un Cambodgien qui est francophone, je suis content qu’ils puissent voir mon sketch !
Ce qui m’intéresse le plus aujourd’hui, c’est d’aller vers la fiction et vers la scène. Je m’amuse depuis longtemps à faire de la radio et à avoir un regard récurrent sur l’actualité que ce soit sur France Inter ou avec Mathieu Madenian, mais c’est vrai que ce qui sollicite beaucoup dans ces cas là c’est de devoir écrire. Le mieux c’est de jouer en fait, écrire ce n’est pas forcément la partie la plus intéressante. Par contre c’est sur qu’aujourd’hui la presse musicale c’est quelque chose qui ne m’intéresse plus du tout même si demain je vais faire un interview pour Rock & Folk avec qui ça m’arrive exceptionnellement de collaborer. Mais là, demain il y a un de mes groupes préférés qui vient à Paris, ils m’ont demandé de faire l’interview et donc j’ai accepté !

« France 2 nous a proposé, avec Mathieu, de continuer quotidiennement jusqu’au mois de juin à 20h40. C’est une énorme promotion pour nous »

Quelques extraits de l’émission Actuality sur France 2

Pour parler d’Actuality, l’émission sera arrêtée le 6 mars, pourtant vous êtes déjà presque des personnages cultes avec Mathieu Madenian, qui cumulent des millions de vues. Qu’est ce que tu retiendras de cette aventure ? Tu es déçu que ça finisse ? Vous allez continuer à faire des sketchs ensemble sur internet par exemple ou dans une autre émission ?

France 2 nous a proposé, avec Mathieu, de continuer quotidiennement jusqu’au mois de juin à 20h40. C’est une énorme promotion pour nous. Donc on est hyper contents, même si a priori France 2 va vouloir qu’on le fasse tous les jours de la semaine, ça fait 7 sketchs par semaine jusqu’à la fin de juin… Ça nous stresse un peu de se dire qu’on va avoir autant de visibilité d’un seul coup et pas le droit de se planter car ce sont des millions de gens qui nous regardent. Donc une vanne foirée, ce sont des millions de gens qui vont se dire « elle est nulle cette vanne » et même si ce ne sont pas des millions, ce sont des milliers qui vont aller sur internet pour dire « oh putain elle est vraiment pas drôle » ! C’est le métier de comique.

D’ailleurs, d’où vous viennent toutes ces inspirations quotidiennes ? Comment vous faites pour écrire vos sketchs ? Et toi d’où t’es venue cette idée de créer un personnage un peu « beauf » comme le tien ? C’est pour mieux faire passer la pilule ?

Ben en fait le duo a été un peu crée sur scène, Mathieu fait ses spectacles d’une part, je fais mes spectacles d’autre part, mais on a commencé à travailler ensemble. On a le même producteur qui est Kader Aoun, avec qui on a commencé à faire des spectacles un peu cabaret ensemble, et c’est dans ce cadre-là, qui s’appelle la Revue Kamikaze, qu’on a crée ce duo de présentateurs. A la base, c’est Mathieu qui parlait, qui avait un discours un peu sérieux, et moi qui arrivait avec ce perso, qui est un perso que j’ai crée il y a assez longtemps même si il a beaucoup évolué depuis et qui est un peu gamin. A la base c’est plus moi le gamin, qui déteste avoir tort, qui aime bien avoir raison, qui est un peu rageux, qui est un peu aigri, qui est facilement jaloux. (Rires) C’est pas moi gamin, mais c’est moi en sale gosse exagéré on va dire.
Et est-ce que ça aide à mieux faire passer la pilule avec ce perso, oui, car en fait dans les sketchs je peux dire bien plus d’horreurs sachant qu’il y a le contrepied de Mathieu qui est toujours là et qui dit « tu ne peux pas dire un truc pareil ! ». Le fait d’avoir un perso débile ça aide évidemment, mais ça permet le contrepied de Mathieu qui sert un peu de garde-fou dans les horreurs que mon personnage peut dire.
On se voit tous les dimanches pour écrire avec Mathieu, et on se parle beaucoup toute la semaine des idées qui pourraient nous stimuler. Dans Actuality, on tournait tous les lundis du coup tous les dimanches c’était la journée de verrouillage de toutes nos idées pour que le lundi on ait nos 4 sketchs de la semaine qui soient nickels.

Merci Thomas !

 

 

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE