Le Stratobus deviendrait bientôt s’implanter sur le Pôle aéronautique Jean Sarrail, à Istres. Cette plateforme stratosphérique, à la forme d’un dirigeable, porte plusieurs missions : l’observation de la Terre, la surveillance, la télécommunication ou encore la navigation. Elle fait figure de révolution dans le paysage industriel.

Une plateforme stratosphérique à mi-chemin entre le satellite, le dirigeable et le drone. C’est ainsi que se présente le Stratobus, un projet mené par la société Thales Alenia Space, basée dans le Sud de la France. Cet engin volant est depuis 2015 au centre des attentions des collectivités locales pour ses nombreuses caractéristiques, notamment en termes de solutions de transport, d’observation, de télécommunication et d’écologie.

Après avoir démontré la faisabilité technique, par le biais d’un grand nombre de démonstrations et de modélisations, la société entre aujourd’hui en phase de négociation exclusive avec la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour l’implantation de sa ligne de produits et de son “stratoport” sur la commune d’Istres. À leurs côtés, la Métropole Aix-Marseille-Provence devient partenaire du projet en soutenant économiquement le Pôle aéronautique Jean Sarrail qui accueillera les entreprises impliquées dans la fabrication de dirigeables.

Une nouvelle étape que félicite Hervé Derrey, Président Directeur Général de Thales Alenia Space. « Nous sommes très heureux de concrétiser cet accord en vue de l’implantation du site de production de Stratobus sur la commune d’Istres. L’étroite collaboration entre tous les acteurs et le soutien de l’Etat, de la Région et de la Métropole ont permis de trouver les solutions pour répondre aux contraintes techniques et réglementaires et je tenais à les féliciter. Cette étape franchie est très importante et l’engagement de la Région et de la Métropole vont continuer à être des atouts indispensables pour la réussite du projet ».

Une plateforme multi-missions

Loin de l’image du Zeppelin ou du dirigeable à vapeur mis en fonction au XIXe siècle, le Stratobus mise sur la rupture technologique et l’innovation, doté de moyen de propulsion électrique. Un “dirigeable du futur” qui était sélectionné par le ministère de l’industrie et du numérique dans le cadre de la Nouvelle France industrielle, s’appuyant sur la modernisation des équipements pour la croissance industrielle et la compétitivité du marché français.

Cette plateforme multi-missions est destinée à des applications aussi bien civiles que militaires dans les domaines de l’observation de la Terre, la surveillance, la télécommunication et la navigation, en faisant appel à plusieurs innovations techniques : un concentrateur solaire lui permettant de maximiser les Watts, une pile à combustible réversible permettant de disposer à bord d’une quantité d’énergie de jour comme de nuit ainsi qu’un anneau assurant la rotation du dirigeable pour qu’il soit toujours face au soleil.

Le groupe Thales Alenia Space est missionné, en tant qu’expert, dans la conception, la réalisation et la livraison des systèmes satellitaires. Ceux-ci permettant de géolocaliser et connecter les personnes et les objets partout dans le monde, d’observer notre Planète ou encore optimiser l’utilisation des ressources de la Terre et celles de notre Système solaire. L’entreprise emploie à ce jour environ 7 700 personnes dans 10 pays.

300 emplois escomptés

Sur le plan économique, la filière pourrait générer plus de 300 emplois pérennes et qualifiés dans le secteur du pôle aéronautique d’Istres. « Cette annonce conforte non seulement la qualité du site d’accueil du Pôle aéronautique Jean Sarrail, mais également l’attractivité et la richesse de notre écosystème aéronautique, filière d’excellence inscrite dans l’Agenda du Développement Économique Métropolitain. En ces temps difficiles pour l’économie locale et notre tissu industriel, je me réjouis de cette décision qui permettra l’émergence de nouveaux marchés civils et militaires, ainsi que la création de plusieurs centaines d’emplois autour d’un projet qui associe, en outre, innovation et respect de l’environnement », souligne Martine Vassal, présidente de la Métropole Aix-Marseille-Provence et du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône.

Ce projet phare requière maintenant une nouvelle étape importante de coopération européenne pour compléter l’accompagnement régional et national et ainsi permettre la finalisation de son développement, sa certification et son industrialisation.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !