Dans les mois à venir, en soutien à la fondation Les Petits Frères des pauvres, l’équipe de Yes We Camp va oeuvrer à l’aménagement et à l’ouverture d’un îlot de verdure, aujourd’hui privatif, situé au pied de la gare Saint Charles.

Ce jardin a une longue histoire. Tantôt utilisés par des soeurs, tantôt laissés à l’abandon, les 1 500 m2 de terrain jouxtant la gare Saint-Charles tendent aujourd’hui à reprendre vie. Racheté en 2016 par la fondation Les Petits Frères des pauvres, l’espace comprend un bâtiment, refait à neuf depuis quelques mois et accueillant des personnes âgées et des étudiants en résidence.

La fondation a par la suite fait appel à Yes We Camp, qui conçoit notamment des espaces communs temporaires, afin de développer un projet sur le site servant à la communauté locale. Maxime Guennoc, le co-fondateur, a réfléchi avec son équipe à la meilleure façon d’occuper l’espace. « C’est un lieu de mixité dans lequel nous allons apporter des transformations progressives et participatives. Nous avons une convention d’occupation temporaire de 10 mois mais, avant d’ouvrir l’espace aux Marseillais, nous devons réunir les conditions nécessaires, notamment pour des questions sécuritaires et matérielles. »

, Un jardin partagé pour les habitants à deux pas de la gare Saint-Charles, Made in Marseille
Le jardin © Yes We Camp

Un lieu de vie ouvert à la culture

Dans l’idée, ce jardin baptisé « La Vierge Dorée » serait accessible au public les mercredis et samedis toute la journée, et les associations locales auraient des moments privilégiés pendant lesquels elles pourraient utiliser l’espace. En outre, deux fois par mois seraient organisées des réunions avec les personnes impliquées sur le développement du projet afin de réunir les demandes et idées des acteurs locaux pour faire de l’endroit un véritable lieu de vie. De même, deux fois par trimestre, des temps forts seraient organisés sur un principe davantage culturel.

« C’est pour l’instant encore au stade de projet, ce pourquoi il se pourrait que le programme change dans les semaines à venir, souligne Maxime. Quoiqu’il en soit, nous allons commencer à défricher le terrain à la mi-mars pour que les visiteurs puissent y accéder rapidement, début avril. L’objectif reste d’accompagner le tissu associatif local et le voisinage, pour que cet îlot de verdure soit à la disposition du quartier, tout en appartenant à la fondation ».

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !