La socialiste Carole Delga, réélue en Occitanie lors des dernières élections régionales, succède à Renaud Muselier pour un mandat de trois ans à la tête des Régions de France. Le président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur reste président délégué de l’association des élus.

Après le renouvellement des exécutifs régionaux, l’heure était à la mise en place de la nouvelle gouvernance des Régions de France. Carole Delga (PS) présidente réélue de la Région Occitanie (57%), succède ainsi à Renaud Muselier à la présidence des Régions de France, pour un mandat de deux ans à l’issue d’un vote serré entre les élus.

C’est la première fois qu’une femme préside l’Association. « Nous avons été élus à l’unanimité avec Renaud Muselier, président délégué. Nous avons décidé qu’il allait y avoir une alternance parce que nous sommes dans une parité entre la gauche et la droite », a expliqué Carole Delga en conférence de presse entourée des présidents de Région. « Ce qui démontre la cohésion, la force de notre collectif qui, au fil des dernières années, s’est renforcé ».

La prime au collectif

« Cette réunion d’aujourd’hui était très importante, car elle nous permet de rappeler que nous sommes prêts, opérationnels, unis et que nous jouons le collectif  » a assuré Renaud Muselier, qui avait pris la suite du centriste Hervé Morin en 2019 à la présidence des Régions de France.

Saluant l’élection à « l’unanimité » de la nouvelle présidente, il n’a pas manqué de qualifier Carole Delga de « femme tonique, dynamique », avec laquelle il « est heureux de travailler ». Concernant l’étiquette politique de la présidente d’Occitanie (PS), le président LR de la région Sud a indiqué : « les rapports de forces politiques au sein des Régions de France sont tels que nous avons privilégié le collectif. Devant les échéances qui arrivent devant nous, nous avons la nécessité d’être unis »

La décentralisation au cœur de l’action

Dans la perspective des élections présidentielles, les présidents de région veulent démontrer leur attachement à la décentralisation, « à la nécessité de faire des propositions très concrètes dans les prochains mois pour faire en sorte que notre pays soit mieux organisé et puisse répondre aux attentes de nos concitoyens », a souligné la nouvelle présidente.

Les présidents de Régions vont plancher, entre autres, à l’élaboration d’un Livre blanc qui sera présenté aux candidats à la présidence de la République, « afin de faire évoluer les missions des régions, des collectivités locales, car le travail sera mené avec Territoires Unis, pour pouvoir répondre de façon beaucoup plus opérationnelle et réactive et faire en sorte que les territoires puissent être bien pris en considération (…) Nous avons la maturité pour donner plus de pouvoir au local, car nous considérons que nos différences sont un atout. Nous sommes unis dans la diversité », a insisté Carole Delga.

Réformer l’action publique

Face à l’abstention massive des derniers scrutins, l’objectif des élus est aussi d’envoyer « un signal très fort de responsabilité (…) Nous devons, en effet, réformer l’action publique » pour la rendre « plus lisible, compréhensible, et surtout qu’elle réponde au quotidien de nos concitoyens et permette d’anticiper les mutations ». 

Par ailleurs, les Régions de France demandent aussi au gouvernement une campagne de vaccination plus forte face au risque d’une nouvelle vague d’épidémie.

Dans trois ans, la présidence des Régions de France reviendra au président centriste de la région Normandie Hervé Morin (déjà président de 2017 à 2019), et Carole Delga deviendra présidente déléguée. Avec Renaud Muselier, elle entend former un « binôme à l’accent » et « déterminé pour servir la France, donner espoir à notre population et être dans une dynamique à énergie positive ».

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !