Un car « propre » en expérimentation entre Marseille et Aix

Un car « propre » en expérimentation entre Marseille et Aix

À partir de lundi 16 janvier et pendant environ quatre jours, un car roulant au GNV (Gaz Naturel Véhicules) effectuera la liaison toute la journée entre Marseille et Aix-en-Provence. Des voyages tests qui ont pour but de vérifier les atouts de ce type de carburant : moins d’émissions de polluants mais aussi moins de pollution sonore.

Le car effectuera le même trajet que la navette ordinaire, à savoir qu’il reliera Marseille Saint-Charles à la gare routière d’Aix-en-Provence en desservant les mêmes arrêts. Si le nombre de rotations n’est pas connu, il fonctionnera de façon continue pendant quatre à cinq jours à partir de lundi 16 janvier entre 8h et 19h.

http://info-carsbus.blogspot.fr/
Le car roulant au GNV assurera le même trajet que la navette habituelle © http://info-carsbus.blogspot.fr/

Un car qui doit faire ses preuves

Le GNV (Gaz Naturel Véhicules) a déjà réussi à convaincre puisqu’en Europe plus d’un million de véhicules roulent en utilisant ce carburant. Près de la moitié d’entre eux circulent en Italie, pays leader européen dans ce domaine, suivi de près par l’Allemagne. En France, le GNV est surtout utilisé dans les flottes « captives », à savoir les véhicules des collectivités comme les bus ou les bennes à ordures.

Les atouts du GNV seraient à la fois d’ordre environnemental et économique. D’après des études réalisées en conditions réelles, un véhicule fonctionnant au GNV émettrait deux fois moins d’oxyde d’azote (NOx) et jusqu’à 95% de moins de particules fines par rapport à la norme EURO VI, la règlementation européenne qui fixe les limites maximales de rejets polluants pour les véhicules roulants. Un véhicule au GNV divise également par deux les émissions sonores du moteur. Côté économique, le GNV serait moins cher que le diesel à la pompe, de l’ordre de 30%, pour un coup d’exploitation des véhicules équivalent.

« Le test sur la liaison entre Marseille et Aix-en-Provence a pour but de vérifier toutes ces données. C’est aussi un moyen de montrer aux acteurs des transports et aux usagers les avantages d’un tel autocar », met en avant Jean-Pierre Serrus, vice-président en charge des transports de la Métropole Aix-Marseille.

presentation-car-gnv-serrus-metropole
Jean-Pierre Serrus, vice-président en charge des transports de la Métropole Aix-Marseille, Jean-Luc Cizel, directeur régional GRDF Méditerranée, Antoine Seguret, président de FNTV13 et Julien Jarossay, responsable Cars et Bus chez Scania, lors de la présentation de l’expérimentation © AP

Une première étape vers le biogaz

Cette expérimentation, qui sera suivie au printemps de deux mois de test consécutifs sur d’autres lignes du réseau métropolitain, s’inscrit dans l’Agenda de la mobilité adopté par la Métropole en décembre 2016. Et plus particulièrement dans l’objectif de « développer dans les cinq ans l’un des plus vastes réseaux de cars Premium sur autoroute », à savoir des véhicules fiables, confortables, avec des fréquences élevées et une haute qualité environnementale.

Hormis son esthétique extérieure qui met en avant le fait qu’il roule au GNV, rien ne semble vraiment différencier ce car de ses homologues. « Si ce car est motorisé au GNV, il n’est pas très différent des autres. Il mesure 12,4 mètres, dispose de 55 places assises, de la climatisation et d’une maniabilité similaire. Toutefois, en plus des avantages déjà cités, il est en plus compatible avec les biocarburants », souligne Julien Jarossay, responsable Cars et Bus chez Scania, l’entreprise productrice du car. Et notamment avec le BioGNV, un carburant au bilan carbone neutre produit grâce au traitement des déchets et qui permet notamment une réduction de 80% des émissions de CO2 comparé aux carburants traditionnels.

La valorisation du biogaz issu des stations d’épuration est d’ailleurs actuellement à l’étude sur le territoire. L’objectif est de produire localement du BioGNV décarbonné qui permettrait de faire rouler 250 bus ou cars d’ici quelques années. « D’autres options énergétiques sont ou seront testées autour de l’hydrogène pur ou mélangé au GNV. Là encore, des sources locales sont envisagées en valorisant des productions secondaires de gaz de sites industriels », précise l’Agenda de la mobilité métropolitain.


Pour aller plus loin sur les transports métropolitains

Commentaires Facebook

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE