Après d’âpres négociations, aucune entente n’a été possible entre l’ex-socialiste Samia Ghali et Jean-Marc Coppola du Printemps Marseillais dans les 15-16e. Le candidat communiste a décidé de déposer sa liste pour ce second tour de l’élection municipale à Marseille, sans aucun changement.

Les discussions s’annonçaient difficiles entre Samia Ghali et Jean-Marc Coppola. Et malgré des négociations, il n’y aura pas d’alliance dans les 15-16e arrondissements, entre la tête de liste Printemps Marseille et l’ex-socialiste Samia Ghali.

En fin d’après-midi, l’élu communiste au conseil municipal de Marseille a déposé sa liste. Celle-ci est « en cohérence avec les valeurs du Printemps Marseillais et avec cette volonté de changement à Marseille, qui s’est d’ailleurs exprimée au premier tour, en nous mettant en tête », assure le candidat.

Une candidate au profil plus “macron-compatible”

L’objectif pour le mouvement reste d’offrir une nouvelle une nouvelle gouvernance à Marseille, « de donner une majorité de changement avec Michèle Rubirola. Il faut que le 8e secteur soit au cœur des politiques municipales de la majorité municipale », insiste-t-il. « Ce secteur a trop souffert d’être abandonné, marginalisé, dans l’opposition, et j’en sais quelque chose. Il y a eu des maires issus de ma sensibilité et de ma formation politique qui ont souffert d’être dans cette opposition municipale. Aujourd’hui, nous avons une chance historique de donner cette majorité de changement à Marseille, puisqu’il y a cette envie, que je vois d’ailleurs encore plus forte après cette période de crise ».

Pour le communiste, Samia Ghali apparaît comme une candidate de « confusion », avec un profil plutôt « macron-compatible ».

Une décision « irresponsable » pour Samia Ghali

La sénatrice des Bouches-du-Rhône a rapidement réagi à cette décision. La candidate de « Marseille avant tout », regrette « l’irresponsabilité politique » et « l’inconscience de la liste conduite par Jean-Marc Coppola qui, en décidant de se maintenir au second tour, fait prendre le risque aux habitants du 15-16e de voir arriver l’extrême droite à la mairie de secteur », écrit-elle dans un communiqué de presse.

La candidate, très discrète, ces dernières semaines, affirme avoir « tendu la main aux partis de gauche, au lendemain du premier tour, pour un large rassemblement pour combattre l’extrême droite et faire gagner le camp des progressistes ».

Une décision qu’elle juge « d’autant plus incompréhensible que dans le secteur voisin du 13-14e le Printemps Marseillais a su prendre ses responsabilités ».

L’appel de Samia Ghali à Michèle Rubirola

En effet, dans ce secteur, même s’il a été question un temps de revenir sur cette décision prise quelques jours après le premier tour, la formation de gauche a décidé de se retirer.

 

Samia Ghali annonce qu’aujourd’hui, rien n’est « plus important que le combat face au rassemblement national », qu’elle entend mener avec ses colistiers. Elle en appelle toutefois au Printemps Marseillais « dans toute ses composantes » et directement à Michèle Rubirola, à soutenir sa liste et « prendre les décisions que s’imposent ».

« Je ne veux pas attiser les peurs »

Avec calme, Jean-Marc Coppola préfère laisser à Samia Ghali la responsabilité de ses propos. « Avec ses un peu plus de 6 % au niveau de la ville, Samia Ghali ne sera pas maire de Marseille, et vu son ambition de rester sénatrice, elle ne sera pas non plus maire du 15e et 16e », assure-t-il. « Moi, ce qui m’intéresse, ce sont les habitantes et les habitants. Si son seul projet, son seul message aux habitants des 15-16e c’est d’attiser la peur, et dire qu’il y a un danger de FN… Moi, j’ai d’autres projets à leur proposer. J’ai, au contraire, une vision de la vie avec plus de quiétude, de liberté, et surtout avec des politiques qui répondent à leurs besoins et à leurs préoccupations. C’est un projet concret ! Je ne veux pas attiser les peurs », insiste-t-il.

L’élu communiste rappelle au passage « que personne ne peut nier le combat que j’ai mené et que je mène contre l’extrême droite, c’est le sens de mon engagement, et de mes mandats. C’est un combat beaucoup plus difficile que des slogans et des insultes comme “inconscience” ou “irresponsabilité” ».

Une incohérence pour l’écologiste Christine Juste

Christine Juste, candidate de Debout Marseille, qui a rejoint le Printemps Marseillais, dit également regretter la décision du candidat. « À notre grande stupéfaction, on a appris que Jean-Marc Coppola maintenait sa liste. C’est une surprise et une grande tristesse » explique l’écologiste.

Elle aussi y voit une incohérence : « on ne joue pas à pile ou face avec le front national ».

Samia Ghali (Marseille avant tout avec Samia Ghali) réalise 25,84 % dans les 15-16e arrondissements au premier tour, suivie par la candidate du Rassemblement national, Sophie Grech, avec 22,17 %. Un peu plus de 400 voix séparent les deux rivales.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !