Premier site agro-touristique spécialisé dans la culture biologique de la lavande à Aix-en-Provence, Terre Ugo fait aujourd’hui partie des lieux où les visiteurs se pressent. Entre journée détente, découverte de produits artisanaux, sensibilisation artistique et soirées événementielles, le domaine dévoile son histoire et sa douceur de vivre.

À seulement 27 ans, Lisa Mazzoni a repris le domaine familial il y a trois années de ça, à Aix-en-Provence. Aux prémices de l’histoire, à ses 20 ans lui est venue l’idée de reprendre en main ce mas et son environnement champêtre pour lui donner une seconde vie, montant tout un projet autour de la lavande.  « J’ai grandi ici avec ma famille. Autant vous dire que mon frère et moi n’étions jamais sur des consoles de jeux ! », s’amuse-t-elle. « Nous étions occupés à créer des cabanes ou jouer dans les champs. Ces terres appartenaient à notre grand-père, Ugo, il était fermier, avait ses propres légumes. Puis il a décidé de vivre de sa passion et est devenu fleuriste. Il vendait sur les marchés alentours ou ici-même. Cela a duré 25 ans ».

Puis, suite à l’arrêt de son activité, le domaine de 7 hectares a fini en jachère, laissant la ferme et le lieu mal entretenus pendant plus de 20 ans. Après des études dans l’immobilier et la volonté de profiter encore de l’espace, il aura fallu encore quelques années à Lisa, une formation agricole et une longue période de réaménagements pour que Terre Ugo voit enfin le jour.

Le concept attire aujourd’hui les touristes et les locaux. Ils viennent passer une journée pique-nique à travers champs, culturelle au fil des expositions de la galerie, ou des soirées cocktails et tapas mettant à l’honneur les produits de terroir et la douceur de vivre provençale.

, Au domaine Terre Ugo à Aix-en-Provence, on cultive la lavande bio, Made in Marseille

L’histoire de France en un même site

Si aujourd’hui les lavandes et l’événementiel ont la part belle dans ce lieu, à l’image d’un XXIe siècle influencé par la quête de liberté et « l’exode urbain », Terre Ugo cache pourtant de multiples secrets d’histoire.

Une particularité qu’ont découvert Lisa et sa mère il y a peu, en fouillant dans les archives départementales pour percer les mystères de cet héritage. « Ugo avait évoqué des glacières, je ne comprenais pas où il voulait en venir. A sa mort et au moment de reprendre le domaine, nous avons cherché à en savoir plus en faisant des recherches sur ces terres. Et tout s’est éclairé : sous Louis XVI, ce lieu abritait autrefois l’une des glacières d’Aix en Provence, marqué du sceau royal. En 1681, cet endroit était un acteur économique important pour la ville d’Aix. Une glacière y était construite, permettant d’alimenter la ville en glace. 180 000 litres de glace y étaient récoltés, stockés et débités ».

Puis vinrent Ugo et ses parents, l’histoire de paysans provençaux à l’orée du XXe siècle, pour arriver à celle que nous connaissons aujourd’hui. Une pérégrination à travers les âges racontée par des panneaux essaimés dans le domaine.

https://www.facebook.com/mademarseillenet/videos/314756786363911/

Une galerie d’expositions temporaires

En contournant le mas et les petits jardins de détente, les visiteurs ont aussi accès à la culture, grâce aux expositions mises en scène en ce momemt par le galeriste marseillais Joyana. Dans ces 90 m2 façonnés de pierres datant des années 1680 se tient donc le nouveau centre d’art, dédié aux artistes locaux et internationaux. En juin, le duo Julien Raynaud et S. Mildo dévoilait des œuvres colorées, entre street art et géométrie.

Et à partir de ce dimanche 19 juillet aura lieu le vernissage d’une toute nouvelle expo, regroupant les créations d’artistes japonais, baptisée “Aix loves Japan”. A découvrir jusqu’au 15 août 2020.

Douceur de vivre en Provence

« J’ai un réel attachement pour ce domaine et tout ce que nous a légué Ugo », nous confie Lisa, un brin nostalgique, tout en étant consciente du travail accompli. « Je voulais que tout le monde puisse le découvrir et se sentir apaisé, loin des bruits de la ville, juste en profitant de l’âme du lieu ».

Sur place, transats, tables d’extérieur, coins ombragés, terrain de pétanque et boutique de produits artisanaux ont été pensés pour accueillir au mieux les clients, dans la douceur de vivre provençale. « L’entrée est à 7 € pour les adultes, gratuit pour les moins de 12 ans. On peut ramener son pique-nique ou alors le commander directement chez nous. On peut aussi découvrir, en agriculture biologique, le musée à ciel ouvert avec la plantation qui s’étend sur 3 hectares et compte près de 30 000 pieds de lavandin ».

, Au domaine Terre Ugo à Aix-en-Provence, on cultive la lavande bio, Made in Marseille
Sur 3 hectares, 30 000 pieds de lavandin sont cultivés et proposés dans différents produits de la boutique. ©L.D.

Côté boutique, sachets de lavande du domaine en coton bio, pots pourris, céramiques, huiles essentielles ou encore sels et sucres aromatisés proviennent de Terre Ugo. Ces produits travaillés par des artisans locaux trônent sur les étals sous le nom de marque du domaine. Florian, le frère de Lisa, y commercialise notamment son miel, fabriqué sur place.

Enfin, tous les jeudis soirs, la famille propose des soirées tapas et cocktails pendant lesquelles un photographe vient capturer la magie de l’instant. En août, Lisa et son équipe innovent et proposeront des concerts, histoire de profiter des lavandes jusqu’au bout de l’été !

Contacts et informations sur le site. 1885, route du Puy Sainte Réparade, 13540 Aix-En-Provence.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !