Ce jeudi 4 février, Olivia Grégoire, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, chargée de l’économie sociale, était en visite à Marseille pour présenter le fonds d’UrgencESS. 30 millions d’euros sont mis à la disposition des TPE et petites structures pour les aider en ces temps de crise.

En France, l’Économie sociale et solidaire représente 10% du PIB et 14% des emplois salariés. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’ESS représente 12 911 entreprises (TPE-PME et grandes entreprises), 4 milliards d’euros de salaires distribués soit 7,1% du PIB et près de 163 000 salariés, soit 13,4% de l’emploi privé.

Même si l’économie plus responsable résiste et se renforce, comme dans d’autres filières, les entreprises de l’ESS sont impactées par la crise. Pour soutenir les petites entreprises et le tissu associatif durant cette période, en novembre, le fonds d’UrgencESS était voté par le gouvernement.

Ce dispositif était présenté ce jeudi à la préfecture des Bouches-du-Rhônee par Olivia Grégoire, Secrétaire d’État, chargée de l’économie sociale, solidaire et responsable, auprès du ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, chargée de l’économie sociale. C’est autour de représentants politiques et de dirigeants locaux qu’elle dressait le dernier bilan d’une situation économique sous pression, en raison de la crise sanitaire et de ses aléas.

, A Marseille, l’Etat présente son fonds d’urgence de 30 millions pour l’économie sociale et solidaire, Made in Marseille
Ce jeudi 4 février, Olivia Grégoire, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, chargée de l’économie sociale, était en visite à Marseille pour présenter le fonds d’UrgencESS.

Faire connaître les aides existantes

Ce fonds de 30 millions d’euros permet à des structures de l’économie sociale et solidaire d’avoir accès à des aides, de l’ordre de 5 000 € pour 1 à 3 salariés, et de 8 000 € (de 4 à 10 salariés) afin, notamment, de préserver les emplois et garantir leur bon fonctionnement.

« Les associations pensent d’abord aux autres et ne pensent jamais à elles, à comment elles pourraient survivre ». Le constat que dressait en fin de matinée Olivia Grégoire soulève une problématique : celle de faire connaître les aides auxquelles chaque structure peut prétendre. Et pour les TPE comme les autres organismes, « nous constatons que nombre d’entre eux ne connaissent pas et ne demandent pas ces aides : l’enjeu, c’est de leur donner les moyens de les activer. Au-delà de l’information, si l’accès aux aides reste difficile, il faut pouvoir compléter le dispositif : c’est l’objectif du fonds UrgencESS ».

Une aide supplémentaire, donc, mais aussi une garantie d’accompagnement par le biais de l’association France Active.

Les autres dispositifs d’aides

Dans le cadre du Plan de relance, la Région Sud a lancé le fonds ESS’OR pour aider les acteurs du secteur social et solidaire. Concrètement, ce dispositif se matérialise par des prêts à taux 0, sur 12 à 18 mois et dont le montant peut aller de 10 000€ à 100 000€.

Soutenu entre autres par la Chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire (Cress Paca), il a pour objectif de réduire les tensions de trésorerie et faciliter le Plan de relance de ces entreprises et associations, dont la dimension sociale est encore plus importante en ces temps incertains.

D’autre part, dans le cadre du plan France Relance, 15 appels à projets ont été publiés ou le seront dans les deux prochains mois dans le but de soutenir le développement de l’économie sociale et solidaire (ESS) partout en France.

Le déplacement d’Olivia Grégoire a été marqué par la visite de l’Epopée, le village d’innovation éducative et sociale en plein cœur du quartier de Sainte-Marthe, dans les quartiers Nord de Marseille. Un projet porté par l’association Synergie Family dont nous racontions l’histoire il y a quelques jours.

L’occasion d’échanger avec les différents acteurs notamment sur les appels à projet concernant l’ESS dans le cadre de France Relance.

A lire aussi

, A Marseille, l’Etat présente son fonds d’urgence de 30 millions pour l’économie sociale et solidaire, Made in Marseille
L’Épopée, le premier village d’innovation éducative de France ouvre dans les quartiers Nord
Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !