L’annonce a été faite aujourd’hui, La Ciotat figure selon le club des plus belles baies du monde, fondé en 1997, parmi les 42 plus belles baies du monde. C’est la première dans la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

Le club des plus belles baies du monde regroupe 42 baies dans 27 pays, dont la baie d’Along (Vietnam), la baie de San Francisco (États-Unis), ou encore la baie de Rio de Janeiro (Brésil). En France, 7 baies sont répertoriées :

  • Baie des Saintes en Guadeloupe
  • Baie de Fort de France en Martinique
  • Baie de Pouliguen en Pays de Loire
  • Baie du Mont Saint Michel en Normandie
  • Baie de Somme dans les Hauts de France
  • Golfe du Morbihan en Bretagne
  • Baie de Girolata en Corse
  • Et maintenant la Baie de La Ciotat en Provence-Alpes-Côte-d’Azur

Depuis 1997, le club a pour but de valoriser ces lieux mythiques, qui ont bâti leur renommée dans le monde entier sur la beauté de leurs paysages. Et La Ciotat a misé sur ses atouts “son environnement fort, en étant la porte d’entrée du Parc des Calanques ; son activité économique importante avec le yachting notamment ; son histoire, celle des chantiers navals qui ont marqué la commune et ses habitants ; et, bien sûr, sa vie humaine, liée au tourisme et aux visites toujours plus nombreuses chaque année.” explique la municipalité.

Dans le jury, on retrouve notamment des représentants du Québec avec la baie de Tadoussac, du Portugal, du Mont Saint-Michel, du Brésil, du Maroc… Et les critères sont sélectifs :

  • La baie doit s’ouvrir sur un rivage et sur un site largement dominant
  • La structure qui s’applique doit représenter tout ou partie de la baie et être reconnue localement comme telle
  • La baie doit faire l’objet de mesures de protection
  • La baie doit présenter une flore ou une faune intéressante
  • La baie doit présenter des habitats naturels remarquables et attrayants
  • La baie doit être reconnue au niveau national
  • La baie doit être emblématique de la population locale
  • Les activités économiques aux alentours de la baie doivent pouvoir coexister
  • Il devrait y avoir un potentiel de développement économique
  • Le souhait de représenter la baie et d’adhérer aux valeurs et aux actions des ONG doit être clairement démontré
  • Enfin, la baie doit présenter au moins deux caractéristiques remarquables dans les catégories de biens culturels ou naturels

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !