Article publié le 18 avril 2016, mis à jour le 24 novembre 2016

Quelques années après la transformation de l’ancien hôpital du Vieux-Port, l’Hôtel Dieu en palace 5 étoiles, c’est au tour de l’ancienne maternité de la Belle de Mai de se tailler un costume sur mesure, celui d’un centre de vacances pour familles en quête d’aventures marseillaises, géré par la société elle aussi née à Marseille “Les villages clubs du soleil”. 

Découvrez l’inauguration en vidéo ↓

Et pourquoi pas ? Après tout, ce bâtiment était fermé au public depuis plusieurs années et la ville de Marseille, propriétaire, lui cherchait une nouvelle vie sans avoir les moyens d’y investir. On peut espérer que la dimension touristique dans un quartier aussi stigmatisé que la Belle de Mai aura des répercussions positives. Les premiers coups de pioche ont démarré en octobre 2015.

Sur le même principe que ce qui a été fait pour l’Hôtel Dieu devenu un palace 5 étoiles, la ville de Marseille, propriétaire du bâtiment, a signé un bail emphytéotique de 45 ans avec les villages clubs du soleil. Cela veut dire que le club de tourisme, à l’image de la chaîne Intercontinental pour l‘Hôtel Dieu, assure la gestion du bâtiment pendant la durée du bail et qu’à l’issue de ces 45 années, la ville récupère son bien en gestion ou décide de prolonger l’exploitation par la même société. Rendez-vous dans 45 ans pour connaitre la suite de l’histoire !

Belle de Mai, Un club de vacances va ouvrir dans l’ex maternité de la Belle de Mai, Made in Marseille
© Fradin Weck Architecture – Arka Studio
Belle de Mai, Un club de vacances va ouvrir dans l’ex maternité de la Belle de Mai, Made in Marseille
La terrasse proche de la piscine © Fradin Weck Architecture – Arka Studio
Belle de Mai, Un club de vacances va ouvrir dans l’ex maternité de la Belle de Mai, Made in Marseille
Un exemple de chambre © Fradin Weck Architecture – Arka Studio
Belle de Mai, Un club de vacances va ouvrir dans l’ex maternité de la Belle de Mai, Made in Marseille
La salle de restauration © Fradin Weck Architecture – Arka Studio

Une offre complémentaire à celle existante ?

Selon Laure-Agnès Caradec, adjointe au maire déléguée à l’Urbanisme et Lisette Narducci, maire des 2e et 3e arrondissements : ce premier village vacances en milieu urbain est “une offre touristique jugée complémentaire à l’offre existante et non concurrentielle”.

Ce village vacances est en effet une première à Marseille. Après un essai raté au début des années 80, la société créée à Marseille “Les villages clubs du soleil” revient sur ses terres pour un projet énorme.

Belle de Mai, Un club de vacances va ouvrir dans l’ex maternité de la Belle de Mai, Made in MarseilleBelle de Mai, Un club de vacances va ouvrir dans l’ex maternité de la Belle de Mai, Made in Marseille

La différence avec un hôtel classique ?

En réservant un séjour dans ce club de tourisme, vous avez accès à un tas d’activités. Et l’avantage si vous venez en famille, c’est que vous pouvez confier vos enfants à des animateurs en journée ou en soirée pour profiter de la ville entre adultes (musée, restaurant, opéra, théâtre, concert, etc.). Ce qui n’est pas négligeable pour une destination urbaine axée culture comme Marseille.

Pour un plus grand confort de ses clients, le club a passé une convention avec le Citypass de l’office du tourisme qui permet de visiter la plupart des monuments marseillais et de circuler gratuitement sur le réseau RTM.

Belle de Mai, Un club de vacances va ouvrir dans l’ex maternité de la Belle de Mai, Made in Marseille
La Friche et la Maternité de la Belle de Mai vues sur Google map

Le club de vacances en chiffres et en images

Ce nouvel établissement qui ouvrira en mars 2017, proposera 124 chambres, un parking de 120 places réservé aux clients et un autre pour les 60 employés qui seront déplacés à l’arrière du bâtiment, une piscine qui sera construite devant le bâtiment, une aire de jeu pour enfants, un terrain de pétanque et une aire de méditation, sur une surface de 7000 m², et pour un montant total de 13 millions d’euros. Le projet prévoit également le transfert du siège de l’entreprise et ses 90 salariés installés au Silo.

On a fait la simulation d’une réservation pour l’été 2017 sur leur site internet. Un séjour d’une semaine début juillet pour 4 personnes en demi pension reviendrait 1550 euros.

Belle de Mai, Un club de vacances va ouvrir dans l’ex maternité de la Belle de Mai, Made in Marseille

7 commentaires

  1. Cela est peut être très bien , mais depuis quelques années les espaces vert disparaissent pour laisser place a l’immobilier qui bien sur rapporte bien plus que les espaces vert , mais quand il arrive des inondations on se demande pourquoi cela arrive , et pour la pollution a force d’arracher les arbres après on ne respira plus et on taxera le contribuable qui a une voiture car on dira que son véhicule pollue la ville ! Quand prendrez vous conscience qu’il faut arrêter de détruire les poumons de Marseille?

    1. Il y avait une espèce protégée la ministriel petite chauve souris mais non! Bétonnage le poumons de la belle de mai s’enfonce nous avons été a la radio pour en parlé .Tout çà aucun respect pour la nature nos arbres on été rasé c’est la triste réalité le pognon alors que la ville n’es pas capable de faire quelque chose pour de pauvre gens dans la rue….

  2. En soit même le projet est une bonne chose mais il y a 2 bémols de taille:
    – comment vont faires toutes ces personnes pour se rendre aux différents lieux à visiter dans marseille vu que ce quartier est tellement enclavé (et pas uniquement en matière de transports en commun) que moi même ai renoncé à m’y établir… . Ce serait “amusant” que la mairie décide subitement de rectifier le tir, pas pour les habitants donc mais pour les touristes !!
    – les habitants de ce quartier apprécieront sûrement le fait que la mairie se démène pour offrir à ce quartier des équipements tout neufs de type parc et piscine dont ils ne pourront donc pas profiter (à moins de débourser 1550€ par semaine bien sûr)

    Dont acte ….

  3. Les riches de plus en plus riches et les classes moyennes et pauvres de plus en plus pauvres.
    En vos bourreaux ainsi que leurs parties politiques se portent bien, c’est vous qui les mettez a l’abri, pour un soi-disant droit de vote.

    J’aime bien entendre les non-croyants me dire “Dieu n’existe pas…” alors que ces mêmes personnes croient aux politiciens

    Bref dans les rues des SDF multiracial et religieuses, le désespoir est roi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !