Les élections régionales et départementales, prévues en mars 2021, seront certainement reportées face à l’évolution incertaine de l’épidémie de Covid-19. L’hypothèse du mois de juin semble faire consensus auprès de la classe politique, mais les collectivités sont encore dans le flou pour préparer l’échéance.

Les élections régionales et départementales sont prévues en mars 2021. Mais avec la seconde vague d’épidémie de Covid-19, et l’épisode des municipales de 2020 qui se sont étendues de mars à juin, la question du report des élections vers une date ultérieure est sur le tapis.

Jean Castex l’avait déjà évoqué lors de l’annonce du nouveau confinement, rappelant que l’épidémie de Covid-19 perturberait sûrement le bon déroulement du scrutin : « une élection, c’est aussi une campagne ». Dans la foulée, il lançait un groupe de travail dirigé par Jean-Louis Debré, ancien président du Conseil constitutionnel, pour étudier la possibilité d’un maintien à l’échéance initialement prévue.

Après de premières tractations auprès des représentants des différents partis politiques, le consensus semble établi sur l’impossibilité d’un scrutin en mars. Un début de consensus a commencé à émerger en faveur du mois de juin. De nombreux représentants politiques de différentes obédiences s’expriment dans ce sens dans différents médias. La date semblerait suffisamment décalée pour permettre à la deuxième vague d’épidémie de s’estomper et entrevoir une campagne, malgré des restrictions qui devraient se maintenir. Elle serait également suffisamment éloignée des élections présidentielles prévues en 2022, qu’il n’est pas question pour l’instant de décaler, même si cette hypothèse a déjà été évoquée.

Les collectivités dans le flou

Mais pour l’heure, rien n’est arrêté. Les institutions concernées, le Département des Bouches-du-Rhône comme la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, n’ont à cette heure aucune information leur permettant de se projeter sur l’une ou l’autre hypothèse.

« C’est le flou artistique. Le cabinet se prépare à toutes les éventualités », apprend-t-on du côté de la Région, « il y a de fortes chances qu’on l’apprenne en même temps que vous ». Même son de cloche au Conseil départemental. L’hypothèse de juin semble prévaloir mais il faudra attendre fin novembre pour que la commission dirigée par Jean-Louis Debré rende son verdict.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !