Le secrétaire d’État au numérique Cédric O a donné, à Marseille, le coup d’envoi du programme « French Tech Tremplin », pour promouvoir la diversité dans la tech. L’occasion de lancer officiellement l’école du numérique « La Plateforme ».

Cédric O a choisi Marseille pour lancer le programme « French Tech Tremplin », « afin d’envoyer un message aux Marseillais et plus largement à tous les Français : mobilisez-vous, engagez-vous, l’État vous accompagnera, nous vous soutiendrons ! »

Doté de 15 millions d’euros, le programme « French Tech Tremplin » a été créé pour permettre à des populations jusqu’ici éloignées de l’accès aux métiers du numérique, d’y entrer de plain-pied. Il est basé sur un constat : les talents issus de la diversité font face à de nombreuses barrières pour rejoindre l’écosystème start-up, et en particulier l’entrepreneuriat.

C’est au Cloître des faiseurs d’avenir, que le secrétaire d’Etat au numérique a annoncé le contenu et l’ouverture des candidatures pour le premier volet de ce programme, qui s’étend désormais à toute la France, après une expérimentation en Ile-de-France en 2017*. « Alors que le numérique représente une formidable opportunité pour les emplois de demain et que dès aujourd’hui, 80 000 postes sont à pourvoir dans ce domaine, il est prioritaire de permettre au plus grand nombre de se tourner vers ces métiers d’avenir », a ainsi déclaré Cédric O.

« La Plateforme », illustration d’une dynamique territoriale

L’occasion également de réaffirmer le rôle de l’État dans l’accompagnement d’initiatives et son « soutien » aux acteurs locaux « qui agissent au quotidien pour faire naître des vocations et former la jeunesse aux métiers du numérique. Marseille et sa région disposent de tous les atouts humains et économiques, pour participer à la révolution numérique en cours ». La nouvelle école du numérique « La Plateforme » à Marseille, en est d’ailleurs la parfaite illustration.

Cédric O a tenu à être présent à l’occasion du lancement de ce centre de formation, imaginé et fondé par le chef d’entreprise Cyril Zimmermann. C’est après avoir passé une année aux États-Unis (San-Francisco) qu’il a eu envie de s’engager sur le territoire avec ce projet d’école. « Le numérique peut créer de la richesse, des opportunités d’emploi, mais aussi détruire si on est mal préparé. Je suis de ceux qui disent que Marseille a du potentiel », a-t-il expliqué, au 30e étage de la tour La Marseillaise, devant une nombreuse assistance, composée de personnalités du monde politique, économique, associatif, universitaire…

La priorité : mieux former la jeunesse aux métiers du digital

Une fois à Marseille, Cyril Zimmermann a souhaité concrétiser cette idée, et s’est tourné vers Denis Phillipon, dirigeant de Voyage Privé et président du Club Top 20. « Le parrain », du projet, « celui qui m’a “audité” sérieusement », a repris le fondateur. « Dans la deuxième mandature du Top 20 (d’une durée de 3 ans), on a tenu à porter des projets les plus concrets possibles », a déclaré Denis Phillipon, basant la réflexion sur « quelles actions pouvaient être menées pour mieux former les jeunes ? Dans un marché qui vit à tous les niveaux la transformation digitale (le numérique représente 4,5% du PIB en France), il fallait être présent pour porter cet outil au service des jeunes ».

Autre partenaire, le Crédit Agricole Alpes-Provence. « Résolument tournés vers l’innovation, nous sommes convaincus que le digital sera au cœur de l’économie de demain », a souligné son directeur général adjoint, Serge Gaona. « Cette école a un rôle à jouer ».

, À Marseille, Cédric O lance « French Tech Tremplin » et l’école du numérique « La Plateforme », Made in Marseille

Elle est aussi l’exemple d’une collaboration entre les partenaires privés et publics. « Quand le privé donne une impulsion, les élus savent y répondre », a d’ailleurs relevé le boss de Voyage privé. « Le fruit d’une mobilisation territoriale », a repris Cédric O. La Métropole Aix-Marseille-Provence a en effet répondu favorablement au projet « un peu fou » de Cyril Zimmermann. « Le territoire, qui est à un tournant, a besoin du numérique pour essayer de rapprocher les publics éloignés de l’emploi. C’est une brique fondamentale sur l’innovation », a ajouté Martine Vassal.

Trois cursus et une ouverture prévue en septembre

L’école ouvrira ses portes au mois de septembre, au 8 rue Hozier à Marseille. Elle est composée de trois cursus : le code, une spécialisation axée sur l’intelligence artificielle et l’algorithmie et la formation continue. Sur ces trois champs, le « sur-mesure » est essentiel. La formation au code, gratuite, est ouverte « à des profils variés sur de deux ans pour prendre le temps d’acquérir les compétences », a indiqué Cyril Zimmermann. Elle est inspirée de la méthode de l’Ecole 42, qui privilégie les cas pratiques aux cours magistraux [première formation en informatique entièrement gratuite, ouverte à toutes et tous sans conditions de diplôme et accessible à 18 ans, avec un fonctionnement participatif, NDLR].

, À Marseille, Cédric O lance « French Tech Tremplin » et l’école du numérique « La Plateforme », Made in Marseille
Cyril Zimmerman, fondateur de “La Plateforme”.

La deuxième formation s’adresse aux ingénieurs, jusqu’au bac +5 « pour aller plus loin sur les mathématiques “villanesques” peut-être », a plaisanté Cyril Zimmermann. Un cursus en collaboration avec l’École centrale de spécialisation en intelligence artificielle. La Plateforme, qui est entrée dans le programme « grande école du numérique » prévoit aussi de la formation continue « pour nous, pour que le numérique ne nous fasse pas peur », a précisé le chef d’entreprise.

Cyril Zimmermann mise sur une centaine d’étudiants chaque année. Des classes de 20 à 25 par cursus pour la formation IA (1600 euros). Idem pour la formation continue.

ECLAIRAGE

Le programme « French Tech Tremplin » est divisé en deux volets :

  • la « Prépa », une préparation pour rejoindre l’écosystème Tech qui permettra aux lauréats d’acquérir les compétences relationnelles et techniques nécessaires pour créer leur start-up ou rejoindre des start-up déjà lancées. Les candidatures sont ouvertes du 11 juillet au 15 septembre 2019. La préparation se déroulera de novembre 2019 à avril 2020 ;
  • L’ « Incubation » qui permettra d’accélérer les projets d’entrepreneurs, en particulier ceux issus du premier volet.

Les lauréats du programme bénéficieront de financements, de formations, d’un système de mentorat, ainsi que de nombreux autres services.

French Tech Tremplin est accessible dans les 13 Capitales French Tech, labellisées en avril 2019. La mission French Tech, en charge du programme, s’appuie sur elles pour le déploiement du celui-ci, l’identification des opérateurs locaux, et afin que la sélection des talents se fasse dans un panel le plus large possible.

Un budget de 15 millions d’euros, financé par le Programme d’investissements d’avenir (PIA) a été alloué à French Tech Tremplin sur 2 ans. Il est en totalité réservé à l’accompagnement des entrepreneurs et au financement du démarrage de leurs startups.

French Tech Tremplin s’appuie sur les acteurs de la French Tech et de la diversité : les 13 Capitales French Tech, 9 associations engagées pour la diversité dans la tech, des parrains et marraines pour accompagner chaque lauréat de la « Classe Prépa », des opérateurs et des incubateurs locaux.

Retrouvez les détails du programme, le calendrier et une infographie sur : www.lafrenchtech.com/tremplin


A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !