Grimpez l’Escalier Monumental de la gare Saint-Charles à la découverte de son histoire

L'escalier en 1927 © Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM)

Construit dans les années 1920, l’escalier monumental de la gare Saint-Charles est aujourd’hui aussi emblématique que l’édifice ferroviaire. Bien que tardive, sa construction, pourtant imaginée dès la fin des années 1850, a permis d’ouvrir la gare sur le reste de la ville.

Avant de se pencher sur l’histoire de l’escalier monumental de la gare Saint-Charles, il faut revenir sur celle de la gare Saint-Charles. C’est en 1848 que les travaux de sa construction démarrent sur le plateau Saint-Charles qui surplombe le reste de la ville. Pour y accéder, il existait déjà un escalier à l’angle de l’esplanade de la gare, mais beaucoup plus petit que celui que l’on connaît aujourd’hui.

Découvrez l’intégralité de l’histoire de la gare Saint-Charles

Deux inaugurations pour un seul bâtiment

Dès la fin des années 1850, il devient absolument nécessaire pour les Marseillais et les visiteurs, de connecter la gare Saint-Charles au reste de la ville, et plus précisément à l’intersection entre la Canebière et le boulevard d’Athènes. Pour répondre à ce problème, un concours d’architecture est lancé à la fin du 19e siècle, et la plupart des projets présentés proposent la construction d’un funiculaire, comme à Notre Dame de la Garde.

Le funiculaire de Notre-Dame de la Garde
Le funiculaire de Notre-Dame de la Garde

En 1909, c’est un autre projet qui est finalement retenu, celui de la construction d’un escalier monumental pour relier le haut du boulevard d’Athènes à l’esplanade de la gare. On vous laisse imaginer si le funiculaire entre la Canebière et la gare Saint Charles avait été retenu à l’époque, combien le centre de Marseille aurait été différent aujourd’hui.

En avril 1911, parmi trois propositions d’escaliers de formes différentes, le projet des architectes Senès et Arnal est retenu qui offre à l’époque la meilleure continuité possible entre la gare et le boulevard d’Athènes. Toutefois, il faut attendre 1923 pour que la première pierre de l’édifice soit posée. Un retard qui s’explique par des questions techniques et financières, mais surtout par le déclenchement de la Première Guerre mondiale.

En haut des escaliers de la gare Saint-Charles
En haut des escaliers de la gare Saint-Charles

Une première inauguration de l’escalier eu lieu le 22 décembre 1925 pour son ouverture au public sans pour autant que les travaux de décorations ne soient terminés. C’est pourquoi une deuxième inauguration a été organisée le 24 avril 1927, à l’achèvement complet des différents travaux, en présence notamment du président de la République de l’époque, Gaston Doumergue.

Plongez dans l'histoire de la gare Saint-Charles et découvrez son avenir
Plongez dans l’histoire de la gare Saint-Charles et découvrez son avenir

Des dimensions monumentales qui le rendent emblématique

Avec ses 104 marches entrecoupées de sept paliers et ses 15 mètres de haut, l’escalier de la gare Saint-Charles ne démérite pas son titre de « monumental ». Outre ces dimensions impressionnantes, il est en plus orné sur toute de sa longueur de différents groupes de sculptures :

  • Les groupes d’Ary Bitter, sculpteur marseillais reconnu pour ses œuvres animalières, tout en haut de l’escalier. Avec, à gauche, la sculpture « Le Soleil et la Mer » et, à droite, celle baptisée « Le Monde est l’Énergie ».
  • Le groupe des pylônes sculptés par Auguste Carli.
  • Les groupes du sculpteur marseillais Henri Raybaud sur les rambardes des trois derniers paliers qui représentent les produits de la Provence : les vendanges, la moisson, les fleurs, les fruits, la chasse et la pêche.
  • Les groupes de Louis Botinelly, sculpteur français, de part et d’autre du dernier palier et qui représentent les colonies d’Asie et d’Afrique.

L’escalier monumental est aujourd’hui, et depuis 1964, classé au titre des monuments historiques.

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE