À Marseille, une sur-représentation de Français d’origine comorienne dans les services Covid-19 de certains hôpitaux pousse des médecins à lancer l’alerte, et un appel à la vigilance à toutes les communautés.

L’épidémie de Covid-19 continue de s’étendre dans la région Sud avec 250 personnes en réanimation et 65 décès après contamination au virus. Dans la complexe question de la propagation du virus, les communautés sont particulièrement sensibles du fait des liens forts qui unissent et rapprochent ses membres.

La communauté comorienne en alerte après de nombreux cas

La première alerte a été lancée sur les réseaux sociaux par le docteur Slim Hadiji, généraliste dans un centre médical du 13e arrondissement. Son inquiétude : la recrudescence de cas de contamination au Covid-19 dans la communauté comorienne. « Sur les 25 tests positifs que nous avons pratiqué, 22 concernent des personnes d’origine comorienne », nous explique-t-il.

Plusieurs médecins de centres hospitaliers de Marseille nous ont confirmé « une sur-représentation de cette communauté dans les services Covid-19 ». Ces médecins officient dans des hôpitaux importants des quartiers Nord, où habite une grande partie des Marseillais d’origine comorienne.

« Cela peut expliquer en partie cette sur-représentation. Ça peut être un “biais de sélection” à prendre en compte. Mais des chiffres nous alertent », nous répond un infectiologue. Dans son établissement, la semaine dernière, plus de 60 % des personnes hospitalisées suite à une contamination au Covid-19 étaient d’origine comorienne. Il les invite donc à se protéger avec la plus grande prudence.

, Les communautés marseillaises en alerte face au Covid-19, Made in Marseille
L’hôpital européen, dans le troisième arrondissement de Marseille

Toutes les communautés sont sensibles face à l’épidémie

Le député marseillais Saïd Ahamada a appelé à éviter les amalgames : « Je dis oui à la sensibilisation, non à la stigmatisation. […] Attention à ne pas stigmatiser une communauté sur des choses qui n’existent pas ». Il appelle notamment à éviter les raccourcis entre une communauté et des comportements de non-respect des consignes sanitaires.


Un médecin au plus près de la question appuie ses propos : « Avec la durée d’incubation du virus, les cas observés depuis la semaine dernière ont probablement été contaminés avant le confinement. Le week-end qui a précédé, nous savons qu’il y a eu des rassemblements importants. Ce n’est pas la communauté, mais le fonctionnement communautaire qui peut être un facteur de propagation ». Il évoque notamment le rassemblement évangélique de Mulhouse, considéré comme un “cluster” dans la propagation du virus dans le Haut-Rhin, foyer important de l’épidémie en France.

« Toutes les communautés doivent très vigilantes. Je fais moi-même partie de la communauté juive, et le consistoire nous a alerté afin d’éviter tous les rapprochements », poursuit le médecin. Des alertes ont été lancées du côté de la communauté comorienne marseillaise. Le journaliste Ben Amir Saadi s’efforce d’informer au mieux sur cette question. Il interroge chaque jour médecins, infectiologues et membres de la communauté pour démêler le vrai du faux, et surtout, appeler à la plus grande prudence de tous face à l’épidémie.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !