Avec cette rubrique « Bruits de Quartiers », Emmanuel Anger vous invite au voyage et à la découverte du 8e arrondissement de Marseille, le long de la mer. De la Pointe Rouge aux Goudes en passant par Bonneveine et la Madrague… Partez à la découverte de la ville au bord de l’eau.

Pour découvrir sa visite du 6e arrondissement de Marseille, le poumon culturel de la ville à travers une balade dans les quartiers du Cours Julien et de la Plaine –> c’est par ici

Et pour parcourir sa visite du 7e de la Corniche à Malmousque, le long de la mer et au cœur du Marseille authentique –> par là

Marseille, [Guide de Marseille] Balade à la découverte du 8e arrondissement, Made in Marseille
© EA

Beaucoup d’entre vous ont déjà sûrement rêvé d’habiter un havre de paix isolé, seul ou en couple, répondant au besoin de retraite oisive et solitaire qui pointe le bout de son nez à chaque fois que vous vous retrouvez coincé dans la foule, le métro, les embouteillages… Imaginez maintenant qu’il est possible de vivre dans un tel endroit tout en étant à 15 minutes de bus pour rejoindre la ville. Imaginez un quartier où la vie est cool chez vous et dehors, parce qu’il y fait beau, parce qu’il y a la mer, les calanques, d’excellents restaurants de poisson et une culture de la plage poussée à son paroxysme !

Bienvenue dans le 8 ème

Marseille, [Guide de Marseille] Balade à la découverte du 8e arrondissement, Made in Marseille
© EA

Pointe rouge et le front de mer

Rassurons de suite les urbains en commençant par faire un tour du côté de Bonneveine. Ici, c’est un quartier résidentiel et c’est la ville telle qu’on l’entend, telle que nous nous la représentons. Maisons, hypermarchés, vraies rues, grandes rues, des cafés où ça sent bon le Rapido… tout est fait pour donner l’illusion d’un quartier citadin lambda. Mais comme beaucoup d’habitants du coin, vous allez bien vite vous rappeler au bon souvenir de la veille et ce coucher de soleil que vous avez encore une fois trouvé unique et si beau.

L’envie de profiter du coin est trop forte, vous vous jetez dans le premier bus ou sur la selle de votre vélo.

Bonneveine vous permettra de rejoindre le front de mer facilement, sans trop de monde, ne vous rendant ainsi pas trop coupable d’avoir daigné vous installer si loin de la mer. Il est vrai que 15 minutes, ça fait beaucoup. A mesure que la peau ne blanchit plus, on développe en effet une impatience plutôt agréable qui nous rend fébrile lorsqu’on prend la direction de la mer. C’est aussi une des raisons qui permet de s’émerveiller comme au premier jour lorsque le (long) trajet vers elle prend fin.

Et là vous y êtes, à la mer, même si c’est encore la ville. Fast food, bus tous les quarts d’heure, foule constante, animations touristiques par moments et pléthore de restaurants et commerces. Mention spéciale à la grande roue qui, lorsqu’elle est là, à deux pas du skatepark, donne à votre quartier des airs de Santa Monica qu’il serait difficile de ne pas apprécier. Le Parc Borély à gauche et la mer à droite, vous marchez et vous croisez des gens heureux à roulettes, en poussette ou en plein footing et toujours à la lueur du coucher de soleil. Cette scène vous stimule, vous donne envie d’être meilleur et vous permet tout simplement de voir les choses sous un autre angle, résolument positif.

Marseille ne fait pas partie de ces rivieras aseptisées où le tourisme impose son dictat, et où toutes les boutiques ne s’ouvrent qu’à ceux ayant un pouvoir d’achat dopé par les vacances. Là, beaucoup de gens sont comme vous. Ils profitent du coin toute l’année, ne s’attardant au final que peu dans ces lieux. Car les meilleurs sont un peu plus loin, dans la nature, là où la garrigue seule avec sa mer remplace le bruit constant de la vie active d’une grande métropole.

Vous commencez à comprendre ce qui vous attend après. Reste la préparation minutieuse des moments de régal : remplir la glacière et ne pas oublier les couteaux pour étaler la tapenade sur le pain frais. Cette étape dûment passée, c’est équipé(e) et très bien entouré(e) que vous vous dirigez vers le reste du quartier, plus sauvage, mais tout aussi plaisant.

Marseille, [Guide de Marseille] Balade à la découverte du 8e arrondissement, Made in Marseille
© EA

La Madrague m’a dragué

Vous prenez plaisir à cette ambiance de ville au bord de l’eau, entre commodités urbaines, animation constante et gens heureux. Mais vous allez très vite remarquer que Marseille a ceci d’exceptionnel qu’elle offre une telle diversité de paysage que la recherche de lieux géniaux devient un véritable loisir. Que vous cherchiez à grimper la garrigue, prendre un café dans un petit bar typique, nager dans les grottes ou sauter dans la mer depuis le meilleur spot. Il y aura toujours quelque chose à explorer ici.

En allant vers l’extrémité de la côte, vous emprunterez la route qui mène à la madrague de Montredon à des horaires savamment anticipés pour éviter la foule. Pointe Rouge est derrière vous et passé le dernier immeuble, vous vous engouffrez dans l’avenue de la madrague de Montredon. Premier arrêt, flânerie dans le parc de la Campagne Pastré où vous suivez les petits canaux pour vous perdre dans la garrigue. Le haut de la colline offre également un point de vue incroyable avant de redescendre dans la pinède, qui offre un décor bien plus paisible. Et tout cela en moins d’une heure et demie.

Après le parc, il fait de plus en plus chaud et on vous ressentez l’appel de l’eau. Vous prenez à gauche et empruntez la rue qui n’offre que des bâtiments à taille humaine. Choc. Le bonheur de voir les toits et les couleurs chaudes des façades, entre le jaune et le beige, qui prédominent. Même les jours de pluie (qui sont rares), la vie reste douce ici, car on ne se sent pas écrasé par d’imposants immeubles et cela permet de respirer malgré la température.

300 mètres plus loin, vous tournez à droite et passez voir si les collègues sont sur votre petite plage fétiche : Abricotié, Colombet ou encore La Verrerie seront vôtres bien assez vite. L’ambiance y est parfois un peu serrée mais bien moins qu’en centre ville. Là, vous y avez fait d’innombrables repas entre amis, au moins cent couchers de soleil tous différents, vous y avez aussi nagé comme au Cercle des Nageurs, lu des milliers de mots ou encore animé l’endroit avec vos meilleures playlists (aucune exagération marseillaise ndlr). Vous connaissez la plage, vous y avez vos repères et vous vous y sentez chez vous. Sentiment difficilement remarquable lorsque l’on vient ici seulement pour quelques jours. C’est probablement votre connaissance de l’endroit en hiver, calme, tout à vous, qui vous offre ce petit sourire en coin lorsque vous voyez les gens adorer être là, qu’ils soient touristes ou non.

Vous êtes un peu l’omniscient de la plage, anticipant les mouvements typiques de ce genre d’endroits car vous avez appris à les voir, vous êtes un plagiste émérite après tout ! Le célèbre retourné sur la serviette pour faire bronzer le dos et le “recoiffage” cheveux mouillés désintéressé(e), vous les maîtrisez. Mais vous avez aussi développé cette capacité à manger sans sable sur le sable, la gestion de l’envol du parasol les jours de mistral et le sauvetage du minot qui se trouvait derrière par exemple. Il y en a beaucoup d’autres, vous les connaissez bien…

En fin de journée, vous continuez sur cette route pour faire un stop vers le bout de la Madrague dans le petit bar du coin pour boire un coup, c’est salvateur vu que vos réserves d’eau ont disparues vers 16h… Mais vous revenez bien vite sur la plage pour profiter de ça…

Marseille, [Guide de Marseille] Balade à la découverte du 8e arrondissement, Made in Marseille
© EA

Les Goudes, intemporelles

Hier, c’était très bien, vous avez pu profiter d’une bonne dose de forêt, de plage, de baignades et le coucher de soleil fut à la hauteur. Il y a eu mieux, mais vous savez que vous devenez exigeants, à force d’en voir.

Aujourd’hui, vous voulez quelque chose de plus sauvage, plus tranquille aussi. Quand la nature appelle, on répond. Alors vous prenez cette route digne d’une publicité automobile, et vous atteignez bien vite ce petit village de pêche. Il y fait bon, ce n’est pas bondé, et vous voyez déjà trop d’endroits où vous régaler. Qu’importe, tout local que vous êtes, vous savez où vous allez. Entre tranquillité et poissons, rochers blancs et mer, tout est là pour passer un bon moment, loin du portable, loin des contraintes, mais tout près de la ville : 30 minutes en bus ou en voiture si l’on compte les feux, encore moins si vous habitez le 8 ème. Le principe est très simple par ici, il faut laisser aller sa curiosité. Vous vous lancez donc dans une marche rocailleuse pour trouver les coins qui vous raviront le plus…

En attendant d’y être, nous vous laissons avoir un aperçu de ce coin unique, qu’aucune autre ville ne peut se targuer d’avoir. Les locaux de Baka films ont réussi à capturer ce qui fait le charme de ce lieu dans un court métrage réussi.

Emmanuel Anger

www.nestpick.fr

Les Goudes vues par BAKA Films

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !