Le littoral marseillais avec ses plages, ses ports et ses côtes encore sauvages, offre de sublimes paysages, des espaces de sport et de loisirs exceptionnels et représente un véritable atout touristique.

Pendant l’été, la Métropole renforce ses activités littorales… Période où le territoire connait des pics de fréquentation de plus en plus importants sur tout le bord de mer. Que ce soit le transport maritime avec la mise en service des navettes reliant les ports du nord au sud de Marseille, l’aménagement de la nouvelle piste cyclable sur la Corniche Kennedy, la transformation du quartier des Catalans, la surveillance des eaux de baignade ou la gestion de la propreté sur les plages, découvrez l’ensemble des actions mises en place pendant la saison estivale.

Une nouvelle piste cyclable inaugurée sur la Corniche

Les travaux d’encorbellement 2018-2022

L’opération globale de réparation et de renforcement de la corniche Kennedy va se dérouler sur quatre ans. Sur une longueur totale d’environ 1,7 km, il s’agit de remettre à neuf les dalles, les bancs, les parapets et les trottoirs. Quatre phases sont programmées, d’une durée de sept mois chacune, entre octobre et avril de chaque année. La première phase de travaux, du pont de la Fausse Monnaie au marégraphe (300 mètres) se déroule depuis octobre 2018 et s’achèvera d’ici fin juin 2019.

La Corniche en mode doux

Depuis quelques jours, la Corniche accueille une piste cyclable sécurisée de la route, avec une vue imprenable sur la baie de Marseille. Cet aménagement s’accompagne d’équipements et de services qui encouragent l’usage des modes doux et des transports en commun au quotidien. Pour une corniche Kennedy apaisée, plus agréable à vivre à pied, à vélo, ou en trottinette. À terme, la voie cyclable sera continue entre les quartiers sud et le Vieux-Port, ainsi que vers l’Estaque.

A découvrir en vidéo

Le déploiement de transports maritimes pour se déplacer plus facilement

“lanavette” relie les ports de Marseille : Vieux-Port, Pointe-Rouge et l’Estaque

La Métropole Aix-Marseille-Provence et la RTM ont relancé, le 27 avril, le service des navettes maritimes entre le Vieux-Port, la Pointe-Rouge et l’Estaque. Un moyen de transport en commun prisé du public, qui permet de redécouvrir le littoral marseillais. La liaison entre la Pointe-Rouge et les Goudes, qui reprendra quant à elle le 1er juin, sera renforcée de 9 à 12 rotations par jour. Un moyen de transport en commun, prisé du public, qui permet de redécouvrir le littoral marseillais tout en offrant une alternative à la voiture.

Avec ses 57 km de façade maritime, Marseille dispose d’une rade qui permet l’usage des transports en commun maritimes. Ces solutions de mobilité ont rencontré, en 2018 encore, un franc succès avec 380 000 passagers transportés sur les trois dessertes maritimes proposées.

A découvrir en vidéo

 

Le ferry-boat pour connecter les deux rives du Vieux-Port

Le ferry-boat effectue sa mythique traversée reliant le quai de Rive Neuve au quai de la Mairie chaque jour de 7h30 à 20h30, avec une fréquence toutes les dix minutes. La tarification pour la saison estivale 2019 reste inchangée avec une traversée à 0,50 euro et un libre accès pour les titulaires d’un abonnement RTM, City Pass et les détenteurs des Pass Intégral.

“lebateau” en direction du Frioul

lebateau assure 7j/7 une liaison maritime régulière vers l’archipel du Frioul au départ du Vieux-Port. L’accueil est effectif de 8h30 à 19h à la gare maritime du Vieux-Port. Les horaires sont découpés en 4 périodes sur l’année ! Plus d’information sur www.rtm.fr Les billets sont en vente à la gare maritime, le jour même ou bien la veille du départ et à bord des bateaux en dehors des heures d’ouverture du guichet. Trajet aller-retour Vieux-Port/ île du Frioul ou île d’If : tarif par personne 10,80 € (tarif combiné les 2 îles 16, 20 €). Tarif pour les résidents principaux : 5,10€ le trajet aller-retour ; 41,80 € l’abonnement mensuel.

, Transport et propreté, des solutions pour améliorer le littoral marseillais, Made in Marseille
Le Ferry Boat

La transformation du quartier des Catalans

Alors que la saison balnéaire va débuter, la Métropole entend faire rayonner le littoral du territoire et y favoriser modes doux de déplacements et transports en commun. Les travaux de requalification des Catalans partagent cet objectif pour revaloriser le front de mer. Ce projet de requalification du quartier des Catalans, débuté en avril dernier, se déroulera en trois phases. La première vient de s’achever avec l’élargissement du trottoir de la rue des Catalans sur 4 mètres, coté commerces, afin de permettre l’installation de terrasses. Le nouveau cheminement piéton créé permet l’accès aux personnes à mobilité réduite et assure un rendu de qualité sur cet espace avec la mise en place d’un revêtement en béton sablé et de bordures en pierres calcaires.

Les autres phases de travaux permettront de requalifier le reste de la rue des Catalans entre le boulevard Livon et la rue Dessemond, d’aménager les rues Papety, Suez, Aleman, Girardin et Charras et, côté mer, de proposer des trottoirs élargis et une piste cyclable bidirectionnelle. La circulation dans l’ensemble de ce secteur sera apaisée, par la pose de ralentisseurs, et la vitesse limitée à 30km/h. La requalification des Catalans complétera la création de la piste cyclable de la corniche Kennedy qui permettra de rejoindre les quartiers sud par le front de mer. Le prolongement du tramway de la rue de Rome jusqu’à la place du 4 septembre, à l’horizon 2025, viendra compléter l’offre de mobilité du quartier.

A découvrir en images

 

Comment améliorer la qualité des eaux de baignade sur les plages ?

Une situation inédite par temps sec

Les dépassements des seuils autorisés sont dans la très grande majorité des cas liés à des épisodes pluvieux, en raison des caractéristiques d’un réseau d’assainissement et d’un réseau pluvial qui, comme dans toutes les grandes villes, sont anciens. Imbriqués sur la zone du centre-ville de Marseille, ils ne peuvent être améliorés que de façon progressive.

Les incidents constatés ces derniers jours, très localisés, touchant plus particulièrement la plage du Prophète, sont inédits par temps sec. Des enquêtes sont en cours pour en déterminer précisément les causes, agir à la source et rechercher les responsabilités. Un faisceau d’indice oriente les faits, à ce stade, vers des comportements individuels tels que des vidanges irrégulières de piscines, des déjections sur la plage et ses abords immédiats, des branchements irréguliers sur le réseau pluvial, ou une méconnaissance des bons gestes avec des déversements d’eaux usées ou de déchets dans les avaloirs du littoral par des riverains pensant « bien faire ».

Des incidents à replacer dans un contexte global qui reste positif

La qualité des eaux de baignade à Marseille est globalement satisfaisante lorsqu’on la compare à d’autres sites balnéaires. A titre d’exemple, en 2018, année pourtant défavorable en raison de la pluviométrie, le taux d’ouverture des 21 plages marseillaises était de 94 %. Au Pays Basque ce taux était de 91. La plupart des grandes communes littorales connaissent des situations similaires et les plages méditerranéennes situées à l’embouchure d’un cours d’eau sont toutes confrontées aux mêmes enjeux.

Les incidents sont fortement localisés : globalement, la qualité des eaux de baignade reste très bonne et la plupart ne connaissent des fermetures que de façon très exceptionnelle. Depuis le début de la saison balnéaire, 7 jours de fermeture ont été décidés mais cela ne concernait que 3 plages sur 21.

La Métropole engagée pour la protection du littoral et de ses habitants

Les services municipaux et métropolitains appliquent, sans que la loi ne l’oblige, un rythme quotidien d’analyse. Les résultats de ces analyses sont désormais disponibles en 3h (contrairement à celles opérées par l’ARS) : un niveau de performance qui permet une protection immédiate des baigneurs mais aussi une levée très rapide de la mesure dès retour à la normale.

Par ailleurs, des aménagements importants sont réalisés et/ou étudiés:

– Une étude de faisabilité a été lancée pour la réalisation d’un tunnel de stockage qui offrirait une capacité de rétention des eaux de pluie beaucoup plus importante que le bassin de Ganay.

– Afin de dissiper rapidement les pollutions bactériologiques après les épisodes pluvieux, un système de pompage permettant le renouvellement des eaux du déversoir d’orage du Prado a été expérimenté et est effectivement mis en œuvre depuis le début de la saison.

– Mise en place en cours d’un relevage des eaux pluviales sur la partie littorale pour qu’elles soient traitées dans la station Geolide.

– Mise en œuvre (livraison en 2021) d’un nouveau dégrillage au niveau de la Pugette visant à piéger les déchets flottants lorsque l’Huveaune retrouve son lit, en cas d’épisode orageux.

– Une campagne de barreaudage est mise en place afin de limiter l’intrusion des macro déchets dans les réseaux et ainsi permettre aux cantonniers de les récupérer en entrée d’avaloirs.

– Intensification des opérations de nettoiement de la voirie dans la zone littorale.

– Déploiement d’actions de sensibilisation des habitants pour que chacun participe à la protection de son environnement : la Métropole met en place des messages sur les avaloirs du littoral rappelant que « la mer commence ici ».

– Création d’une police de l’environnement

Lors du Conseil de Métropole du 20 juin 2019, Martine Vassal a annoncé son souhait de développer une police de l’environnement sur le principe du pollueur-payeur. Celle-ci permettra notamment d’identifier et de sanctionner les rejets illicites effectués dans les réseaux d’assainissement et pluviaux.

Des moyens renforcés pour améliorer la propreté des plages

Le Conseil de territoire Marseille-Provence est en charge la propreté des plages situées entre Corbière et Callelongue, y compris les calanques de Sormiou, Morgiou, le Château d’If et le Frioul. 45 agents permanents sont mobilisés pour en assurer l’entretien et 90 saisonniers sont recrutés du 1er juin au 1er septembre. L’activité débute à 5h30. Elle comprend :

  • le tamisage des plages réalisé chaque jour mécaniquement et/ou manuellement ;
  • le vidage quotidien des corbeilles « vigipirates » : un parc permanent de 100 panières est implanté, complété par 25 panières temporaires durant l’été.
  • Le tri a été mis en place sur le parc balnéaire du Prado, les Catalans et la plage de l’Huveaune. Les panières ont été remplacées par des enclos de tri sélectif en bordure des plages ;
  • l’enlèvement des déchets : des équipes effectuent le grappillage des déchets non filtrés par les tamiseuses en première heure sur les grandes plages, puis sur les petites plages ;
  • le nettoyage des escaliers d’accès aux différentes plages ;
  • la collecte quotidienne des containers en postes fixes des Catalans à Callelongue.

Les corbeilles sont vidées une deuxième fois l’après-midi, des Catalans à Bonne Brise pour finir par un passage tardif en soirée des Catalans au Bain des Dames, de 19h30 à 1h30.

Des lourds investissements pour améliorer les eaux de baignade

Une bonne qualité des eaux de baignade exige un système d’assainissement performant. Aix-Marseille-Provence met donc en œuvre un plan d’actions pour lutter contre les pollutions domestiques dans la baie de Marseille et ainsi préserver l’environnement. Le contrat d’agglomération, signé avec l’Agence de l’Eau, a permis d’investir 99 millions d’euros pour améliorer la rétention des eaux pluviales, réhabiliter les réseaux d’assainissement, réduire le rejet de polluants.

Parmi les projets phares, la réalisation du bassin Ganay pour un montant de 60 millions d’euros, permet de réduire de moitié, lors des épisodes pluvieux, le déversement au niveau du Parc National des Calanques d’eaux non traitées par la station d’épuration Géolide. Dans le cadre de la seconde phase du contrat de baie, démarrée en 2019, des actions majeures pour la réduction des macros déchets flottants et pour l’amélioration de la qualité des eaux du littoral marseillais seront engagées pour un montant global de 15 millions d’euros avec un intérêt particulier porté sur l’Huveaune.

Du 29 mai au 31 août 2019, une surveillance quotidienne de la qualité bactériologique est programmée à Marseille, pour les plages suivantes : Catalans, Prophète, Prado Sud (David), Prado Nord, Huveaune, Borely (Champ de courses), Bonneveine, Pointe-Rouge, Anse des Sablettes, Bain des Dames, Anse des Phocéens et Anse de Bonne Brise. Elle peut aussi être réalisée ponctuellement et à la demande sur l’ensemble des zones de baignade officielles de Marseille, y compris l’île du Frioul. A travers le contrat de baie initié en 2014, 265 millions d’euros sont déployés sur 6 ans jusqu’en 2020 par l’ensemble des partenaires publics et privés œuvrant pour l’amélioration de la qualité des eaux en mer.

, Transport et propreté, des solutions pour améliorer le littoral marseillais, Made in Marseille

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !