Le Crédit Agricole et l’entreprise Onepoint développent « Copass ». Une application pour gérer la reprise de l’activité en entreprise. La banque sera la première à tester cette solution digitale à partir du 11 mai.

C’est une nouvelle innovation made in France. Le Crédit Agricole et l’entreprise spécialisée dans la transformation des entreprises Onepoint développent actuellement une application baptisée « Copass ». Cette solution technologique permet de piloter le niveau de protocole sanitaire d’une entreprise, dans la phase de déconfinement, en tenant compte de la situation personnelle de chaque salarié, et ainsi gérer avec plus de sérénité la reprise du travail.

Ce compagnon de route intègre un questionnaire médical et personnel poussé, élaboré avec les autorités de santé publique, qui permet de déterminer le niveau de vulnérabilité au virus d’un salarié. Le résultat s’affiche sous forme d’un QR code qui va du rouge au vert, en passant par le violet, le orange et le jaune. Et en fonction de la fragilité Covid du collaborateur, l’entreprise met en place un protocole de travail qui le sécurise au maximum : maintien du télétravail, retour sur site en horaire alterné, retour sur site mais dans une unité réduite, orientation vers un test de dépistage… « les possibilités sont multiples, elles seront déterminées par chaque entreprise ayant décidé de déployer cette plateforme auprès de ses salariés et pourront s’adapter à la réalité de n’importe quelle situation », explique le Crédit Agricole. Du sur-mesure en somme.

« Une joint-venture a été montée avec la société Onepoint, avec une équipe de 50 personnes mobilisée en trois semaines sur plateau virtuel pour développer cette solution », explique Serge Magdeleine, nouveau directeur du Crédit Agricole Alpes Provence, et jusqu’à peu directeur de la transformation digitale et IT au sein du groupe.

Protection des données

La plateforme Copass ne constitue en aucun cas une solution de traçage numérique ou de géolocalisation précisent le Crédit Agricole et Onepoint. « On attache une attention toute particulière à la fois à la conformité à tous les règlements RGPD de la CNIL, sur la confidentialité des données, c’est-à-dire qu’un employeur n’aura en aucun cas accès aux données personnelles, ni de données de santé. Seule l’autorité médicale en aura », assure Serge Magdeleine.

Le coût est évalué entre 1 € et 1,30 € par salarié et par mois payé par l’entreprise. Le Crédit Agricole reversera 50% à la recherche contre le Covid.  « C’est aussi en ce sens que le Crédit Agricole est, d’abord une banque, mais aussi une entreprise sociétale. Cette application n’est pas  la pierre philosophale du déconfinement, mais c’est un outil de plus dans la panoplie que les entreprises peuvent mettre en œuvre pour restaurer la confiance, faire revenir ses collaborateurs, et permettre à l’économie de redémarrer au plus vite ».

Le prototype est en cours de finalisation. Le Crédit Agricole sera le premier en France à tester l’application le 11 mai, ainsi qu’un grand distributeur et un industriel, avant d’être déployée au sein de chaque entreprise qui souhaite en faire usage.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !